mercredi 24 mars 2010

La vénalité de Blair expliquerait son discours pro-israélien, selon Baudouin Loos

"Ah ? ! La presse britannique, qui ne lui pardonne plus rien depuis l’Irak, relevait qu’il avait gagné 220.000 euros pour deux conférences en février en Asie. Rien à voir, certes, mais..."

Baudouin Loos du Soir n'aime guère que quiconque puisse exprimer une opinion favorable d'Israël, aussi ténue soit-elle. La chose est entendue et débitée à longueur de colonnes dans le quotidien.  Tony Blair [photo ci contre avec Condoleezza Rice] a donné une conférence au Parlement européen et le journaliste, qui y a assisté avec "plusieurs centaines de personnes impatientes", n'a guère apprécié.  Déceler, comme le fait Blair, des signes d'optimisme au Moyen-Orient lui semble tout à fait incongru, et, il faut le dire, on n'entend guère ce type de discours venant de politiciens belges francophones.  Ainsi, Baudouin Loos n'hésite pas à parler de vénalité ... Donc, si Tony Blair ne charge pas Israël à outrance ce serait tout simplement une question d'intérêts.  Du grand journalisme comme toujours.

"Blair au Parlement européen : un brillant non-événement" (23/03/2010)

Son nom et sa fonction actuelle avaient attiré la grande foule ce lundi au Parlement européen à Bruxelles : Tony Blair, l’ex-Premier ministre britannique, envoyé spécial du Quartet pour le Proche-Orient, s’est exprimé devant plusieurs centaines de personnes impatientes, des députés européens, des ambassadeurs et aussi des journalistes. Tous entendirent un discours lisse sur la situation dans les territoires palestiniens occupés, qui n’égratignait personne... Du style : "il y a des progrès significatifs en Cisjordanie mais beaucoup reste à faire » ou « la situation à Gaza est extrêmement difficile". Ah ? ! La presse britannique, qui ne lui pardonne plus rien depuis l’Irak, relevait qu’il avait gagné 220.000 euros pour deux conférences en février en Asie. Rien à voir, certes, mais... (B. L.)"


(A comparer au communiqué sobre de l'AFP:
"A Bruxelles, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, représentant du Quartette pour le Proche-Orient, a dit voir chez les Israéliens la volonté de se lancer dans des négociations directes avec les Palestiniens, pour peu que les parties jugent "que ces négociations auront des chances d'être constructives".)

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer