vendredi 1 janvier 2010

Israël: racisme, apartheid et épuration ethnique selon le lexique de l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles

Gaza: terroristes palestiniens du jihad islamique

Le blog de l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles a fait peau neuve. Il propose maintenant à ses lecteurs un lexique. Le premier mot du lexique n'est autre que APARTHEID dont la définition est :

Apartheid : régime de discrimination systématique établi jusqu’en 1994 en Afrique du Sud (en afrikaans, apartheid signifie mise à l’écart.) En théorie, cette politique avait pour but de séparer les races, mais, en pratique, elle servait à priver les Noirs de leurs droits. Par analogie, on pourrait dire que la réalité dans les TPO [territoires palestiniens occupés] est sous de nombreux aspects similaires. En effet, selon la Convention internationale contre l’apartheid de 1976 des Nations Unies, les caractéristiques de ce régime sont : développement séparé, contrôle exercé sur la terre, exploitation économique, interdiction de circuler librement ou de choisir sa résidence… et humiliation d’un peuple.

Par prudence toute relative - son président est le socialiste Pierre Galand également président du CAL (Centre d'Action Laïque qui "a pour objet de défendre et de promouvoir la laïcité en Belgique francophone (Wallonie et Bruxelles)" et lié à l'Université Libre de Bruxelles - la définition ne lie pas spécifiquement Israël à l'apartheid mais ... (Pierre Galand est également lié à plusieurs tribunaux fantoches créés pour juger les supposés "crimes" d'Israël - voir liens ci-dessous.)

Le racisme de l'Etat d'Israël est également suggéré :

Bantoustans : Sous le régime raciste d’apartheid en Afrique du Sud, réserves où la majorité de la population noire avait obtenu une autonomie illusoire. Ces enclaves ont été officiellement appelées « homeland bantou », « bantou » étant le nom du peuple noir en Afrique du Sud. Il est facile de trouver des similitudes entre les bantoustans et les enclaves dans lesquelles le gouvernement israélien emprisonne les Palestiniens notamment par la construction du Mur de séparation, et les routes de contournement.

Nous avons retenu deux autres mots:
Terrorisme : terme qui, au sens le plus commun, désigne des actes de violence frappant aveuglément des populations civiles, il apparaît de plus en plus - depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis - comme un vocable « fourre-tout ». Il permet commodément d’y inclure toute action violente et armée émanant de forces, officielles ou non, et cela quelle que soit leur cible (militaires, colons armés, fonctionnaires ou politiques responsables de l’occupation) et sans que l’on se réfère au contexte politique ou social qui peut les expliquer. Le débat, déjà ancien, sur le terrorisme, ne devrait, en effet, pas occulter ce qu’on appelle le « terrorisme d’Etat », à savoir la violence systématique qu’un Etat exerce contre une population et notamment via ses forces armées.

Transfert : euphémisme pour épuration, nettoyage ethnique.

C'est dommage qu'on n'ait pas cru bon de montrer quelques photos de terroristes palestiniens.

Des terroristes du Hamas défilent avec leurs armes, des ceintures d'explosifs et le Coran

- Utilisation d'ONG pour diaboliser Israël: Pierre Galand
- Belgique: lancement (par Pierre Galand) d'un prétendu Tribunal Russell sur la Palestine en mars
- Tribunal Russel : Faut-il en vouloir aux Belges ?
- Belgique: un 3ème "tribunal citoyen" pour juger les "crimes" d'Israël
- Devant la Bourse de Bruxelles: des centaines de manifestations anti-israéliennes
- Pierre Galand ira-t-il diaboliser Israël à Durban II ?
- A Bruxelles : Prélude à Durban II ?
- Tarik Ramadan à Bruxelles pour parler de la Palestine
- Pierre Galand le gourou belge de la stigmatisation d'Israël à Durban
- Belgique: un zététicien pour juger les 'crimes' d'Israël au 'pseudo tribunal Russell'

Aucun commentaire:

Publier un commentaire