lundi 29 novembre 2010

Pierre Galand: "Israël c'est un état voyou. Mais à quoi cela sert-il de le répéter ?"

"Israël a des responsabilités, c’est un État voyou. Mais à quoi cela sert-il de le répéter ?"  

"La Palestine est comme la reliure d’un livre pour l’ensemble méditerranéen."

(Pierre Galand, Senior Vice-président de la Fédération Humaniste Européenne, Président du Centre d’Action Laïque belge, ancien sénateur socialiste, Maître de conférences et conseiller du Recteur de l'Université Libre de Bruxelles, Président du Comité Européen de coordination des ONG sur la Palestine (ECCP) basé à Bruxelles, membreu du comité consultatif du fumeux BRussels Tribunal, fondateur du fumeux Tribunal Russell belge sur la Palestine, président de l'Association belgo-palestinienne, promoteur de la campagne BDS contre Israël en France et en Belgique)

Quand M. Galand parle à LLB, au Soir, à la RTBF il ne qualifie pas Israël d'État voyou", mais toute sa rhétorique le laisse entendre.  Rappelons que la presse britannique - même la plus anti-israélienne - a superbement ignoré les facéties des russelliens de pacotille.

Source: PTB (Interview de Pierre Galand par Luc Vancauwenberge)

"Du 20 au 22 novembre aura lieu la 2ème séance du Tribunal Russell sur la Palestine (TRP), inspiré du célèbre tribunal des années 60 sur la guerre au Vietnam). La responsabilité de la banque Dexia dans l’occupation israélienne sera examinée. Pierre Galand, président de l’Association Belgo-Palestinienne, et un des initiateurs du TRP, a bien voulu nous en dire plus.  [...]

Un tribunal Russell aujourd’hui servira à légitimer la résistance de Palestiniens comme d’Israéliens contre la guerre coloniale menée par Israël. A légitimer la résistance de tous les citoyens dans le monde contre la politique israélienne et qui se font aujourd’hui accuser d’antisémitisme.

Israël a des responsabilités, c’est un État voyou. Mais à quoi cela sert-il de le répéter ? Israël n’est qu’un petit pays, s’il peut faire tout cela en toute impunité, c’est parce qu’il bénéficie de complicités. C’est le cœur même de notre action d’éclairer ces différentes complicités. Ce n’est pas un tribunal pour la Palestine mais sur la Palestine. [...]

En quoi consistent les travaux du TRP ?
Pierre Galand. Nous avons eu une première session en mars 2010 à Barcelone, sur la complicité de l’Europe. Barcelone, car c’est dans cette ville qu’ont été signés à partir de 1995 les accords d’association entre l’UE et les pays méditerranéens, notamment avec Israël.

Nous avons envoyé le rapport de conclusions de Barcelone à tous les responsables politiques européens. Au début, c’était le silence. Puis certains nous ont remercié assurant que cela facilite drôlement leur travail.

La seconde session du TRP sera consacrée à la responsabilité des entreprises dans les violations des droits humains et du droit international humanitaire par Israël. On y traitera notamment du cas belge Dexia…
Pierre Galand. Oui, c’est très important. A l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud, les actions contre les banques étaient un axe essentiel pour sensibiliser les gens en les faisant réfléchir sur ce qu’on fait avec leur argent. Aujourd’hui, l’action lancée par l’association intal contre Dexia est très importante. Tout comme celle contre les grandes surfaces contre les produits israéliens. Avec notre action aujourd’hui, nous voulons légitimer l’action des citoyens là ou les États sont défaillants.

Ne craignez-vous pas d’être traité d’antisémite ?
Pierre Galand. Israël est un État comme un autre, il n’y a rien d’antisémite dans notre action. Lorsque nous nous opposions à l’apartheid on était contre un système, pas contre l’Afrique du Sud.

Quels seront les autres moments clés après cette session ?
Pierre Galand. En 2011, nous prévoyons une session en Afrique du Sud. Le thème sera l’applicabilité des crimes d’apartheid à Israël. L’apartheid a été qualifié par l’ONU de crime contre l’humanité, comme les crimes de guerre et de génocide. Ensuite, nous prévoyons une session aux USA pour examiner les responsabilités d’une part des États-Unis et d’autre part de l’ONU.

Pourquoi ce combat est-il si important pour vous ?
Pierre Galand. Israël est une espèce de porte-avion pour protéger nos intérêts, occidentaux, dans la région. Et au nom de la défense de nos intérêts, Israël aurait l’autorisation de violer le droit ? On ne pourra construire un ensemble méditerranéen sans résoudre ce problème. La Palestine est comme la reliure d’un livre pour l’ensemble méditerranéen."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire