dimanche 7 novembre 2010

Europe : Un pseudo-tribunal fait un procès à Israël, par Ftouh Souhail

"Puisque les armes n'ont pas réussi à détruire Israël, la stratégie consiste maintenant à faire entrer dans les consciences qu'Israël n'a pas de légitimité en Palestine, afin de réclamer un jour que soit voté à l'ONU la radiation d'Israël de ses droits sur sa terre." (Jean-Pierre Grumberg)

En 2008, Pierre Galand était déjà actif au sein du "tribunal de la conscience" anti-Israël qui a siégé à Bruxelles - voir : Bruxelles: "l’État hébreu sera noyé de plaintes pénales qui augmenteront son discrédit".
Source: drzz.info

En Europe les tribunaux fantoches sont très à la mode. Il y a le BRussells Tribunal et le Russell Tribunal sur la Palestine [tous deux belges]. L'un est anti-américain et l'autre anti-israélien.

Une personnalité belge francophone de premier plan, Pierre Galand, Président du mouvement laïque, conseiller du recteur de l'Université Libre de Bruxelles et ancien sénateur P.S. (note de JPG : ils sont dans tous les mauvais coups ceux là) présidera dans quelques jours un procès contre Israël à Londres.
Il s’agit de la seconde session internationale du Tribunal Russell sur la Palestine, qui se tiendra à Londres les 20, 21 et 22 novembre, et qui portera sur les "Complicités des entreprises dans les violations des droits de l’homme, du droit international humanitaire et les crimes de guerre commis par Israël".

Pierre Galand, ex-sénateur belge, figure sur la liste de parrainage de ce pseudo-tribunal. Normal, ce militant anti-israélien infatigable est l’initiateur de ce fumeux Tribunal Russell sur la Palestine. Ce détail est intéressant car, lors de la Conférence mondiale contre le racisme de Durban en 2001, il avait déjà défendu cette idée, prônant " la réactivation d’un tribunal des peuples, où l’on puisse identifier l’ensemble des violations dont sont victimes les Palestiniens" [Pierre Galand annonce que Danièle Mitterrand soutient la création d'un tribunal anti-Israël].
Le tribunal a déjà "siégé" à Bruxelles et à Barcelone. En mars 2010, c’est au nom de Bertrand Russell que fût mis en place le premier tribunal auto-proclamé, destiné à "juger" les responsables israéliens de la guerre à Gaza (note de JPG : les antisionistes judéophobes considèrent qu'il est immoral qu'Israël se défende, et s'ils le fait, il devient l'agresseur). (1)

Déjà, lors de la session qui s'est tenue à Barcelone en février 2010, Pierre Galand avait invité les Chefs de Gouvernement et Ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union Européenne, le Président de la Commission Européenne, le Président du Conseil Européen, et la Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères à assister au "procès". Une session spéciale était destinée à diaboliser Israël, et à récolter des fonds destinés à nourrir la haine d’Israël. Pour cette session, Pierre Galand avait invité Barroso, Van Rompuy, Ashton et beaucoup d'autres à venir témoigner contre Israël.

Le "tribunal" avait en outre appelé l’Union Européenne à boycotter Israël, par les voies diplomatiques, commerciales et culturelles. Le laxisme ou la complicité des autorités européennes a donné à ces militants racistes la possibilité de s’exprimer librement, et de faire un lynchage public de l’État Juif, contribuant ainsi à l’explosion mondiale, et sans précédent, de l’antisionisme et de l’antisémitisme. Ce triste spectacle était présenté comme une grande victoire contre le "lobby sioniste" par les médias arabes.

Ces "tribunaux" fantoches jugent les uns et oublient les autres. Ils cachent mal la haine de fond qui les motive. Pour les organisateurs, Israël est perçu comme l’État en trop, et donc il est "légitime" du lui réserver un tel traitement diabolisateur. (Note de JPG : puisque les armes n'ont pas réussi à détruire Israël, la stratégie consiste maintenant à faire entrer dans les consciences qu'Israël n'a pas de légitimité en Palestine, afin de réclamer un jour que soit voté à l'ONU la radiation d'Israël de ses droits sur sa terre.)

Ce soit disant tribunal n’a aucune valeur juridique, mais il démontre seulement comment des intellectuels et associations, en Europe, n’ont rien d’autres dans la tête que de blasphémer, d’être payé pour le faire par des pays musulmans, et dénigrer le seul pays de démocratique de la région.
Ftouh Souhail, Tunis

(1) Conclusions de la première Session internationale du TRIBUNAL RUSSELL sur la Palestine Barcelone, mars 2010, sur le site du Comité français d’appui au tribunal http://www.tribunalrussell-france.org/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire