mardi 28 décembre 2010

Durban III: la peu courageuse abstention de la Belgique

Une bien peu courageuse et regrettable abstention de la Belgique ... ..., alors que 14 pays européens ont voté contre (Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Suède, Pays-Bas, République Tchèque, Danemark, Estonie, Lettonie, Lithuanie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, République de Macédoine).

Source: UN Watch (Analysis: Who voted for and against “Durban 3″ resolution). Extraits :

UN Watch salutes the countries that voted on Friday against Durban 3: United States, United Kingdom, Germany, Italy, Sweden, Canada, Netherlands, Australia, Czech Republic, Denmark, Estonia, Israel, Latvia, Lithuania, Marshall Islands, Micronesia, Palau, Poland, Romania, Slovakia, and The former Yugoslav Republic of Macedonia.

Abstain: Albania, Andorra, Armenia, Austria, Belgium, Bosnia and Herzegovina, Croatia, Cyprus, Finland, France, Georgia, Greece, Hungary, Iceland, Ireland, Japan, Liechtenstein, Luxembourg, Malta, Monaco, Montenegro, New Zealand, Norway, Portugal, Republic of Korea, Republic of Moldova, Samoa, Serbia, Slovenia, Spain, Switzerland, Tonga, Ukraine.

- Durban III: Anne Bayefsky critique la position de la Belgique

vendredi 24 décembre 2010

Noël 2010: manif à Bruxelles sur le thème de Tsahal tueuse des bébés

Une manifestation anti-israélienne (encore une) se déroulera à Bruxelles le 26 décembre.  On notera l'utilisation pour l'affiche d'un dessin du caricaturiste brésilien Carlos Latuff qui avait obtenu le deuxième prix au concours de caricatures sur l'Holocauste de Téhéran (L'Holocauste caricaturé à Téhéran). Le dessin représente - Noël oblige - un landau sur lequel s'abat un missile israélien. L'initiative de cette manifestation revient à Nordine Saïdi, un politicien belge francophone, fan déclaré de l'humoriste français antisémite Dieudonné et désigné admirativement par Baudouin Loos du quotidien Le Soir comme "éducateur et militant pour l’autodétermination des peuples"Y participeront des ONG dont certaines sont financées par l'argent du contribuable

Nous avons appris qu'hier à l'Université Libre de Bruxelles des manifestants anti-israéliens arboraient des T-shirts sur lesquels était imprimé un landau frappé par un missile.  Le même ?


Participants:
Belgique : Mouvement Citoyen Palestine, BRussells Tribunal,

mercredi 22 décembre 2010

Le Soir: Mme Alassane Ouattara, femme d'affaires "très proche des milieux israéliens"

Dans un article consacré à la Côte d'Ivoire intitulé "les actrices Simone et Dominique : les deux femmes puissantes d’Abidjan", Colette Braeckman, la spécialiste de l'Afrique du Soir, donne ces informations forts utiles sur la rivale de Simone Gbagbo :

"Moins connue mais tout aussi puissante, Dominique Ouattara, née Novion voici 56 ans, soutient son mari avec la même fermeté que sa rivale Simone et presque depuis aussi longtemps. Alors qu’elle était encore Dominique Folloroux, épouse d’un Français, l’ambitieuse et ravissante jeune femme prit, en 1979, les rênes de la société immobilière Aici, gérant les propriétés immobilières du vieux président Houphouët-Boigny et de son collègue Omar Bongo du Gabon. Comment la présidente d’honneur de la Chambre syndicale des syndicats immobiliers de Côte d’Ivoire n’aurait-elle pas rencontré le jeune et brillant Premier ministre du «Vieux», Alassane Ouattara, chargé de remettre le pays sur la voie de la rigueur et de «faire atterrir» la dévaluation du CFA ?

C’est à Neuilly, en 1990, que le maire de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy, célèbre leur mariage et le couple aura deux enfants. Par la suite, Dominique Ouattara, qui est aussi très proche des milieux israéliens, progresse dans le monde des affaires [...]".

Voici une information extrêmement importante et utile qui va faire bondir pas mal de monde : business et milieux israéliens.  Vous comprenez, n'est-ce pas ?

samedi 18 décembre 2010

"Lobby juif": non, Karel De Gucht ne s'est pas excusé

La Libre Belgique rapporte que "le Centre Simon Wiesenthal a placé le commissaire européen Karel De Gucht dans son "Top 10" des propos les plus antisémites de l’année pour avoir dit de "ne pas sous-estimer l’influence du lobby juif sur Capitol Hill" en ajoutant que "M. De Gucht s’était excusé".

Il est inexact d'affirmer que M. De Gucht s'est excusé. Il n'a non seulement rien retiré de ses accusations sur la domination du "lobby juif" mais il les a même confirmées : "I gave an interview yesterday to the Flemish radio. I was also asked about the Middle East peace talks. I gave my personal point of view. I regret that the comments that I made have been interpreted in a sense that I did not intend. I did not mean in any possible way to cause offense or stigmatise the Jewish Community. I want to make clear that anti-Semitism has no place in today’s world and is fundamentally against our European values."

Notons que le Président du CCOJB, Maurice Sosnowski,  a déclaré récemment sur Radio Judaïca avoir interpellé le Centre pour l'Egalité des Chances au sujet des propos de M. De Gucht et n'avoir pas reçu de réponse.

lundi 13 décembre 2010

Assises de l’interculturalité et la loi réprimant le négationnisme, réactions (2)

"On peut s’interroger à l’infini sur l’utilité d’une telle législation, mais dès le moment où elle a été adoptée, tout recul, toute banalisation relève de l’ignominie. Il ne s’agit pas simplement d’une insulte à la communauté juive, mais d’une blessure irréparable à la nécessaire mémoire des peuples."

La Libre Belgique (La faute à Napoléon, une opinion de Marc Uyttendaele, chroniqueur). Extraits :

"Mais le pire est ailleurs. Au moment où les Assises de l’interculturalité entendent placer le fait religieux au cœur même de l’organisation de la société et en célèbrent les particularismes, elles proposent d’effacer, dans la loi visant à réprimer le négationnisme, la référence à la Shoah et partant de contester qu’il s’agit d’un moment particulier et unique de l’histoire contemporaine. On peut s’interroger à l’infini sur l’utilité d’une telle législation, mais dès le moment où elle a été adoptée, tout recul, toute banalisation relève de l’ignominie. Il ne s’agit pas simplement d’une insulte à la communauté juive, mais d’une blessure irréparable à la nécessaire mémoire des peuples.

Les erreurs de Napoléon ne peuvent aboutir à banaliser Hitler. Considérer aujourd’hui que la Shoah n’est qu’une horreur parmi d’autres, c’est négliger de manière insoutenable ce qui constitue les tréfonds même de l’humanisme européen et le socle de sa mémoire historique. Le souvenir de la Shoah, l’évocation continue de ce qu’a été ce moment clef de l’histoire récente de l’humanité est une condition indispensable pour entretenir l’esprit de résistance. Une résistance contre tous les totalitarismes, contre toutes les discriminations et contre toutes les stigmatisations qui trop souvent dans l’histoire des peuples ont précisément puisé leur source dans le fait religieux. Or, la seule garantie pour que celui-ci ne devienne pas nocif, ne porte pas atteinte à la liberté de pensée de chacun et à l’égalité, notamment entre les hommes et les femmes, est de le circonscrire dans la liberté de conscience de chacun et dans la sphère de l’intime. Or c’est précisément l’inverse qui est proposé par ces tristes Assises."

Assises de l’interculturalité et la loi réprimant le négationnisme, réactions (1)

Assises de l’interculturalité et la loi réprimant le négationnisme, réactions (1)

"On peut s’interroger à l’infini sur l’utilité d’une telle législation, mais dès le moment où elle a été adoptée, tout recul, toute banalisation relève de l’ignominie. Il ne s’agit pas simplement d’une insulte à la communauté juive, mais d’une blessure irréparable à la nécessaire mémoire des peuples."  (Marc Uyttendaele, chroniqueur et avocat)

Grande satisfaction d'Edouard Delruelle, Directeur du Centre pour l’Egalité des chances :

"Malgré ces remarques critiques, et d’autres désaccords mineurs que je n’ai pas la place d’exposer ici, j’approuve une majorité des recommandations qui se trouvent dans ce Rapport." (Assises de l'Interculturalité, rapport final, novembre 2010, p. 122)"

Critique :

"Le rapport des Assises de l’interculturalité prône la disparition de la loi réprimant le négationnisme de "la référence explicite au génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale, de manière à permettre aux juges de pouvoir l’appliquer à d’autres génocides". Réagissant à cette proposition, les organisations juives, rwandaises et arméniennes Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB), Ibuka-Belgique et le Comité des Arméniens de Belgique appelent au contraire le gouvernement fédéral et les Chambres à mettre fin à la recrudescence du négationnisme en complétant l’article 1er de la loi du 23 mars 1995 de la façon suivante "Est puni d'un emprisonnement de huit jours à un an et d'une amende de vingt-six à cinq mille francs quiconque, dans l'une des circonstances indiquées à l'article 444 du Code pénal, nie, minimise grossièrement, cherche à justifier ou approuve le génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale, par le régime jeune-turc ottoman pendant la première guerre mondial et par le régime rwandais du Hutu Power d’avril à juillet 1994."" (Agence Diasporique d'Information)

Assises de l’interculturalité et la loi réprimant le négationnisme, réactions (2)

dimanche 12 décembre 2010

Ecrire sur Auschwitz sans mentionner le mot Juif

On nous avait signalé que la première chaîne de la RTBF avait omis (27/01/2010 page télétexte 244 du jour et les JT) de préciser, à l'occasion de la commémoration de la libération des camps de la mort, que les camps d'extermination étaient surtout destinés à tuer les Juifs.

La Libre Belgique vient de publier une "Opinion" intitulée Peut-on encore enseigner après Auschwitz ? sans que le mot Juif/Juive ou Tzigane ne soit mentionné une seule fois.  Extraits:

"Et puis il y eut Auschwitz et ses fumées nauséabondes qui ont hurlé à la face d’un monde consterné que la culture ne serait jamais une barrière infranchissable opposée à la barbarie et au meurtre. [...]

Alors, pourquoi continuer à enseigner quand on sait que cette activité ne garantit pas la paix et le progrès ? Pourquoi continuer à éduquer si cela ne peut nous préserver du pire ? Que transmettre puisque après Dieu c’est l’illusion de la force humanisante de la culture qui s’est évaporée dans les nuages de cendres qui montaient au ciel pour y laisser reposer des hommes, des femmes et des enfants de bonne volonté ?"

Une simple recherche sur le Web révèle: "En cinq années, plus de 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants, meurent à Auschwitz, dont 900 000 immédiatement à leur sortie des trains qui les y amenaient. 90% de ces personnes étaient juives. Ces victimes de la solution finale sont tuées dans les chambres à gaz ou parfois avec des armes à feu, mais meurent aussi de maladies, de malnutrition, de mauvais traitements ou d'expériences médicales. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres en masse commis par les nazis, et plus particulièrement celui du génocide des Juifs [européens] dans lequel près de six millions d'entre eux sont assassinés [dont un million et demi d'enfants]."

Un groupe de Juifs classés comme "inaptes au travail" attendent devant le crématoire numéro IV avant d'être gazés. Ils étaient alors épuisés et dans un état de choc après les horreurs du voyage et le processus de sélection qu'ils venaient de subir.  La plupart n'avaient pas la moindre idée de ce qui les attendait.

Un nain juifqui, comme toutes les personnes handicapées, fut "sélectionné" pour être liquidé - avant d'être photographié ...


Les effets personnels volés aux victimes étaient triés dans une section spéciale nommée Canada.  Le triage était effectué par des prisonniers sous la surveillance constante des gardes SS.

Elles vivent dans nos coeurs.

Source: Yad Vashem (The Auschwitz Album)

jeudi 9 décembre 2010

Belgique et Pays-Bas: quitter ou rester ?

Les chiffres que Le Soir ne publie pas et qui sont éloquents pour mesurer combien la population juive est minuscule dans les deux pays :

Il y a aux Pays-Bas 30.000 Juifs pour 16.653.000 habitants et en Belgique 30.300 Juifs pour 10.698.000 habitants.  De plus en plus de Juifs quittent les deux pays pour aller s'installer en Israël, aux Etats-Unis ou ailleurs.  On estime la population juive de l'Union européenne à 1.118.000 (contre 1.122.400 en 2009, soit 4.400 départs)*.  Selon André Kaspi : "En 2080, il y aurait [...] 600.000 en Europe."

Un message contradictoire adressé aux Juifs de Belgique : "Maurice Sosnowski, estime que «jamais», en sa qualité de président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), il ne dira «Partez !». Au contraire : «Restez. Mais pour cela, il faut retrouver un climat de confiance»."  Il incombe à qui d'instaurer ce climat de confiance ? Qui est responsable de la détérioration ?
Source: Le Soir («Juifs, émigrez», conseille Bolkestein). Extraits :

Pays-Bas La solution de l’ancien commissaire européen libéral, face à l’antisémitisme qui va crescendo

La société multiculturelle néerlandaise est à nouveau en ébullition. Dans un livre consacré au judaïsme, le libéral Frits Bolkestein invite les «juifs conscients» à quitter le pays, en raison d’un antisémitisme qui, selon lui, irait crescendo parmi les jeunes d’origine marocaine. Les «juifs conscients», c’est-à-dire les «juifs reconnaissables», notamment les orthodoxes.

Bolkestein demande à ces juifs de conseiller à leurs enfants d’émigrer vers les Etats-Unis ou vers Israël. Il dit avoir peu confiance dans la manière dont l’antisémitisme est combattu aux Pays-Bas.

Si l’analyse de Frits Bolkestein a fait beaucoup de bruit aux Pays-Bas, elle a trouvé un écho en Belgique. Maurice Sosnowski, estime que «jamais», en sa qualité de président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), il ne dira «Partez !». Au contraire : « Restez. Mais pour cela, il faut retrouver un climat de confiance ».

Depuis une dizaine d’années, les Néerlandais sont confrontés à la remise en question de leur modèle multiculturel. Dernier avatar en date, la montée en puissance du Parti de la liberté (PVV, populiste) s’explique en partie par l’islamophobie qu’exploite son leader Geert Wilders. Wilders, qui a su tirer parti de la sortie de Bolkestein : «Ce ne sont pas les juifs mais les Marocains coupables d’antisémitisme qui doivent quitter le pays». [...]

L’an dernier, 58 juifs habitant les Pays-Bas ont émigré vers Israël, soit le double des départs enregistrés en 2008. Même tendance qu’en Belgique où 200 juifs ont décidé d’émigrer cette année."

* World Jewish Population, 2010, Sergio DellaPergola, The Hebrew University of Jerusalem

dimanche 5 décembre 2010

Idan Raichel chantera pour le Nobel de la Paix et tant pis pour les boycotteurs belges

Un bel hommage à un chanteur - vrai militant des droits de l'homme - qui a été la cible d'une abjecte campagne - heureusement infructueuse - de boycott à Leuven en 2009.  Une très belle initiative du comité du Prix Nobel qui a été décerné le prix de 2010 à l'opposant chinois Liu Xiaobo "pour son long combat non-violent en faveur des droits de l’homme en Chine". 

Source: Guysen News

Le célèbre chanteur israélien Idan Raichel doit se produire sur scène à l'occasion de la cérémonie du prix Nobel de la Paix. Il sera accompagné de la chanteuse américaine India Arie, avec qui il collabore déjà pour son prochain album [photo des deux artistes ci-contre à l'occasion d'un concert auquel a assisté le Président Obama]. ''C'est un grand honneur'', a déclaré le chanteur israélien. ''Je me réjouis de leur invitation qui a été proposée pour la première fois à un musicien israélien.''
Compositeur et interprète, Idan Raichel avait fait une entrée fracassante dans le milieu de la chanson israélienne en 2002 en fusionnant musique électronique, folk israélien et musiques traditionnelles africaines dans son premier album Idan Raichel's project.
Mais le musicien ne sera pas seul sur scène pour la cérémonie du Prix Nobel de la paix. Il sera en effet accompagné de la chanteuse américaine India Arie, lauréate des Grammy, qui a récemment révélé, lors d'une interview sur ABC Godd Morning America, que les deux artistes collaboraient sur un nouvel album.

I. Raichel et I Arie interprèteront une des chansons de leur nouvel album, intitulée ''Don d'acceptation'' pour la cérémonie qui aura lieu à Oslo le 10 décembre prochain.  ''Les paroles de la chanson concernent l'acceptation d'autres modes de vie, d'autres religions, d'autres amours et d'autres peuples.''

''C'est une déclaration au sujet de mon identité en tant qu'artiste israélien. Il en est de même pour India Arie, en tant qu'artiste américaine.''