vendredi 30 avril 2010

Le philosophe Philippe Van Parijs: la sagesse belge et l'intifada d'Israël/Palestine

Au Centre de recherche français de Jérusalem, Israël serait-t-il, aux yeux de Philippe Van Parijs, une démocratie plurinationale ? Et en Belgique un pays qui ne mérite pas qu'on l'appelle par son nom, mais "Israël/Palestine"?

Philippe Van Parijs, professeur de philosophie de l'Université catholique de Louvain, signe dans Le Soir (29/04/2010) une carte blanche sur les graves difficultés que traverse la Belgique.  (Le terme catholique n'est pas repris dans l'article car il est "un des professeurs de l’UCL qui œuvrent pour la suppression du "c" dans l’appellation de l’université".)

Comme le résume le journal, l'essentiel pour Philippe Van Parijs c'est que "vu d'Israël, quelle sagesse dans nos institutions" belges. 

Or dans le texte le philosophe-spécialiste ne daigne jamais parler d'Israël mais d'Israël/Palestine.  Notons qu'il vient de visiter Israël à l'invitation du Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ).  Pour ce qui ne va dans le pays, il constate que la Belgique "c'est aussi Israël/Palestine", mais que ... même "en cas d'échec, ce ne sera pas encore l'intifada ni l'invasion des mitrailletes". 

"En Israël-Palestine, le gouvernement n'est pas constitutionnellement contraint de comporter un nombre égal de Juifs et d'Arabes. Les questions communautaires sensibles n'y requièrent pas de double majorité. La minorité arabe ne dispose d'aucune sonnette d'alarme. Notre histoire nous a bricolé tout cela. C'est loin d'être parfait. Mais les intifadas en sont rendues moins probables [...].

"[...] certains pourraient [...] se mettre à l'écoute de ce que ressentent les Palestiniens de la banlieue arabe de Jérusalem lorsqu'une famille juive hisse le drapeau israélien sur la maison qu'elle vient d'acheter pour bien indiquer que d'intégration il ne saurait être question."

"En cas d'échec, ce ne sera pas encore l'intifada ni l'invasion des mitrailletes."

Le 27 avril, ce philosophe-spécialiste d'Israël/Palestine a donné une conférence à l'Université Catholique de Louvain:
"Y a-t-il une solution "belge" au conflit israelo-palestinien?
Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Philippe Van Parijs (Chaire Hoover), rentré de faire des conférences aux universités arabe et hébraïque de Jérusalem. Discussion introduite par Bichara Khader (UCL)".

En Israël, il a animé un séminaire au CRFJ (Centre de recherche français de Jérusalem) sur le thème :  "Une démocratie plurinationale est-elle viable ?" "L’une de ses nombreuses activités de recherche concerne la question des institutions dans le cadre d’État fédéral plurinational, tout particulièrement en Belgique."

Au CRFJ, Israël serait-t-il, aux yeux de Philippe Van Parijs, une démocratie plurinationale ? 

Palestiniens, membres du Hamas.

mercredi 28 avril 2010

Malgré la crise la commune de Linkebeek vote une motion anti-israélienne

"Comment réagirions-nous si des groupes de pression étrangers cherchaient à nous imposer leur solution pour dénouer le problème B-H-V ?"

On ne peut que déplorer qu'au moment même où la Belgique se trouve confrontée à une crise institutionnelle sans précédent et à de graves difficultés d'ordre économique et social, le conseil communal de Linkebeek, commune qui est elle-même au centre d'une polémique communautaire, ait jugé utile d'inscrire à l'ordre du jour une motion anti-israélienne, soutenue par le bourgmestre Damien Thiéry, membre du FDF.  Comment expliquer qu'en cette période tellement difficile pour les Belges la stigmatisation d'Israël soit une priorité à Linkebeek ?

Notons que la formation néerlandophone Linkebeek 2000 s'est démarquée des francophones de Linkebeek en s'abstenant lors du vote.

Dans un récent communiqué, le Consistoire Central Israélite de Belgique et le FORUM des organisations juives posaient la question "comment réagirions-nous si des groupes de pression étrangers cherchaient à nous imposer leur solution pour dénouer le problème B-H-V ?"  En effet. 

Le Conseil communal de Linkebeek a approuvé une motion condamnant le financement par Dexia des "colonies" israéliennes en territoire palestinien, rejoignant ainsi les 33 communes - heureusement une infime minorité - qui se sont dintinguées en se prononçant dans le même sens.

Het Nieuwsblat (Linkebeek stemt motie tegen Dexia en financiering Israëlische kolonies) rapporte que le bourgmestre francophone de Linkebeek Damien Thiéry (de la formation Linkebeek Ensemble-Samen) a justifié la motion: "En tant que ville, nous travaillons beaucoup avec la banque" et ajouta "Mais nous sommes contre ces financements par la filiale de Dexia en Israël. Dexia contribue de la sorte au financement de la politique de colonisation illégale. Cette politique va à l'encontre de tous les efforts pour la paix dans la région. Nous incitons instamment Dexia et ses actionnaires à mettre un terme dès que possible à ces activités. "

Le conseiller Marc De Neef (CAP Linkebeek) s'étonna. "Est-ce que dans le futur nous allons voter contre la FN qui fabrique des armes et contre d'autres sociétés? Où est-ce que ça va s'arrêter ?"

Le quotidien ajoute que le bougmestre Damien Thiery a tenu bon et a défendu la motion.

Eric De Bruycker (Linkebeek 2000) lui a demandé ce qui se passerait si le financement de Dexia continue. "Nous verrons le moment venu", a-t-il répliqué. La motion a été approuvée, mais le groupe Linkebeek 2000 s'est abstenu. "Nous nous demandons s'il est entre dans les attributions de la commune de voter ce type de motions", s'est interrogé Eric De Bruycker.

Echec de la campagne anti-israélienne contre Dexia: Didier Reynders irrite INTAL

mardi 27 avril 2010

JCALL - Appel à la raison ?

"Comment réagirions-nous si des groupes de pression étrangers cherchaient à nous imposer leur solution pour dénouer le problème B-H-V ?"

L'initiative du CCLJ a été désavouée par le Consistoire Centrale Israelite de Belgique, le FORUM des organisations juives et le CCOJB.

Communiqué conjoint du Consistoire Central Israélite de Belgique et du FORUM des organisations juives

"Appel à la raison ?

Dans Le Soir du 20/04 dernier, est paru un "appel à la raison" afin de fonder un nouveau mouvement qui aurait comme but de prouver que l'actuelle politique israélienne est illégitime.

Il s'agit ici de l'opinion de quelques-uns et d'une organisation minoritaire au sein de la communauté juive francophone.

Comme notre organisation-sœur, le CCOJB [Réaction à la carte blanche l’« Appel à la raison » publiée dans le journal « Le Soir» du 20 avril 2010], qui représente la Belgique francophone, nous déplorons que cette minorité cherche à former un groupe qui voudrait exercer une pression sur les dirigeants du seul État démocratique du Moyen Orient afin de leur imposer sa propre opinion.

Il va de soi qu'un des éléments fondamentaux d'une démocratie est que les citoyens d'un pays n'interfèrent dans la politique d'un autre état démocratique.

Pour ne pas comparer ce qui est incomparable, mais bien rester dans l'actualité: comment réagirions-nous si des groupes de pression étrangers cherchaient à nous imposer leur solution pour dénouer le problème B-H-V ?

La communauté juive dans son entièreté, espère de tout cœur qu’une paix durable pourra s’instaurer au Moyen Orient et réalise que cela exigera beaucoup de bonne volonté et de concessions de parte et d’autre."

- JCALL accuse les institutions juives communautaires de confisquer la 'parole'
- Pourquoi je ne signerai pas "l’Appel à la raison", par Gérard Huber
- Après la pétition de JCall, appel à signature pour "Raison garder"
- Appel pour la paix sans perdre la raison, par Isaac Franco
- Les idiots utiles de J Call, par Guy Millière

lundi 26 avril 2010

La publicité d'un événement anti-israélien retirée du portail du Sénat belge

La publicité accordée à une initiative visant l'endoctrinement des jeunes à l'hostilité envers l'Etat d'Israël, mais présentée comme de l'"éduction à la citoyenneté", a été retirée aujourd'hui du portail du Sénat.

Contexte :
- Tournai: journée d"imprégnation" des jeunes du "contenu" du conflit israélo-arabe
- Le Sénat relaye un événement anti-israélien sur son portail

Cette "formation" ('Expliquer la Palestine aux jeunes') à caractère hautement anti-israélien qui vise à endoctriner la jeunesse a l'honneur de figurer sur une pleine page sur le portail du Sénat belge (francophone) et ICI également.  Le seul nom de l'ONG virulemment anti-israélienne Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles - dans ce cas la  section Hainaut-Picardie - présidée par Pierre Galand, le "pape" de la laïcité belge,  donne une idée claire de la propagande à laquelle les participants seront soumis et qu'ils auront la tâche d'inculquer aux jeunes belges francophones ...


Légitimer la délégitimation d'Israël

Après l' Apologie du terrorisme et diatribes antisionistes du Hezbollah à la Maison des Parlementaires et Un député Ecolo ouvre les portes du Parlement au Hezbollah (15 décembre 2008) et la participation de l'ancienne présidente du Sénat Anne-Marie Lizin à un forum anti-israélien à Durban II (17 avril 2009), on regrette que ça continue.  C'est au Sénat que Madame Lizin a appelé en 2009 à la création d'un tribunal Russell pour juger Israël et que peu de temps après ... Pierre Galand s'exécutait.

C'est ainsi qu'on donne des lettres de noblesse à la délégitimation d'Israël.

L’Université Libre de Bruxelles déroule le tapis rouge aux supporters de Dieudonné ?

"Les plus gros escrocs de la planète sont tous des Juifs Il faut être Juif pour avoir la liberté d’expression en France Maintenant, de toute façon, la mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens". (Dieudonné)

"Très actif sur le Net, où il relaie les propos anti-juifs de son mentor, qu’il qualifie de "véritable républicain" (sic) Olivier Mukuna y dénonçait récemment "l’influence majeure du lobby pro-israélien" et "la haine des milices sionistes" harcelant, selon lui, Dieudonné. Tout comme celui-ci, Mukuna est obsédé par les Juifs qui, à l’entendre, gouverneraient le monde."

Deux hommes noirs intéressent beaucoup les Belges. Aucun n'est belge.

L'un vient d'Amérique. Il s'agit d'un des hommes les plus remarquables de notre siècle, le Président Barack Obama.

L'autre nous vient - hélas - d'Europe et est français. Il s'agit de l'humoriste Dieudonné. Il parle des Juifs dans des termes éloquents: "Les plus gros escrocs de la planète sont tous des Juifs Il faut être Juif pour avoir la liberté d’expression en France Maintenant, de toute façon, la mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens". 

La passion pour le personnage est telle qu'un débat sera organisé sur lui à l'Université Libre de Bruxelles, plus précisément au Cercle du Libre Examen dont l'objet est "la diffusion du principe libre examen" et le "rôle fondamental est de susciter le débat, de favoriser une prise de conscience de ses membres".

Ce "débat" sur Dieudonné, qui exerce un véritable engouement dans la capitale de l'Europe, a gêné au moins une personne, Claude Demelenne, Coordinateur du collectif  "Vigilance Citoyenne":

UN FILM DE PROPAGANDE POUR DIEUDONNE PROJETE, CE 27 AVRIL, AU CERCLE DU LIBRE EXAMEN (LIBREX) ?

LES RACISTES ET LES ANTISEMITES : PAS A L’ULB !

Les fans de l’antisémite Dieudonné noyautent-ils le Cercle du Libre Examen (Librex) de l’ULB ? Ce 27 avril, celui-ci invite Olivier Mukuna, un proche de Dieudonné, à qui il a consacré un film de propagande… qui devrait être projeté dans les murs de l’Université. Un parfum de scandale, après les nouveaux propos orduriers et racistes de Dieudonné sur les Juifs ? Le Collectif "Vigilance Citoyenne" interpelle les autorités académiques.

samedi 24 avril 2010

Le Sénat relaye un événement anti-israélien sur son portail

Contexte : Tournai: journée d"imprégnation" des jeunes du "contenu" du conflit israélo-arabe

Cette "formation" (Formation: 'Expliquer la Palestine aux jeunes') à caractère hautement anti-israélien qui vise à endoctriner la jeunesse a l'honneur de figurer sur une pleine page sur le portail du Sénat belge (francophone) et ICI également.  Le seul nom de l'ONG virulemment anti-israélienne Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles - dans ce cas la  section Hainaut-Picardie - présidée par Pierre Galand donne une idée claire de la propagande à laquelle les participants seront soumis. 



Après l' Apologie du terrorisme et diatribes antisionistes du Hezbollah à la Maison des Parlementaires et Un député Ecolo ouvre les portes du Parlement au Hezbollah (15 décembre 2008) et la participation de l'ancienne présidente du Sénat Anne-Marie Lizin participe à un forum anti-israélien à Durban II (17 avril 2009), on regrette que ça continue. C'est ainsi qu'on donne des lettres de noblesse à la délégitimation d'Israël.

vendredi 23 avril 2010

Tournai: journée d"imprégnation" des jeunes du "contenu" du conflit israélo-arabe

En Belgique francophone, quelle que soit l'actualité, l'agenda anti-israélien est invariablement bien chargé.

Expliquer la Palestine aux jeunes - le 23 avril 2010 à Tournai  - journée d'imprégnation organisée par deux ONG:

- l'ONG - très branchée sur la question palestinienne - Annoncer la Couleur (Programme fédéral d'éducation à la citoyenneté mondiale...) et
- l'Association Belgo-Palestinienne Hainaut-Picardie (à ne pas confondre avec l'Assocation Palestinienne Bruxelles-Wallonie).

"Une journée pour s‘imprégner d‘un contenu et découvrir des outils permettant d‘aborder en classe la question du conflit au Proche-Orient.

En partant de l‘historiqeu du conflit, on explorera les discours en présence, les contradictions,les issues possibles.

Avec la collaboration de l‘association Belgo-Palestinienne Hainaut-Picardie.
Quand? : le 23 avril 2010
Où? : à la Maison de la Culture à Tournai
Infos et inscriptions : Fabienne Malaise au 064/31.28.26 ou dgac.annoncerlacouleur@hainaut.be"

Pour rappel.  La facette non explorée du conflit israélo-arabe:
Une bombe humaine palestinienne prête au martyre déclare à la télévision du Hamas: "... et nous savons qu'il n'y de sang qui nous est plus doux que le sang des Juifs."

JCALL accuse les institutions juives communautaires de confisquer la 'parole'

"Notre objectif est de rendre publique une parole souvent confisquée par des institutions juives communautaires" (JCALL)

"C’est vrai que l’idée a pris corps au CCLJ [...] Ensemble, nous voulons ratisser large [...] dans la volonté de dépasser les clivages politiques car nous pensons que nombreux sont les Juifs européens modérés qui n’approuvent pas la politique du gouvernement israélien qui n’est ni légitime ni raisonnable mais plutôt suicidaire ! L’ambition est vraiment de faire boule de neige; d’ailleurs, des Juifs de nombreux pays européens seront présents le 3 mai à Bruxelles." (Elie Barnavi)

Contexte:
* Pourquoi je ne signerai pas "l’Appel à la raison", par Gérard Huber
Des juifs belges font venir 'J Street' au Parlement européen et lancent 'J-CALL' ...

JCALL a crée un site pour lancer sa pétition-"appel à la Raison" au monde entier. 

Le 21 avril, dans la présentation de l'initiative (selon Elie Barnavi c'est le Centre Communautaire Laïc juif (CCLJ) qui est l'initiateur de cette organisation "l’idée a pris corps au CCLJ, alors qu’en même temps des Juifs de France, où se trouve la plus grande communauté juive d’Europe, pensaient la même chose" (Le Soir), les responsables mettaient en cause "des institutions juives communautaires" coupables, selon JCALL, de confisquer la "parole".  Laquelle ?  De quels Juifs ?  La réponse :

"Notre objectif est de rendre publique une parole souvent confisquée par des institutions juives communautaires, et une voix juive solidaire et critique, témoignant de notre inquiétude devant la situation actuelle et ses conséquences sur un avenir proche." (Voir capture d'écran.)

Le 22 avril, la formulation de l'objectif avait changé et l'accusation retirée.  Il n'était plus question de confiscation de "parole" par "des institutions juives communautaires, mais "de juifs européens, trop longtemps silencieux".  On prend également soin préciser qu'ils sont solidaires d'Israël, mais critiques "quant aux choix actuels de son gouvernement".

"Notre objectif est de rendre publiques les positions de juifs européens, trop longtemps silencieux, et de faire entendre une voix juive solidaire de l’État d’Israël et critique quant aux choix actuels de son gouvernement."

Ce cafouillage révèle un regrettable amateurisme et une facette très peu aimable de JCALL, alors que toujours selon Elie Barnavi, ce qui anime JCALL est "la volonté de dépasser les clivages politiques". 


jeudi 22 avril 2010

Echec de la campagne anti-israélienne contre Dexia: Didier Reynders irrite INTAL

"En finançant "un régime d’apartheid et de répression", Dexia "se trempe les mains dans le sang des milliers des Palestiniens – victimes de ce régime."

Les aimables farceurs de l'ONG INTAL avouent, dans leur prose fleurie habituelle, que leur campagne ridicule est un échec.  Comble des combles : à peine 1.100 (chiffre probablement gonflé) "citoyens" (pas de citoyennes ?) ont signé leur pétition ...  Décevant de devoir avouer un échec, alors qu'on claironnait des triomphes.  Et le plus irritant pour eux c'est que "Le Ministre des Finances, Didier Reynders [...] a adopté le discours de Dexia et d’Israël". Eh bien!

"Le 30 mars 2009, la campagne "Palestine occupée-Dexia impliquée" a lancé une pétition en ligne destinée à la fois aux autorités belges et au groupe Dexia S.A. (et plus particulièrement à son administrateur délégué, M. Mariani et au président du C.A., M. Dehaene). En tant qu'actionnaires, ceux-ci ont (ou devraient avoir) un rôle à jouer dans l'arrêt du financement des colonies par Dexia Israël.

En un an, 1100 citoyens ont signé la pétition et laissé des messages personnels pour exprimer leur soutien à la campagne. Dans les messages ils expriment leur indignation face à l’appui financier du Groupe Dexia à la colonisation et "au terrorisme étatique israélien". Lors de leurs voyages au Moyen-Orient, beaucoup d’entre eux ont été témoins de ce "terrorisme" et en rapportent des récits écœurants. Les messages de colère ont également ciblé les autorités belges, qui n’ont fait que tolérer cette politique d’investissements.

mercredi 21 avril 2010

Bruxelles: conférence d'INTAL pour le boycott d'Israël

Malgré ses nombreux échecs dans les campagnes anti-israéliennes, Intal (une ONG qui reçoit des subsides) organise une nouvelle conférence anti-israélienne. Pourquoi changerait-elle puisque les généreux subsides l'encouragent dans cette voie ? Ici pas d'illustres professeurs de l'ULB ou de l'UCL ... Mais la CSC (syndicat chrétien).  Et dire que malgré toute cette activité frénétique du lobby anti-israélien, Michel Collon trouve trouve que les Belges sont très "ignorants" du conflit israélo-arabe : "On a demandé aux gens [aux Belges] ce qu'ils savaient de l'histoire de la Palestine et ils ne savaient rien" [Michel Collon déplore l'ignorance du Belge sur 'Israël, l'Etat le plus raciste au monde'].
"La Palestine s’invite régulièrement dans notre actualité, au gré des évènements violents qui s’y produisent : "heurts", "assassinats ciblés", « bouclages », … Derrière ces faits dramatiques, des vies sont également broyées au jour le jour par l’occupation et le régime de discrimination qui semblent s’être définitivement installés en Israël et dans les territoires palestiniens.

C’est parce que ce quotidien fait rarement la une de l’actualité que le groupe Intal Palestine Bruxelles, avec la participation de Kavlaoved [en 2006 le budget de cette ONG s'élevait à $560,000. On trouve Christian Aid, Ford Foundation et New Israel Fund parmi ses généreux donateurs], CSC et Sawt Al Amal, se propose d’y revenir au cours d’une soirée alternant conférence, documentaire et vidéo conférence qui aura lieu le 24 avril 2010 à 19h00 dans les locaux d’Intal, chaussée de Haecht 53 à 1210 Bruxelles."

mardi 20 avril 2010

Parlez 'Khmers Rouges', Jean Bricmont et Anne Morelli répondent 'Israël'

Reçu d'Aldo-Michel Mungo

"Dans la carte blanche du jeudi 18 mars 2010 publiée par le journal Le Soir, A.B. rappelait le soutien actif de certains intellectuels belges au régime communiste des Khmers rouges, coupables de l’élimination de près de 2 millions de Cambodgiens. A la tête de ces belges figurait le professeur François Rigaux, académicien belge et parrain du Tribunal Russell II sur la Palestine [mis sur pied par Pierre Galand]. Défenseur des droits de l’homme autoproclamé. [François Rigaux, soutien des Khmers Rouges, anti-israélien et couvert d'honneurs ...]

Dans leur carte blanche du vendredi 2 avril 2010 parue dans le même journal, les professeurs Anne Morelli et Jean Bricmont, se revendiquant eux-mêmes d’appartenir à l’extrême-gauche, prétendent livrer une réponse à la carte blanche d’A.B. Ils y minimisent amplement la portée idéologique des crimes des Khmers rouges, déresponsabilisant de ce fait leurs amis belges et profitant de cette tribune pour lancer des accusations envers les Etats-Unis d’Amérique et Israël. ["A une époque où des pays européens envoient leurs troupes servir de supplétifs aux Américains en Afghanistan et en Irak, intensifient leurs menaces contre l’Iran et appuient Israël dans ses guerres contre les Palestiniens ou les Libanais, une telle mobilisation est plus nécessaire que jamais."].

D’un commun accord avec Le Soir, la réponse d’A.B. à l’argumentaire de Morelli et Bricmont ne paraîtra pas dans ses colonnes afin d’éviter qu’elles deviennent le théâtre d’une polémique. Ceci n’empêche en rien la diffusion de la réponse d’A.B. qui démonte la rhétorique de la carte blanche de Morelli et Bricmont.

La carte blanche initiale d’A.B.  La "réponse" d’Anne Morelli et de Jean Bricmont: Khmers rouges : au-delà du repentir)

Les Khmers rouges, leurs amis et les raisonnements fallacieux

Dans leur carte blanche du 2 avril, les professeurs Anne Morelli et Jean Bricmont prétendent répondre à ma précédente carte blanche intitulée "Les Belges qui ont soutenu les Khmers rouges doivent sortir de leur silence".

D’emblée, la confusion sémantique s’installe, avant de virer à l’argument ad personam : demander aux amis belges des Khmers rouges de s’expliquer revient à tomber dans la repentance, à chercher des âmes perdues, bref, à être un chrétien, limite un légat du pape. Entamer son argumentaire en jetant l’opprobre, à la limite de la diffamation, est une technique qui déshonore ceux qui l’emploient.

Tarik Ramadan et Barbara Delcourt de l'ULB - conférence anti-israélienne à Bruxelles

Ca n'arrête pas.  Un lecteur de ce site, nous signale cette conférence anti-israélienne aux Facultés universitaires Saint-Louis organisée par l'European Muslim Network. Notons que le moins que l'on puisse dire est que les trois orateurs/spécialistes partagent les mêmes vues négatives sur Israël et déplorent et dénoncent ... le parti-pris pro-israélien de l'Union européenne.  Il n'y aura donc aucune contradiction dans le débat - juste des points de vue concordants qui se renforcent mutuellement. 
Les positions de Tarik Ramadan et de l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles que préside Pierre Galand sont bien connues.  Barbara Delcourt est chargée de cours à l'Université Libre de Bruxelles (ULB) et coordonne l'axe "Ordre et désordre international" du Pôle Bernheim de l'ULB. Elle est convaincue que "L’UE adopte des termes très différents pour qualifier la violence en fonction de l’identité de ceux qui l’utilisent. Loin d’être neutres, les termes choisis dénotent en fait un biais en faveur de l’Etat israélien et une attitude qui neutralise en fait ses prétentions à l’équidistance". (Barbara Delcourt de l'ULB : l'UE est biaisée en faveur d'Israël)


TARIQ RAMADAN - L'Union Européenne Face à la Question Palestinienne
Date : vendredi 23 avril 2010
Heure : 19:00 - 22:00
Lieu : Facultés universitaires Saint-Louis
Adresse : Boulevard du Jardin Botanique 43, Bruxelles, Belgium

Avec:
TARIQ RAMADAN :
Président de European Muslim Network

BARBARA DELCOURT: Professeure de science politique à la faculté des sciences sociales et politiques et à l'institut d’études européennes de l'ULB

NADIA FARKH: Coordinatrice de l'Association Belgo-Palestinienne

lundi 19 avril 2010

Conférence de Bishara Khader: "Le conflit israélo-palestinien pour les nuls" ...

Michel Collon constatait que les Belges sont très "ignorants" du conflit israélo-arabe : "On a demandé aux gens [aux Belges] ce qu'ils savaient de l'histoire de la Palestine et ils ne savaient rien" [Michel Collon déplore l'ignorance du Belge sur 'Israël, l'Etat le plus raciste au monde'].  Mais le lobby pro-palestinien ne baisse pas les bras et continue à organiser conférence sur conférence pour pallier à cette intolérable carence culturelle malgré la résistance irréductible de la majorité des Belges francophones à l'endoctrinement anti-israélien. 

Ainsi, l'ONG SCI (soutenue par la Communauté française, la Commission communautaire française (Cocof) et la DGDG) propose une soirée d'information intitulée: "Le conflits israélo-palestinien pour les nuls". Les intervenants étant Bishara Khader, professeur à l’UCL et directeur du Centre d’Etude et de Recherche sur le Monde Arabe Contemporain, et Marianne Blume, enseignante à Gaza de 1995 à 2005.  Le bar sera "équitable".

Bichara Khader confiait à La Libre Belgique (08/08/2009): "Israël aura beau jeu de dire qu’il est la victime "innocente" d’un terrorisme radical de type religieux, alors que c’est lui qui pratique la forme du terrorisme la plus abjecte, les bombardements au phosphore blanc"...

- Bichara Khader invité "exceptionnel" du Centre Laïque Juif (CCLJ)
- Belgique: les bien chers frères Khader et la guerre occulte contre Israël
- Bichara Khader et la "dé-existence" palestinienne

Journal belge (Pan) : "le sulfureux (mais hyper drôle !) Dieudonné"

Extrait d'un texte sur Claude Demelenne repris du site du journal satirique belge Pan (Demelenne MacCarthyse) :

"Claude Demelenne [...] mène une croisade contre ce qu’il appelle les "islamo-gauchistes" : tout qui, à gauche, refuse de cracher sur le voile et sur les musulmanes qui le portent se retrouve ipso facto sur les bûchers que Cloclo Demelenne [...] prend un malin plaisir à allumer. Il va jusqu’à fouiller dans les listes de signataires de pétitions, comme celle contre la loi qui veut alourdir les embûches des naturalisations, pour exposer au mépris les protestataires vendus (selon lui) à l’islamisme. Son confrère le journaliste Olivier Mukuna fait l’objet de sa vindicte obsessionnelle simplement parce qu’il a commis le crime de chercher à dédiaboliser le sulfureux (mais hyper drôle !) Dieudonné [Le silence des médias belges face au journaliste Olivier Mukuna fan de Dieudonné].

Un autre des ses boucs émissaires favoris est le pauvre Luk Vervaet, ancien du PTB, qui n’a pas plus d’affinités avec l’islam que la reine Fabiola avec le marxisme-léninisme, mais à qui notre Torquemada du (Journal du) Mardi taille pourtant des habits de jihadiste sous prétexte qu’il est pro-palestinien [Belgique: Luk Vervaet, un anti-israélien radical qui soutient le Hezbollah et le HamasApologie du terrorisme et diatribes antisionistes du Hezbollah à la Maison des Parlementaires et Le "nazisme" israélien dénoncé au Parlement belge par un député du Hezbollah]. Prophètes du péril islamique aux incessantes lamentations, Jérémie Demelenne et son compère Élie (Alain) Destexhe – qui ne rate pas une occasion non plus de crier haro sur les ‘barbus’– vont finir par passer pour les Dupond-Dupont du Mossad."

Réaction de Nadia Geerts au texte de Pan :

L'antisémitisme: un racisme acceptable ?, par Nadia Geerts

"Derrière ce procédé se cache une évidence inquiétante : le méchant, c’est le Juif. Procédé odieux qui porte un nom : "antisémitisme". L’autre, l’adversaire, n’est plus combattu sur le terrain des idées, seul légitime, mais est essentialisé, et d’une manière insidieuse et profondément raciste. Mais certains, visiblement, ont pris l’habitude détestable de traquer le racisme anti-musulmans y compris là où il n’y a en réalité que critique de l’emprise politique de l’islam sur la société civile, tout en recourant eux-mêmes à des procédés incontestablement antisémites, donc racistes."

Contexte: Journal belge : "le sulfureux (mais hyper drôle !) Dieudonné"

Source: Les carnets de Nadia Geerts

"L’hebdomadaire satyrique Pan [Demelenne MacCarthyse] consacre cette semaine un articulet à Claude Demelenne. On sait depuis longtemps que la rédaction de Pan ne voit pas d’un bon œil, c’est le moins qu’on puisse dire, les critiques de l’islam radical, qu’elle est prompte à assimiler à de l’ "islamophobie" ou à du racisme à peine voilé. Soit. Je déplorerai toujours cette manie du raisonnement binaire, qui ne laisse aucune place à la nuance, mais là n’est pas l’essentiel. Pan, en effet, conclut son article par cette phrase :

"Prophètes du péril islamique aux incessantes lamentations, Jérémie Demelenne et son compère Elie (Alain) Destexhe – qui ne rate pas une occasion non plus de crier haro sur les ‘barbus’ – vont finir par passer pour les Dupond-Dupond du Mossad."

La "judaïsation" des prénoms n’est pas nouvelle sur la toile. Suite à ses prises de positions anti "barbus" après la manifestation de soutien à Gaza, le comédien Sam Touzani avait déjà été rebaptisé "Samuel ". Son crime ? Avoir manifesté en faveur de la Palestine, et s’être alarmé de la tonalité religieuse, voire islamiste et antisémite de certains slogans. Pour certains, dès lors, le diagnostic était clair : Sam Touzani était pro-israélien (une absurdité pour tous ceux qui le connaissent un tant soit peu, notamment dans son soutien à la cause palestinienne), "sioniste", donc juif… Une équation simpliste qui fait de tout critique de l’islam radical un Juif.

Rebelotte aujourd’hui avec Claude Demelenne et Alain Destexhe, rebaptisés Jérémie et Elie, et ce alors que rien, dans l’article en question, ne permet de penser qu’ils auraient de quelconques affinités avec Israël ou le judaïsme (et quand bien même !). Simplement, ils critiquent l’islamisme.

dimanche 18 avril 2010

Scènes de guérilla urbaine à Bruxelles, une synagogue visée

"Résumons: un malfaiteur est abattu par la police; en représailles, un commissariat de police, garant et symbole d'un ordre public honni par ces "jeunes en colère", est attaqué, quelques voitures sont brûlées et... une synagogue visée. La synagogue, symbole de quoi pour les pyromanes?"

Source: Scènes de guérilla urbaine à Bruxelles, par Joël Rubinfeld, vice-président du Congrès Juif Européen et ancien président du CCOJB

"Cela commence par une fusillade mortelle sur le ring de Bruxelles lundi 12 avril, à l'aube. Quelques heures plus tard, aux alentours de midi, de sérieux affrontements à Saint-Gilles opposent "jeunes" de ce quartier de la capitale et forces de l'ordre "coupables" d'avoir perquisitionné le domicile du malfrat tué par la police tôt le matin.

Le calme est rétabli vers 16 heures. Nouvel accès de fièvre vers 20h. Bilan: voitures incendiées, trottoirs dépavés, mobilier urbain vandalisé, commissariat de police du Parvis de Saint-Gilles attaqué, des dizaines d'arrestations.

La tension persiste le lendemain: mardi, vers 21h, une voiture est incendiée, toujours à Saint-Gilles, et une autre, à Molenbeek, vers minuit. Entre ces deux incidents, un cocktail molotov est lancé vers 22h contre la porte de la synagogue de la rue de la Clinique, à Anderlecht.

Résumons: un malfaiteur est abattu par la police; en représailles, un commissariat de police, garant et symbole d'un ordre public honni par ces "jeunes en colère", est attaqué, quelques voitures sont brûlées et... une synagogue visée.

La synagogue, symbole de quoi pour les pyromanes?"

- "Incident léger" à Bruxelles: un cocktail molotov lancé contre une synagogue
Pour le déroulé des événements:
- Brussels: Riots after fatal police chase (Islam in Europe)

jeudi 15 avril 2010

"Simone Susskind, une Juive belge activiste de la paix" invite Gideon Levy à Bruxelles

"Ce thème [la Shoah] est manipulé. Il y a cette sorte d’industrie qui consiste à emmener les jeunes Israéliens pour les faire pleurer devant un drapeau israélien à Auschwitz alors qu’ils ne visiteront jamais le camp de réfugiés palestiniens qui se trouve à 25 km de chez eux. On fait aussi une utilisation douteuse de la Shoah quand on compare par exemple l’Iranien Ahmadinejad à Hitler."

"Je préfère nettement avoir affaire à des gens comme l’extrême droite raciste et ouvertement coloniale qui dit et fait ce qu’elle pense. Les hypocrites comme Peres et Tzipi Livni ou certains écrivains aident les Israéliens à cultiver leur bonne conscience…" (déclarations de Gideon Levy, invité par Simone Susskind à Bruxelles, au Soir)

Un des paradoxes du conflit israélo-arabe - le plus médiatisé en Europe - est comme le constate Michel Collon: "On a demandé aux gens [aux Belges] ce qu'ils savaient de l'histoire de la Palestine et ils ne savaient rien" [Michel Collon déplore l'ignorance du Belge sur 'Israël, l'Etat le plus raciste au monde'].  Traduisez: ils ne croient pas tout le mal que nous leur racontons sans relâche sur Israël et ont même plus de sympathie pour les Israéliens que pour les Palestiniens.  Cette situation les fruste mais ils ne désarment pas.  Ainsi cherchent-ils de nouvelles armes, de nouveaux arguments mais n'en trouvent guère puisque tout a été dit et écrit - et ils et elles sont condamnés à continuer de faire du même avec du même.  Oui c'est terriblement frustrant d'autant plus qu'ils ont plus la plupart déjà un certain âge - les jeunes se laissent moins prendre à ce petit jeu.  Leur ultime recours - qui s'avère tout aussi inopérant - est d'avoir recours à des experts, souvent juifs et peu représentatifs.  Auréolés de leur qualité de juifs et de savants, ils sont invités à venir dire tout le mal qu'ils pensent d'Israël.  Le dernier spécialiste à avoir eu les honneurs en Belgique ce fut Gideo Levy, le journaliste israélien controversé du Haaretz. Pour des raisons qui échappent au commun des mortels en Europe mais pas aux intrépides militants qui les invitent, Levy est venu répéter combien Israël est une déception pour le monde et les juifs.

C'est grâce à Baudouin Loos du Soir qu'on apprend que "Gideon Levy était invité à Bruxelles par Simone Susskind, une Juive belge activiste de la paix".  L'égérie du Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ) a donc fait venir le journaliste parler aux Belges de "la dégradation morale de la société israélienne" ce qui, voyez-vous, "suscite également l’inquiétude de Juifs de diaspora".  Le CCLJ publie une interview "Gideon Levy, journaliste et patriote", dans laquelle on préfère évoquer les campagnes de boycott et les sujets moins controversés qui pourraient choquer le lectorat, en majorité juif.  Il semble que l'admiration que le CCLJ voue à Gideon Levy est grande.

Mais c'est Baudouin Loos du Soir qui racontera les vérités de Gideon Levy.  Ni Loos ni Levy  ne s'encombreront de trop de délicatesses :

"Incident léger" à Bruxelles: un cocktail molotov lancé contre une synagogue

"Ce n’est pas la première fois qu’un tel lieu du culte juif est la cible d’un engin incendiaire à Anderlecht."

Joods Actueel lie les violentes émeutes provoquées par des "jeunes" survenues dans commune bruxelloise de Saint-Gilles au lancement dans la nuit du mardi d'un cocktail molotov contre la synagogue située dans la rue de la Clinique dans la commune d'Anderlecht. Un passant et quelques voisins ont réussi à éteindre le feu. (Anderlecht : Brandbom tegen Synagoge zet deur in de fik)

Pour la Dernière Heure, la tentative d'incendie d'un lieu de culte juif n'est qu'un incident léger : Quelques incidents légers au lendemain des émeutes à Saint-Gilles

La Libre Belgique rapporte dans la rubrique "Brèves" :

"Un cocktail molotov a été lancé mardi vers 21h45 par un ou plusieurs inconnus contre la porte d’entrée de la synagogue de la rue de la Clinique à Anderlecht. Un passant a pu éteindre le cocktail molotov avant qu’il ne cause éventuellement des dégâts.  n’est pas la première fois qu’un tel lieu du culte juif est la cible d’un engin incendiaire à Anderlecht. Une enquête de voisinage a été menée par la police. Elle a montré qu’un peu plus tôt dans la soirée des jeunes avaient mis le feu à des poubelles sur des trottoirs des environs. Ce n’est pas le seul emploi d’un engin incendiaire dans la capitale dans la nuit de mardi à mercredi. Mardi vers 21h30, une voiture avait été incendiée rue Fontainas à Saint-Gilles. Et quelques heures plus tard, mercredi peu avant 00h30, c’était au tour d’une autre voiture d’être la proie des flammes rue de Liverpool à Molenbeek-Saint-Jean."

Brussels: Riots after fatal police chase

mardi 13 avril 2010

Michel Collon déplore l'ignorance du Belge sur 'Israël, l'Etat le plus raciste au monde'

"On a demandé aux gens [aux Belges] ce qu'ils savaient de l'histoire de la Palestine et ils ne savaient rien."

Contexte: Michel Collon publie un livre anti-Israël adapté au "niveau du public" européen ... et Michel Collon nous écrit (texte paru dans Soutien Palestine, Collectif Cheikh Yassine)

Un lecteur de ce blog a attiré notre attention sur ce clip de Michel Collon, l'écrivain et journaliste belge grand spécialiste d'"Israel, l'Etat le plus raciste au monde !!!!", au Salon du musulman du Bourget, à Paris, où il lançait son dernier livre "Israël, Parlons-en!". 

On se souviendra que Michel Collon s'était ému de la situation d'ignorance dans laquelle se trouve la population belge en ce qui concerne Israël : "Face aux mythes sionistes, omniprésents dans les médias et même à l'école, comment rétablir la vérité ? Comment argumenter d'une façon adaptée au niveau du public (surtout le public d'origine européenne, matraqué par ses médias) ?".

Il réitère ce constat d'ignorance de la population belge.  Et pourtant les "spécialistes" de la question ne manquent pas. 

"En préparant ce livre, nous avons fait une enquête sous forme de vidéo-trottoir dans la rue. On a demandé aux gens ce qu'ils savaient de l'histoire de la Palestine et ils ne savaient rien. Ils ne savaient pas qu'il y avait des Palestiniens avant Israël. Ils ne savaient pas pourquoi on avait créé Israël. Ils ne savaient pas que les Etats-Unis [veulent] en fait un flic du pétrole pour contrôler le Moyen-Orient. Et donc la bataille de l'info reste d'actualité."

lundi 12 avril 2010

Les Palestiniens applaudissent les Belges de l'Ass. belgo-palestinienne Wallonie-Bruxelles

Décidemment l'enthousiasme pro-palestinien ne fléchit pas. La Libre Belgique rapporte, dans un style incomparable, que la puissante Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles, présidée par Pierre Galand [Pierre Galand convoque Barroso, Van Rompuy, Ashton et beaucoup d'autres ... à témoigner contre Israël], a organisé une énième "mission d’information en territoire palestinien".

Source: La Libre Belgique

"Non loin du consulat général de Belgique, le quartier Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est est devenu ces derniers mois le symbole de l’expansion juive au cœur de la partie palestinienne de la ville. Et le haut lieu de manifestations de ses adversaires - Palestiniens autant que gauche israélienne. Car des colons ont entrepris d’en chasser des dizaines de familles palestiniennes pour y construire 200 logements juifs. Dimanche, pour la première fois, une délégation belge s’est jointe au mouvement de protestation et solidarité. Elle a rendu visite aux familles menacées d’expulsion et s’est entretenue avec leurs avocats et comité de défense. Une délégation non officielle, mais non moins applaudie par les Palestiniens. Organisé par l’Association belgo-palestinienne, le groupe était composé d’une quinzaine de Belges actifs dans l’enseignement, la culture, le syndicalisme et autres domaines sociaux, qui bouclaient une mission d’information en territoire palestinien."

Le CCLJ fait venir 'J Street' au Parlement européen et lance 'J-CALL' ...

Comme s'il n'y avait pas assez de débats, tribunaux, articles, émissions de télévision et de radio, manifestations, défilés, conférences, programmes éducatifs, associations, etc en Europe, et notamment en Belgique francophone, sur le conflit israélo-arabe qui frisent l'obsession, le CCLJ (Centre Communautaire Laïc Juif de Belgique, francophone) organise le lancement d'un nouveau groupe J-CALL (European Jewish Call for Reason) le 3 mai au Parlement européen. Une recherche sur Google sur 'European Jewish Call for Reason' conduit au site du CCLJ.

Ce qui singularise le programme c'est qu'aucun belge ne figure au programme, alors que des représentants du lobby américain de J STREET sont annoncés ...

"Grande soirée de lancement de l'appel J-CALL (European Jewish Call for Reason) au Parlement européen en présence de Daniel Coh Bendit, Bernard Hery Levy, Avi Primor, Elie Barnavi, Zeev Sternhell, David Chemla et de représentants de J STREET, le nouveau lobby juif américain pour Israël et pour la paix.

Avec la participation de "The Shani Girls Choir", chœur de jeunes filles juives et arabes israéliennes."

Le CCLJ publie la revue Regards qui ne ménage pas ses critiques à l'encontre d'Israël.  Le CCLJ apprécie tout particulièrement Simone Susskind,  Charles Enderlin et Esther Benbassa.

dimanche 11 avril 2010

Discrimination: Christian Laporte compare certains Flamands aux Israéliens

Interrogé par la chaîne publique néerlandophone VRT sur la discrimination que subissent les francophones dans plusieurs communes flamandes qui empêchent leur installation sur leur territoire en passant des accords avec des promoteurs immobiliers, Christian Laporte, le journaliste de La Libre Belgique s'est dit choqué. Le journaliste n'a pas hésité à identifier ce qui se passe dans la périphérie de Bruxelles au conflit du Moyen-Orient - les Flamands étant comparés aux Israéliens. 

Source: hbvl.be ("Afspraken tussen burgemeesters en bouwpromotoren onwettig")

"Christian Laporte, le journaliste bien connu de La Libre Belgique, s'est dit choqué. "Ca commence à ressembler à ce qu'Israël fait aux Palestiniens" a déclaré Christian Laporte. "Ca ne peut pas se passer dans un pays démocratique et ne facilitera pas traitement des autres dossiers [...]."
 
On note une multiplication des cas d'identification de la part d'Européens qui se considèrent comme étant l'objet de discriminations aux Palestiniens, les victimes par excellence.
 
Le Monde a rapporté le cas du leader de l'extrême droite hongroise (Hongrie: le chef de l'extrême droite porte le keffieh palestinien).  Et ce n'est pas la première fois que cela se passe en Belgique francophone:
 


Cette carte aussi délirante qu'ubuesque figurait sur le site Masarat et fut discrètement retirée à la suite de protestations.

- Flamands=Israéliens, Wallons=Palestiniens, et autres délires de la propagande palestinienne, Menahem Macina
- "La Wallonie soutient un projet appelant à la destruction d'Israël", Joods Actueel

vendredi 9 avril 2010

Claude Eerdekens instrumentalise la Shoah pour régler ses comptes avec Ecolo

"C’est aussi au nom de l’écologie qu’Hitler va prendre un des premiers décrets nazis, qui consiste à interdire aux juifs d’aller dans les forêts en raison de leur “impureté”."  (Claude Eerdekens, Ministre de la Fonction publique et des Sports, P.S.)

Viviane Teitelbaum, parlementaire M.R. (05/04/2010) :

"Par contre, lorsque certains élus de gauche (de cette gauche bien pensante PS-Cdh -Ecolo) dérapent dans des comparaisons qui insultent l’histoire et la Mémoire nous n’avons jamais entendu, ne fut ce que chuchoter - ceux qui aujourd’hui se prétendent choqués. Pourquoi ? Parce qu’ils partagent leur conviction politique ? Par exemple, lorsque José Happart, compare les sanctions prises à l’encontre du manque d’éthique de certains responsables politiques wallons, qui se seraient rendus coupables de malversations, aux premières mesures discriminatoires des nazis. Ou lorsque Madame [Laurette] Onkelinx compare la régularisation des Imams en Belgique au port de l’étoile jaune, rendu obligatoire pour les Juifs le 7 juin 1942. Ou, lorsque Véronique De Keyser compare le mur de sécurité israélien aux camps de concentration!"

Or le 8 avril, Le Soir rapportait les propos de Claude Eerdekens, P.S., qui règle ses comptes avec Ecolo en instrumentalisant sans le moindre état d'âme la Shoah :

"Le mayeur d’Andenne met aussi en garde contre l’usage intempestif de l’écologie. "C’est aussi au nom de l’écologie qu’Hitler va prendre un des premiers décrets nazis, qui consiste à interdire aux juifs d’aller dans les forêts en raison de leur “impureté”." Avant d’ajouter que l’écologie politique et nazisme, ce n’est pas pareil."

On verra si David Susskind dénoncera ce nouvel exemple flagrant de banalisation de la Shoah (ce qui n'était pas le cas de M. Olivier MangainReynders "surpris" de la réaction de Susskind aux propos de Maingain

Photo de jeunes enfants juifs dans le ghetto de Varsovie

jeudi 8 avril 2010

Manifestation à Bruxelles pour le "ravissement des soldats sionistes"

On verra quelle va être la réaction des autorités de la ville et en particulier celle du bourgmestre Freddy Thielemans.  Celui-ci autorise que se déroulent devant la Bourse de Bruxelles tous les vendredis des manifestations anti-israéliennes.  A gauche photo prise à la Place des Martyrs à Bruxelles lors d'une manifestation anti-israélienne (décembre 2008),  Nazification d'Israël et déferlement antisémite dans les rues de Bruxelles (janvier 2009).

"La Ligue des étudiants arabes en Europe" vous invite à participer à une manifestation statique et symbolique organisée à l'occasion du "Jour des Prisonniers Palestiniens" sur la commune de Bruxelles-ville dans le quartier européen.

Nos objectifs visés:
-insister sur le fait que le sujet des prisonniers est un élément constitutif dans la question palestinniene, tout comme la liberation de la terre et le droit au retour.
-prendre en faveur tous les moyens appliqués en voie de libération des prisoniers palestiniens, et surtout le ravissement des soldats sionistes
-demander avec insistance que l'Union Européen prenne des sanctions contre Israel et que le blocus pris contre Gaza soit levé
-nous condamnons l'indifférence chez les regimes Arabes et toutes sortes de normalisation avec l'entité sioniste et appelons aux Arabes de se réunir pour battre contre l'aggravement de l'agression sioniste

L'heure de départ: 14h00 jusqu'a 15h30
Où?: Rond-point de Schuman à Bruxelles
Quand ? Samedi, le 17 Avril 2010"
Terroristes palestiniens

Maingain: Le Soir publie partiellement la réaction de Viviane Teitelbaum - dommage

"Par contre, lorsque certains élus de gauche (de cette gauche bien pensante PS-Cdh -Ecolo) dérapent dans des comparaisons qui insultent l’histoire et la Mémoire nous n’avons jamais entendu, ne fut ce que chuchoter - ceux qui aujourd’hui se prétendent choqués. Pourquoi ? Parce qu’ils partagent leur conviction politique ?"

Il est regrettable, mais pas étonnant, que Le Soir (07/04/2010, p. 16), ait fait passer la réaction de de Viviane Teitelbaum (Des mots contre les maux) comme un simple courrier des lecteurs et ait de surcroît supprimé plusieurs passages importants dont celui-ci:

"La singularité de la Shoah ne peut apparaître comme subjective, comme étant uniquement juive : notre mémoire doit rejoindre celle de notre pays, celle de la Belgique. Car notre mémoire, même si nous revendiquons le droit d’en exprimer le devoir, concerne tout le monde, nous concerne tous. Et c’est pour cela qu’il est si important que nous nous rejoignions, enfin, dans une lecture commune des événements de la Shoah - lecture indissociable de celle de la Deuxième Guerre mondiale. Plus fort qu’un symbole, c’est une reconnaissance qui va bien au-delà des mots.

Par contre, lorsque certains élus de gauche (de cette gauche bien pensante PS-Cdh -Ecolo) dérapent dans des comparaisons qui insultent l’histoire et la Mémoire nous n’avons jamais entendu, ne fut ce que chuchoter - ceux qui aujourd’hui se prétendent choqués. Pourquoi ? Parce qu’ils partagent leur conviction politique ?

Par exemple, lorsque José Happart, compare les sanctions prises à l’encontre du manque d’éthique de certains responsables politiques wallons, qui se seraient rendus coupables de malversations, aux premières mesures discriminatoires des nazis. Ou lorsque Madame [Laurette] Onkelinx compare la régularisation des Imams en Belgique au port de l’étoile jaune, rendu obligatoire pour les Juifs le 7 juin 1942. Ou, lorsque Véronique De Keyser compare le mur de sécurité israélien aux camps de concentration! Il est vrai que là, la comparaison est d’abord une injure à tous ceux qui ont survécu ou sont morts assassinés dans les camps de concentration, aussi appelés « camps de la mort lente » car les détenus y mouraient en travaillant.

Des mots contre les maux, Viviane Teitelbaum

"L’on ne peut empêcher un démocrate, respectueux, engagé pour la Mémoire, qui connaît l’Histoire, de s’exprimer en agitant le spectre que l’histoire pourrait se répéter."

Voici un texte remarquable (comme toujours) de Viviane Teitelbaum, parlementaire MR. Ses propos contrastent singulièrement avec ceux très médiatisés de David Susskind du CCLJ (Maingain : Susskind demande une réaction de Reynders) qui ne semble pas estimer devoir intervenir lorsque des personnalités du P.S. instrumentalisent la Shoah à des fins politiques, ce que M. Maingain n'a nullement fait.

"Les propos d’Olivier Maingain étaient sans nulle doute une réaction très musclée face au refus flamand de nommer les bourgmestres francophones des communes à facilités et contre l’idée flamande d’envoyer un fonctionnaire remplir leur rôle. Accusateurs, certes, ces propos n’étaient pour autant pas un dérapage. Olivier Maingain ne comparait pas la Shoah de manière indécente, il rappelait l’Histoire face à une volonté de la NVA de détourner la démocratie. Il n’y a pas ici de comparaison inconvenante, inopportune ou déplacée, mais l’évocation de faits qui se sont déroulés sous le régime d’occupation. Qu’il ait raison ou non de l’avoir fait sur un plan d’opportunité politique n’est pas mon problème, mais qu’il lui soit interdit de le faire est inacceptable. Pourquoi ?

Les dérapages verbaux intempestifs débouchent inéluctablement sur la banalisation, voire l’incitation à la haine. Ils nuisent au bon fonctionnement de nos institutions, dénigrent les hommes et les femmes qui sont engagés dans l’action politique. Mais à contrario l’on ne peut empêcher un démocrate, respectueux, engagé pour la Mémoire, qui connaît l’Histoire, de s’exprimer en agitant le spectre que l’histoire pourrait se répéter.

La singularité de la Shoah ne peut apparaître comme subjective, comme étant uniquement juive : notre mémoire doit rejoindre celle de notre pays, celle de la Belgique. Car notre mémoire, même si nous revendiquons le droit d’en exprimer le devoir, concerne tout le monde, nous concerne tous. Et c’est pour cela qu’il est si important que nous nous rejoignions, enfin, dans une lecture commune des événements de la Shoah - lecture indissociable de celle de la Deuxième Guerre mondiale. Plus fort qu’un symbole, c’est une reconnaissance qui va bien au-delà des mots.

Par contre, lorsque certains élus de gauche (de cette gauche bien pensante PS-Cdh -Ecolo) dérapent dans des comparaisons qui insultent l’histoire et la Mémoire nous n’avons jamais entendu, ne fut ce que chuchoter - ceux qui aujourd’hui se prétendent choqués. Pourquoi ? Parce qu’ils partagent leur conviction politique ?

Par exemple, lorsque José Happart, compare les sanctions prises à l’encontre du manque d’éthique de certains responsables politiques wallons, qui se seraient rendus coupables de malversations, aux premières mesures discriminatoires des nazis. Ou lorsque Madame [Laurette] Onkelinx compare la régularisation des Imams en Belgique au port de l’étoile jaune, rendu obligatoire pour les Juifs le 7 juin 1942. Ou, lorsque Véronique De Keyser compare le mur de sécurité israélien aux camps de concentration!

mercredi 7 avril 2010

127 articles sur Israël dans le site du Soir en mars 2010 !

On trouve 127 articles, brèves etc. consacrés à Israël sur le site du quotidien Le Soir pour le mois de mars 2010.  Un chiffre franchement stupéfiant, surtout si l'on y ajoute ceux qui ont paru dans la version papier du Soir.

Le premier est un article de l'agence Belga (extraits):

"La 13ème session du Conseil des droits de l’Homme – la première de l’année et la plus importante politiquement – se penche jusqu’au 26 mars sur quelques « gros dossiers », comme la situation des droits humains en Corée du nord et en Birmanie, en Palestine et dans les territoires palestiniens occupés par Israël, en République démocratique du Congo (RDC) ainsi que probablement en Iran.

Elle examinera également la suite à donner au rapport de la commission du juge sud-africain Richard Goldstone, qui avait été chargée par l’ONU d’enquêter sur la manière dont s’était déroulé le conflit, lors de l’opération militaire israélienne « Plomb durci » dans la bande de Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009. Et la mise en œuvre de la conférence « Durban II » contre le racisme."

En février on comptabilise 84 et en janvier 82 !

samedi 3 avril 2010

Pour les antisionistes des Halles de Schaerbeek, Israël n’existe déjà plus !

"Les Halles de Schaerbeek abritent l’antisémitisme, dissimulé sous le masque de l’antisionisme."

C'est aux Halles de Schaerbeek que, comme le rappelle son site, ont eu lieu de nombreux événement du festival/saison artistique anti-israélien Masarat Bruxelles-Wallonie-Palestine en 2008 et après (2008, année du 60e anniversaire de la création d'Israël).  Fabienne Verstraeten, fut d'ailleurs "commissaire" de MASARAT Bruxelles-Wallonie-Palestine-saison artistique ...  Et ô surprise Fabienne Verstraten est la patronne des Halles - elle est en effet la directrice et également responsable de la programmation des "arts de la scène" de ce haut lieu de la culture de la capitale de l'Europe.

Source: Père Ubu (Pour les antisionistes subsidiés des Halles de Schaerbek, Israël n’existe déjà plus !)

Au fil des années, les Halles de Schaerbeek ont voulu devenir le temple du multiculturel, version PS. Otez immédiatement le "multi", car si vous croyez que la culture locale ou simplement belge est comprise dans le "multiculturel", c’est qu’il vous reste des tonnes de naïveté à perdre !  Ce n’est pas aux Halles que l’on se rend pour applaudir "Bossemans et Coppenolle". En revanche, c’est en masse qu’y débarquent des spectacles dont le seul mérite consiste à avoir été conçus à plus de mille kilomètres à la ronde, de préférence par d’éphémères troupes se réclamant de cultures encore plus exotiques.

Israël, rayée de la carte
Ce mois de mars a vu se développer un festival des cultures de la Méditerranée. De l’Egypte au Maroc, de la Turquie à l’Andalousie, les Halles de Schaerbeek ont annoncé un panorama culturel, au travers de spectacles choisis selon d’obscurs critères, dont ni l’originalité, ni le talent ne faisaient partie. Un absent: Israël (Le "secteur" de l'anti-israélisme en pleine expansion à Bruxelles). Pour les mendiants de subsides, ce pays se situerait-il au bord de la Mer Baltique ou quelque part entre Vénus et Alpha du Centaure ? Une chose semble certaine pour les légumes cultureux des Halles : la culture israélienne [cinéma, compagnies de danse, littérature, groupes musicaux, etc], cela n’existe pas plus que la Shoah.

jeudi 1 avril 2010

Simulacre de checkpoint israélien à l'ULB (et autres petits égarements)

Toujours à l’ULB, en 2004, un professeur lance, durant les cours, à une étudiante juive: "All Israeli are bastards!" avant d'asséner: "Je ne vais pas te dire ce que je pense des Juifs parce que ça va te choquer".

Source: rubinfeld.be (Simulacre de checkpoint israélien à l'ULB (et autres petits égarements))
 
Ce lundi 29 mars, une vingtaine de militants d’extrême-gauche a simulé un "checkpoint israélien" devant l’entrée principale de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) "pour filtrer les passants en leur demandant leur carte d’identité et en posant des questions inquisitrices".

Des membres de l’Union des Etudiants Juifs de Belgique (UEJB) seront témoins de cette mascarade: ils en rapportent des photos, Dan Levy relate sur son blog que les militants "arrêtaient chaque passant réclamant de lui une pièce d'identité, et exigeaient de voir les papiers des étudiants en leur demandant, menaçants, “Vous savez ce qu'il se passe en Palestine??”", et le président de l’UEJB, Gary Cohen, dénonce dans un communiqué de presse "cet épisode inquiétant de l’importation du conflit israélo-arabe sur nos campus qui contribue à légitimer la discrimination de l’Etat d’Israël, avec les conséquences que nul n’ignore désormais sur la résurgence de l’antisémitisme dans nos rues".

Ce n’est malheureusement pas là une première. En 2002 déjà, des "checkpoints israéliens" sont installés aux différents points d’accès de l’ULB par des activistes antisionistes. Cette même année, suite à une campagne d’affichage de l’UEJB appelant au dialogue entre "pro-Israéliens" et "pro-Palestiniens" et visant à réhabiliter l’image d’Israël sur le campus, des étudiants juifs reçoivent des menaces de mort: "On connaît ton frère, ta copine. On connaît ton adresse. Enlève les affiches immédiatement ou tout le monde est mort. Ton frère, ta copine, tout le monde est mort!".