mercredi 31 mars 2010

La police aurait voulu empêcher une manifestation anti-israélienne à Bruxelles !

A l'occasion de la visite du ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman à Bruxelles, Jean-Paul Duchâteau de La Libre Belgique (Cherchez l'erreur!, 23/03/2010) s'est étonné que la police bruxelloise "présente en masse, a tout fait pour empêcher" la manifestation de protestation organisée à l'initiative de l'Union des progressistes juifs de Belgique.  Le journaliste cite les mots des Juifs progressistes, à savoir que M. Lieberman est "ouvertement raciste et arabophobe". 

Ayant saisi l'occasion pour dénigrer M. Lieberman, il s'étonne du fait que la police ayant montré tant d'empressement à empêcher ces braves gens d'exprimer leur haine d'Israël, a par contre laissé des dizaines de pompiers au volant de leurs véhicules de service manifester "pour faire pression, toutes sirènes hurlantes, sur la réunion des ministres planchant sur le contrôle budgétaire.  A aucun moment, la police n'a tenté de les déloger".  Et de conclure: "Deux poids, deux mesures, pour la police ...".

Une caricature montre un policier qui intimide un malheureux manifestant qui traîne par terre un drapeau d'Israël où l'on peut lire au-dessus de l'étoile de David le mot "STOP" et en-dessous "RACIST".  Tandis que du haut de son échelle, un pompier brandit un drapeau rouge "des sous".

Or des manifestations anti-israéliennes il y en a beaucoup à Bruxelles. Certaines se déroulent depuis des années.  Chaque vendredi depuis 2004 diverses organisations anti-israéliennes manifestent devant la Bourse ... sans que personne ne proteste (Devant la Bourse de Bruxelles: des centaines de manifestations anti-israéliennes) et deux fois par mois c'est devant l'Ambassade d'Israël à Bruxelles que l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles (dont le président est Pierre Galand) va manifester.

- Simulacre de checkpoint israélien à l'ULB (et autres petits égarements)
- Bruxelles: initiative "casseroles" pour réveiller l'UE
- Manifestation contre la visite de Tzipi Livni à Bruxelles
- Il y a un an: nazification d'Israël et déferlement antisémite dans les rues de Bruxelles
- Bruxelles: photos d'une manifestation anti-israélienne

lundi 29 mars 2010

Manifs anti-israéliennes: la casserole de Simone et les slogans d'Anne et Henri

En 2009, Simone Susskind, l'égérie du CCLJ (Centre Communautaire Laïque Juif), manifestait contre Israël en faisant son tam-tam sur des casseroles dans l'espoir que le vacarme réveille l'Europe (Bruxelles: initiative "casseroles" pour réveiller l'UE).

Le tam-tam de Simone Susskind
"Une centaine de personnes se sont réunies aux alentours du rond-point Schuman pour appeler l'Union européenne à exiger la levée immédiate du blocus de la bande de Gaza. Munis de casseroles et d'instruments de musique, les manifestants ont fait du bruit pour réveiller symboliquement l'Union de la torpeur dans laquelle elle est demeurée, selon eux. Organisée à l'appel de plusieurs personnalités, notamment la militante pacifiste Simone Susskind, la manifestation a été rejointe par quelques figures connues, comme le sénateur Josy Dubié (Ecolo) et le président du centre d'action laïque Pierre Galand. Ce dernier a pris la parole pour exiger que l'UE adopte des sanctions contre Israël." (Le Soir)

Les slogans de l'UPJB
Dans le même esprit, un an après ce fut au tour d'Anne Grauwels et Henri Wajnblum de l'UPJB (Union des Progressistes Juifs de Belgique) d'exprimer leur indignation en appelant à manifester contre Israël et "contre la présence du ministre des Affaire étrangères Avidgor Liberman sur le sol belge.  Selon les leaders de l'UPJB, Lieberman "est le leader de Israel Beteinou (Israël notre maison), un parti ouvertement raciste et arabophobe".
Ce n'est pas avec des casseroles qu'ils appellent à manifester mais avec les slogans suivants :
"Non à Avigdor Lieberman, arme d’épuration massive
Stop au blocus de la bande de Gaza
Stop à la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est
Stop à la construction du mur de l’annexion
Respect du droit international".

dimanche 28 mars 2010

Corneille chez les Belges ? Frites: boycott or no boycott

"Mais les amateurs de frites les plus fanatisés réagissent. S'ils ne refusent pas les inventions israéliennes devenues indispensables à leur quotidien, est-ce parce que leur sens de l'honneur (ou du préjugé) s'est tout entier réfugié dans le tubercule ?"

Source: Primo Info

Affreux dilemme. Le pays serait menacé par une pénurie de pommes de terre. Pratiques et gourmands, des importateurs s'approvisionnent. Ils choisissent avec soin. Parmi les variétés retenues : la Nicola et la Charlotte d’Israël. Excellent choix, elles sont délicieuses.

Mais les amateurs de frites les plus fanatisés réagissent. S'ils ne refusent pas les inventions israéliennes devenues indispensables à leur quotidien, est-ce parce que leur sens de l'honneur (ou du préjugé) s'est tout entier réfugié dans le tubercule ?

À en entendre leurs cris, ce n'est pas impossible.

Sont-ils prêts à renoncer à leur plat favori pour défendre ce choix ? Entre crampes d'estomac et interrogations angoissées, ces malheureux ne menacent-ils pas l'identité belge elle-même ?

Source : http://philosemitismeblog.blogspot.com (No boycott: ces frites belges qui viennent d'Israël)

samedi 27 mars 2010

RTBF: Pascale Bourgaux nominée aux Oscars de la désinformation (2002)

Source: article d'Acmedias du 24/04/2002

[Mort d'un des terroristes qui profana la basilique de la Nativité à Bethléem en 2002]

Nous vous proposons de commencer par regarder les deux videos ... Manipulation volontaire ou simple maladresse au montage ? Analysons :

Vous l'avez compris, les moines arméniens qui sortent de la basilique de la Nativité décrivent les exactions palestiniennes qu'ils ont constaté pendant qu'ils en étaient les otages. Le reportage d'origine (avant le montage de la RTBF) ne laisse aucune ambiguïté, mais toute personne ayant vu le montage de la RTBF sera persuadé du contraire.

Ce résultat est obtenu grace à un découpage très serré en 5 temps :

1. Mettre un commentaire charnière - en voix off - entre les 2 premières minutes (correctes) sur Jenine et les 40 secondes (de désinformation) sur Betléhem :
"A Jenine, à Bethléhem aussi, les récits des témoins restés dans la ville contredisent les versions officielles israéliennes !"
2. Couper le passage ou le prêtre désigne explicitement les preneurs d'otages palestiniens comme les auteurs de pillages et ne garder que le plan avec la banderole et la description des vols.
3. Ne surtout pas dire qu'il s'agit de moines évadés de la basilique (le téléspectateur risquerait de comprendre que l'on parle de ce qui s'est passé à l'intérieur).
4. Enchaîner avec un plan ou l'on voit une étoile de David sur un véhicule afin de désigner graphiquement les coupables.
5. Finir sur un commentaire, lénifiant au début : "seule une enquête approfondie ..." puis faisant référence à l'encerclement Israélien de la basilique : "...25 jours d'offensive"

jeudi 25 mars 2010

Mort d'un des terroristes qui profana la basilique de la Nativité à Bethléem en 2002

L'un des terroriste qui profana la Basilique de la Nativité à Bethléem (photo: des soldats israéliens évacuent les otages le 6 avril) en 2002 est mort.  Abdullah Daoud, 48 ans, connu sous le nom de "Abu Yusuf," était l'un des terroriste qui a dû s'exiler à la suite de l'attaque. Il est mort en Algérie des suites d'une opération cardiaque. Les terroristes avaient gravement endommagé et miné la basilique.  Ils firent main basse sur tous les objets en or qu'ils trouvèrent. (A Church of the Nativity terrorist dies, Elder of Ziyon)

[RTBF: Pascale Bourgaux nominée aux Oscars de la désinformation]

Ca nous rappelle qu'un autre terroriste fut accueilli en Belgique et fut soutenu par Le Soir.  Peu reconnaissant il sera arrêté en 2004 pour grand bandistisme ... 
"Ainsi de Khalil Mouhammad Abdallah al-Nawawreh, l’un des terroristes exilés en Belgique après le siège de la basilique de la Nativité à Bethléem, qui fut à l’époque totalement innocenté de toutes les accusations portées par Israël, mais sera arrêté en janvier 2004 pour grand banditisme. 

Extrait d’un article du Soir du 13 août 2002 signé par Agnès Gorissen : "même s'il avait le pedigree le plus léger parmi les treize bannis, les services de renseignements israéliens l'accusaient d'être un terroriste des Tanzim, bras armé du Fatah (le parti d'Arafat). Il était également accusé d'avoir, lors d'une de ces attaques, en février 2001, tué un Israélien. Mais très vite, les mesures de surveillance se sont relâchées. C'est qu'après enquête, il semble bien que le jeune Palestinien ne correspond pas tout à fait au profil dressé par Israël.  Il se murmure même que la Sûreté belge aurait démonté la plupart des accusations que l'Etat hébreu avait inscrites dans son dossier". (Source: Joël Kotek, La Belgique et ses Juifs : de l'antijudaïsme comme code culturel, à l'antisonisme comme religion civique, Etudes du CRIF, 2004).
Récit du siège repris du site du Ministère des Affaires étrangères israélien:

"Des sites chrétiens ont également été délibérément impliqués dans le conflit par les terroristes palestiniens. L'épisode le plus sacrilège est probablement l'irruption de Palestiniens armés dans la basilique qui symbolise le lieu de naissance de Jésus. Non seulement ces terroristes ont profané la basilique de la Nativité à Bethléem par la présence même de leurs armes automatiques et de leurs explosifs, mais ils ont en outre utilisé les fenêtres de l'édifice comme positions de tir et se sont délibérément servi des ecclésiastiques présents en tant que boucliers humains, les contraignant à subir une situation extrêmement instable.

La dérive des pro-Palestiniens, par Michaël Ghnassia

"Selon la campagne BDS, il y aurait 7 millions d'Israéliens-coupables qui opprimeraient 11 millions de Palestiniens-victimes obligés de vivre (y compris les Palestiniens de l'étranger) "une ségrégation quotidienne". En revanche, pas un reproche, pas une ligne, pas un mot sur le Hamas, le Hezbollah, la Syrie ou l'Iran, qui n'admettent toujours pas l'existence d'un Etat différent au cœur du Moyen-Orient."

Voici un article qui, hélas, ne paraîtra jamais dans la presse belge, où seul le son de cloche anti-israélien règne en maître.  (Pierre Galand soutient la campange BDS)

Source: Le Monde (24/03/10)

Une campagne BDS – pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions – tente de s'implanter en France contre l'Etat d'Israël, en incitant les Français à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays.

Initiée par des organisations ou des personnalités propalestiniennes, et soutenue par certains partis politiques, elle vise les citoyens israéliens (universitaires, chercheurs, sportifs, cinéastes, écrivains) et produits provenant des compagnies israéliennes (nouvelles technologies, fruits et légumes, couches et lingettes pour bébés, cosmétiques, livres, films, spectacles de danse et musicaux, œuvres d'art, médicaments…). Des listes de produits sont mêmes proposées, les organisateurs s'étant pour le moment abstenus de mettre en ligne des listes de noms.

Présentée comme une action citoyenne et non-violente, il s'agit en fait d'une provocation à la discrimination en raison de la nationalité, délit puni d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende par l'article 24, alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881. Si elle est suivie d'effets, les articles 225-1 et 225-2 2° du Code pénal prévoient des peines pouvant aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement. Plusieurs condamnations ont déjà été prononcées, notamment par la plus haute juridiction française dans un arrêt du 28 septembre 2004 (pourvoi n°03-87450), sur le même fondement que celui qui condamne la préférence nationale défendue par le Front national. Il n'y a donc rien d'étonnant, contrairement à ce que tente de faire croire certain (voir l'opinion de M. Etienne Tête publié sur Le Monde.fr le 26 février 2010), à ce que la Cour européenne des droits de l'homme confirme de telles décisions.

Mais au-delà d'une infraction pénale, le boycott promu par la campagne BDS est une hérésie morale. Il s'agit de réinstaurer au XXIe siècle une punition disparue depuis des millénaires dans nos sociétés : la "punition collective". "On ne fera point mourir les pères pour les enfants, on ne fera point non plus mourir les enfants pour les pères, mais on fera mourir chacun pour son péché", disait déjà la Bible (Deutéronome, 24.16). La justice des hommes s'est construite sur ce principe de la responsabilité individuelle, qui est aujourd'hui un droit fondamental à valeur constitutionnel, consacré par la Déclaration des droits de l'homme et l'ensemble des conventions internationales. Or, ici, en prétendant combattre l'injustice par des moyens illégaux, en mettant au banc de l'humanité l'ensemble des citoyens d'un pays, les propalestiniens ne font qu'encourager la haine et la violence à leur égard.

mercredi 24 mars 2010

La vénalité de Blair expliquerait son discours pro-israélien, selon Baudouin Loos

"Ah ? ! La presse britannique, qui ne lui pardonne plus rien depuis l’Irak, relevait qu’il avait gagné 220.000 euros pour deux conférences en février en Asie. Rien à voir, certes, mais..."

Baudouin Loos du Soir n'aime guère que quiconque puisse exprimer une opinion favorable d'Israël, aussi ténue soit-elle. La chose est entendue et débitée à longueur de colonnes dans le quotidien.  Tony Blair [photo ci contre avec Condoleezza Rice] a donné une conférence au Parlement européen et le journaliste, qui y a assisté avec "plusieurs centaines de personnes impatientes", n'a guère apprécié.  Déceler, comme le fait Blair, des signes d'optimisme au Moyen-Orient lui semble tout à fait incongru, et, il faut le dire, on n'entend guère ce type de discours venant de politiciens belges francophones.  Ainsi, Baudouin Loos n'hésite pas à parler de vénalité ... Donc, si Tony Blair ne charge pas Israël à outrance ce serait tout simplement une question d'intérêts.  Du grand journalisme comme toujours.

"Blair au Parlement européen : un brillant non-événement" (23/03/2010)

Son nom et sa fonction actuelle avaient attiré la grande foule ce lundi au Parlement européen à Bruxelles : Tony Blair, l’ex-Premier ministre britannique, envoyé spécial du Quartet pour le Proche-Orient, s’est exprimé devant plusieurs centaines de personnes impatientes, des députés européens, des ambassadeurs et aussi des journalistes. Tous entendirent un discours lisse sur la situation dans les territoires palestiniens occupés, qui n’égratignait personne... Du style : "il y a des progrès significatifs en Cisjordanie mais beaucoup reste à faire » ou « la situation à Gaza est extrêmement difficile". Ah ? ! La presse britannique, qui ne lui pardonne plus rien depuis l’Irak, relevait qu’il avait gagné 220.000 euros pour deux conférences en février en Asie. Rien à voir, certes, mais... (B. L.)"

mardi 23 mars 2010

Gastronomie: des frites israéliennes en Belgique :)

"[...] la Nicola et la Charlotte d’Israël deux variétés à chair ferme, idéales pour la cuisson et pour une belle présentation. Le sol méditerranéen produit des pommes de terre primeurs d’excellente qualité."

L'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles, dont le président est Pierre Galand, le pape de la laïcité en Belgique francophone, s'émeut du fait que des pommes de terres (peu éthiques) puissent être consommées en Belgique ... Visiblement très appréciées par les gastronomes belges. Bon appétit.


Texte repris du site de l'ABPWB:
"Pénurie de pommes de terre belges en Belgique ?
Voici la dernière campagne de promotion des pommes de terre chez Colruyt:

"Les pommes de terre primeurs proviennent de la première récolte de l’année. Colruyt vous propose pour l’instant la Nicola et la Charlotte d’Israël deux variétés à chair ferme, idéales pour la cuisson et pour une belle présentation. Le sol méditerranéen produit des pommes de terre primeurs d’excellente qualité :
- le sol argileux rouge garantit une peau brillante et un développement idéal du goût ;
- les pommes de terre sont encore récoltées à la main : elles restent intactes, sans meurtrissures et sans bleus sous la peau ;
- la brise marine maintient les feuilles des plants sèches et les protège des parasites, ce qui permet une culture respectueuse de l’environnement ;
Notre troisième primeur vient d’Italie (Bari) et convient aussi pour les frites."

dimanche 21 mars 2010

François Rigaux, soutien des Khmers Rouges, anti-israélien et couvert d'honneurs ...

"Les anciens membres de l'Association Belgique-Kampuchéa n'ont, au contraire d'homologues étrangers, jamais exprimé le moindre regret sur cet aveuglement idéologique - pour ne pas dire plus. Par un véritable pied-de-nez à la raison et à l'humanisme, son ancien président François Rigaux est depuis estimé comme un expert des droits de l'Homme et couvert de tous les honneurs académiques et nationaux."

Le pseudo tribunal Russell sur la Palestine est né en Belgique grâce à l'activisme anti-israélien du "pape" de laïcité francophone Pierre Galand, un homme couvert de tous les honneurs et considéré comme une grande référence morale. 

Or un des fervents soutiens de ce tribunal fantoche est un "brillant intellectuel" catholique, M. François Rigaux.  On vient d'apprendre qu'il est un fervent admirateur du régime génocidaire des Khmers Rouges, qu'en Belgique il est "estimé comme un expert des droits de l'Homme et couvert de tous les honneurs académiques et nationaux".  En effet, sa page sur Wikipédia indique que François Rigaux est : "professeur émérite de l'Université catholique de Louvain, membre du CA de l'Institut de droit international et du Centre interuniversitaire de droit comparé, membre de l' Académie internationale de droit comparé et membre de l'Académie royale de Belgique.  Last but not least il est également grand officier de l'Ordre de Léopold (2008) et auteur en sa qualité d'"expert" des droits de l'homme de deux ouvrages intitulés "Pour une Déclaration universelle des droits des peuples" et "Un Tribunal pour les peuples" ...

Extraits d'une tribune d'A.B., étudiant en dernière année de droit à l'Université libre de Bruxelles et étudiant en baccalauréat supplémentaire en Histoire aux Facultés universitaires Saint-Louis, parue dans Le Soir.

"Le cas du massacre du peuple cambodgien par ses dirigeants khmers rouges entre 1975 et 1979 demeure à ce jour une des atrocités du XXe siècle dont l'ampleur et les motivations idéologiques restent méconnues du grand public européen. Plongé dans une guerre civile jusqu'au début des années nonante, le Cambodge n'a guère pu livrer à la justice internationale les auteurs de cette élimination systématique d'un peuple, au nom d'une idéologie prônant l'émergence d'un Homme nouveau. [...]

Transformé en véritable camp de concentration à ciel ouvert, ce pays fut visité par plusieurs délégations dont celle de l'Association Belgique-Kampuchéa. Présidée par le professeur François Rigaux - depuis membre de l'Académie royale de Belgique - cette a.s.b.l. avait publié au retour d'un séjour effectué en 1978 à l'invitation de Pol Pot un bulletin dithyrambique sur la société et la famille au Kampuchéa. Il fut résumé lors d'une conférence de presse tenue le 14 septembre 1978. L'Histoire nous confirmait cependant cinq mois plus tard que le modèle familial khmer rouge reposait sur la dénonciation des parents par leurs enfants et que la société pratiquait l'assassinat de toutes les personnes soupçonnées d'être des intellectuels.

A la chute du totalitarisme khmer rouge, ces amicales essaimées en France, Etats-Unis ou Suède sont tombées dans l'oubli. La révélation au monde entier des horreurs du gouvernement de Pol Pot a amené progressivement d'anciens membres de ces associations à faire leur examen de conscience. Le dernier en date est l'ancien militant suédois Gunnar Bergstrom. Il a présenté ses excuses au peuple cambodgien en novembre 2008, lors d'un retour au Cambodge qu'il avait découvert en 1978 pendant un voyage similaire à celui des militants belges. S'exprimant sur le processus mental qui l'a amené à cautionner un régime totalitaire, il a répondu : "Quand l'idéologie prend le pas sur la vérité, voilà ce qui arrive...". [...]

vendredi 19 mars 2010

L'Europe plus radicale que l'Autorité palestinienne ?

La Libre Belgique (d'après AFP) s'est intéressée hier au boycott des produits des implantations de Cisjordanie imposé par l'Autorité palestinienne.  Comme observe le politologue Barry Rubin, 30.000 Palestiniens travaillent dans les implantations. Le boycott risque de les jeter dans la pauvreté et ce n'est pas l'Autorité palestinienne qui va les dédommager - ce sera vraisemblablement le contribuable européen qui va être mis à contribution.  Barry Rubin souligne que des ouvriers palestiniens travaillent dans les implantations juives depuis 16 ans et que c'est suite aux critiques de l'Europe de plus en plus radicale que l'Autorité palestinienne a pris ces mesures pour ne pas perdre la face.  Mais ces faits LLB les passe sous silence. 

Barry Rubin (Going Backward? Understanding and Attempts to Resolve the Israel-Palestinian Conflict)

"Si les Palestiniens sont si cruellement opprimés par les implantations et si l'occupation les rend si malheureux, comment se fait-il qu'il ait fallu attendre 16 ans, jusqu'en mars 2010, pour voir l'Autorité palestinienne intimer aux 30.000 Palestiniens qui travaillent dans les implantations d'abandonner leur emploi et interdire la vente de produits des implantations dans les magasins palestiniens?  Comment expliquer que, si les Israéliens exercent un tel contrôle sur les Palestiniens, l'Autorité palestinienne puisse imposer de telles mesures et qu'Israël [supposé exercer un contrôle total sur les Palestiniens] laisse faire ?

En fait, L'AP a été obligée de prendre cette mesure car elle gênée par des critiques politiques internes et du fait que sa position était en-deça des prises de position européennes sur ce sujet.

Ajoutons que l'AP ne fera rien pour aider ces chômeurs supplémentaires, et il est improbable que les États arabes pourtant riches grâce à l'argent du pétrole dégageront des fonds pour aider à la création d'emplois. 
Il se peut donc que des donateurs occidentaux mettrant la main à la poche pour verser des allocations de chômage.  Si malgré l'interdiction quelqu'un est attrapé en train de travailler, il pourrait être exécuté, soit par les milices de l'AP ou jugé pour faits de collaboration."

La version de La Libre Belgique:

"Pour lutter contre l’essor des colonies israéliennes, le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a lancé une campagne de boycottage de leurs produits qui se traduit par la saisie et la destruction de centaines de tonnes de marchandises. "Il est de notre devoir de surveiller et saisir tous les produits venant des colonies, conformément à la décision du gouvernement", explique Fadi Abou al-Qourn, un officier des douanes palestinien à Ramallah. "Ce travail est en train de porter ses fruits car nous avons confisqué des centaines de tonnes de produits", assure-t-il, en présentant des caisses de vin, d’huile d’olive et d’autres produits de colonies juives destinés au marché palestinien.  L’autorité palestinienne, qui a lancé cette campagne fin 2009, a placé des affiches à l’entrée de Ramallah exhortant tous les Palestiniens à y prendre part : "Ne détruisez pas les camps de réfugiés en construisant des colonies", proclament-elles. Elle a également créé un site internet en arabe et en anglais sur lequel les produits boycottés sont décrits. De leur côté, les douanes sont chargées de saisir tout ce qui vient des implantations israéliennes. Selon M. Abou al-Qourn, les commerçants palestiniens ont dans un premier temps refusé de coopérer "mais, après un certain temps, ils ont compris pourquoi ces produits étaient visés" [...]  "Le boycottage ne va pas exercer de pression sur les colonies mais sur les Palestiniens de Cisjordanie, ceux qui travaillent dans les colonies", où sont employés des milliers de Palestiniens, estime Anwar Ali Ramal, un Druze propriétaire d’une usine de meubles à Bargan, une colonie israélienne. Ces derniers sont principalement employés dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie, où les salaires sont deux fois plus élevés que du côté palestinien. De leur côté, les colons juifs fustigent ce que les plus extrêmes d’entre eux qualifient de "terrorisme économique". (D’après AFP)"

mercredi 17 mars 2010

Le "secteur" de l'anti-israélisme en pleine expansion à Bruxelles

On se souviendra du festival anti-israélien et pro-palestinien Masarat (Flamands=Israéliens, Wallons=Palestiniens, et autres délires de la propagande palestinienne et Topographie et toponymie délirantes de la carte 'wallestinienne' de "Palestine 2008") organisé à Bruxelles et en Wallonie en 2008 pour coïncider, raffinement suprême, avec le 60ème anniversaire de l'État d'Israël.  Outre les nombreux événements anti-israéliens qui se déroulent annuellement dans les deux régions, le festival offrait à un public qui, entre parenthèses, n'a pas fait preuve d'un intérêt soutenu pour le projet : "50 productions, 230 événements, 73 lieux différents à Bruxelles et en Wallonie (mais aussi en Flandre) et 130 artistes palestiniens invités. La Communauté française, qui organise l'événement via le CGRI" (LLB).  Un record mondial absolu, digne de figurer dans le Guinness book des records.

Depuis, deux tribunaux pour condamner Israël furent lancés (encore un record pour le Guinness), ainsi que des campagnes de boycott, des manifestations, des conférences, des tables-rondes, des articles, des repas, des spectacles etc etc.  On ne peut que constater que s'il ya crise, elle n'affecte certainement pas ce "secteur" spécifique.  L'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles donne le dimanche 28 mars 2010 une nouvelle opportunité aux francophones de Belgique de parfaire leur culture anti-israélienne en leur proposant une journée sur le thème "Jérusalem, Culture et résistances". 

Présentation de l'événement sur le site des Halles de Schaerbeek : "A l’occasion de la Journée de la Terre, en collaboration avec l’Association Belgo-Palestinienne, des conférences et interventions artistiques s’entrecroisent pour contester la confiscation des terres palestiniennes par l’état israélien."


lundi 15 mars 2010

Philippe Moureaux a son idée sur les racines de la violence à Bruxelles

"Un tel mépris pour la vie montre qu’Israël doit être bien malade." "Quand je vois les enfants palestiniens, je pense aux petits Vietnamiens après un bombardement au napalm. Nous, politiques, avons besoin d’être appuyés et même secoués par le mouvement citoyen. Je suis allé sur place, j’ai vu les check-points, j’ai vu l’humiliation permanente. Ma pensée a évolué. J’ai maintenant l’impression qu’on assiste à une opération de terrorisme d’Etat qui, sous prétexte de combattre le Hamas, vise à mettre le peuple palestinien à genoux." (Philippe Moureaux, PS, 2009)

Philippe Moureaux s'est une nouvelle fois distingué hier à la RTBF en proclamant qu'il y a : "une escouade de Rambo et d'islamophobes au MR".

Se prononçant sur la violence à Bruxelles, M. Moureaux a avancé que nous vivons dans une société violente, attribuant cette violence à deux causes: les séries télévisés américaines et ce qu'on voit du conflit israélo-palestinien dans les télévisions arabes.  C'est intéressant de constater que pour le professeur de l'Université Libre de Bruxelles, ancien ministre de la Justice, bourgmestre de Molenbeek etc. s'il y a violence à Bruxelles elle trouve ses racines dans deux pays étrangers ... 

Voir: Moureaux: "Une escouade de Rambo et d'islamophobes au MR" et les commentaires qui en disent long sur l'opinion de beaucoup de gens sur Philippe Moureaux ...

Vendredi : Un bus pris pour cible à Molenbeek ...

vendredi 12 mars 2010

Temps couvert pour les Juifs en Europe, Isaac Franco

"La conscience ceinte d’un keffieh, Israël est ainsi chargé des péchés de ses procureurs, rhabillé en bourreau pour hâter de les soulager de leurs fautes d’hier et offert en sacrifice pour le rachat de leurs lâchetés passées ! Empruntant à la langue du débat politique, la critique obsessionnelle d’Israël permet de dire licitement un rejet vieux comme la haine des hommes à l’égard de ceux qui ne leur ressemblent pas assez mais qui leur sont en même temps trop semblables."

C’est vrai, la guerre passée, la situation de la communauté juive fut longtemps si enviable en Belgique que notre pays mérita ses témoignages unanimes de reconnaissance.  Mais ils sont peu nombreux désormais ceux parmi elle qui ignorent que le virus de l’antisémitisme achève, là, sous leurs yeux aussi, une nouvelle mue.

Il n’est pas contestable que les mécanismes de défense réagissent vigoureusement quand il s’exprime dans la même langue et s’habille des mêmes symboles d’hier, stérilisant le ventre de cette mauvaise mère et le prévenant ainsi d’enfanter un même danger demain. Mais, consciencieu- sement perverti, l’esprit de ce temps néglige cette autre langue et ces nouveaux symboles dans lesquels s’élabore le devenir de l’antisémitisme. C’est que, en effet, communiant dans une même détestation pour le Sionisme et une certaine idée de l’Amérique, il fabrique du racisme dans la langue de l’antiracisme et des droits de l’Homme et déshumanise au nom de l’Humanisme.

Si les Juifs étaient hier accusés d’être de nulle part, ils sont aujourd’hui justiciables du crime de se reconnaître et de se défendre dans le pays qu’ils ont recréé avec la caution de la communauté internationale. En somme, après la culpabilité et la honte pour les fautes et les abandons passés, c’est libre de s’irriter de leur évocation que le virus attaque aujourd’hui les Juifs avec l’outil créé pour les défendre, Israël.

Le Soir: "Un président modéré à la tête du CCOJB"

Le CCOJB, organe représentatif de la petite communauté juive de Belgique qui compte environ 33.000 personnes, a un nouveau président. 

Le Soir et La Libre Belgique se penchent sur l'élection du nouveau président, le Dr Maurice Sosnowski, qui visiblement les réjouit après la présidence de Joël Rubinfeld qu'ils n'ont cessé d'épingler. Ricardo Gutierrez avance que M. Rubinfeld "avait l’image d’un activiste, cofondateur de l’Atlantis Institute, "think tank" néoconservateur".  Tandis que Christian Laporte rappelle que pour "d'aucuns" il était "davantage un diviseur qu’un président susceptible de rapprocher les visions". Ainsi Le Soir titre son article "La communauté juive change de cap - Un président modéré à la tête du CCOJB" et La Libre Belgique "Maurice Sosnowski, nouveau fédérateur du monde juif".  Rappelons que Joël Rubinfeld était un président très apprécié par une grand partie - voire la majorité - de la communauté juive de Belgique.

Le nouveau président, qui reconnaît son inexpérience, confie ses inquiétudes au Soir :

"[...] ces dernières semaines, en me plongeant dans la vie communautaire qui m’était, je l’avoue, assez étrangère, étant donné mes occupations, j’ai constaté à quel point l’antisémitisme inquiétait la communauté. Elle éprouve un sentiment d’abandon, voire une crainte physique. Je n’en étais pas conscient."


"La communauté musulmane est numériquement plus importante que la communauté juive. Qu’on le veuille ou non, on ne peut empêcher une forme d’importation du conflit israélo-palestinien. Et il arrive que cela se manifeste par des réactions antisémites."
Et à La Libre Belgique :
 
"La communauté juive de Belgique ressent très mal un antisémitisme endémique qui remonte trop régulièrement à la surface. Certes, ses poussées récurrentes viennent probablement des retombées du conflit israélo-palestinien mais il est vraiment temps, pensons-nous, d’y mettre un terme. D’où ma candidature qui a bénéficié du soutien des grandes associations communautaires qu’elles soient de gauche ou de droite". 
Curieusement, l'article n'a pas suscité le moindre commentaire sur le site de LLB !

Maurice Sosnowski croit pouvoir "mettre un terme" à "un antisémitisme endémique qui remonte trop règulièrement à la surface".  Personne n'y est parvenu jusqu'à présent en Europe, mais il n'est pas interdit d'espérer.

jeudi 11 mars 2010

Ecolo: Huytebroeck épinglée pour une référence à un "idéologue extrémiste"

"Alain Destexhe s'inquiète "qu'un idéologue de la trempe de Luk Vervaet ait l'opportunité d'être publié sur le site officiel d'une ministre de la Communauté française" et s'interroge sur les liens d'Ecolo avec lui."

"Ce qui est encore plus inquiétant c'est que tout le monde semble le connaître sauf la ministre ..." (commentaire pertinent d'un lecteur de LLB)

C'est d'autant plus étonnant que Mme Huytebroeck ne sache pas qui est Luk Vervaet que celui-ci est proche député fédéral Ecolo Fouad Lahssaini (Dyab Abou Jahjah était de la partie).  Pour en savoir plus sur cette "initiative" d'Ecolo : Luk Vervaet, un anti-israélien radical qui soutient le Hezbollah et le Hamas, Un député Ecolo ouvre les portes du Parlement au Hezbollah, Apologie du terrorisme et diatribes antisionistes du Hezbollah à la Maison des Parlementaires, AJC Condemns Hezbollah Meeting at Belgian Parliament, Hezbollah te gast in het Parlement.  Et plus récemment : Le double discours d'Isabelle Durant - intransigeante avec Israël souple avec le Hezbollah. Le sénateur Destexhe a parfaitement raison de s'inquiéter de ce genre de fréquentations.
Sources: La Libre Belgique et Belga

La publication sur le site internet officiel de la ministre Evelyne Huytebroeck (Ecolo) d'un article signé par l'activiste Luk Vervaet a été dénoncée mercredi par le sénateur MR Alain Destexhe, entraînant la mise hors ligne immédiate de la page internet concernée. La ministre plaide la bonne foi. L'article en lui-même, intitulé "Transformons les prisons en écoles", ne prête pas à polémique, reconnaît M. Destexhe.

Il est signé de la main d'un enseignant en milieu carcéral, Luk Vervaet. Ce dernier s'était notamment fait connaître au travers d'un procès qu'il a remporté en février dernier en appel face au ministère de la Justice, qui lui avait interdit, pour des raisons de sécurité, l'accès à la prison de Saint-Gilles.

Alain Destexhe souligne pour sa part que Luk Vervaet, ancien militant du PTB, est également le représentant en Belgique de l'association propalestinienne radicale IUPFP (union internationale des parlementaires pour la Palestine). Le sénateur affirme qu'elle tolère la résistance sous toutes ses formes à Israël, y compris les actions terroristes contre ce pays.

mercredi 10 mars 2010

Négationnisme et incitation à la haine des Juifs dans les mosquées européennes

Dans un débat récent à la BBC l'intellectuel britannique Douglas Murray, directeur du Centre for Social Cohesion, déclarait :

"Comment se fait-il que dans ce pays il n'y a que les associations islamiques et les mosquées qui enseignent et prêchent la haine des autres minorités? Chaque semaine dans ce pays, il y des personnes dans les campus qui enseignent le meurtre des minorités. La semaine dernière quelqu'un appelait au meurtre des apostats. La semaine avant, dans une autre université, quelqu'un déclarait que les Juifs sont des cibles légitimes. Ce n'est pas tolérable. Ce n'est pas tolérable de la part des Musulmans. Ce n'est pas tolérable de la part de qui que ce soit."

Or quelques jours plus tard Le Soir rapportait que, hélas, des faits similaires se produisent en Belgique:

"Des liens discrets sur le site de la Grande mosquée du Cinquantenaire, qui dépend directement du Royaume d’Arabie saoudite, renvoient à des propos négationnistes, condamnables en Belgique

Le site du "Centre islamique et culturel de Belgique" affiche des liens qui renvoient à deux sites saoudiens, WhyMuhammad.com et Islamway, qui comportent une littérature franchement négationniste et xénophobe. Islamway publie notamment des extraits du livre d’Abdallah H. Al-Kahtany qui évoquent "la propagande sioniste et le mythe de l’Holocauste" (sic). L’auteur prétend notamment qu’"il serait ridicule de prétendre que les chambres à gaz (des camps d’extermination nazis, NDLR) ont été utilisées pour exécuter des gens". Le même auteur, dans le même élan négationniste, avance que "le nombre de Juifs tués pendant la guerre est estimé à 300.000, soit beaucoup moins que le nombre de Musulmans tués par l’Holocauste juif en Palestine".
Lire la suite sur le site du Soir et sur antisemitisme.be

Belgique: Yacub Mahi professeur de religion islamique cite Garaudy et défend le Hamas (Notons que M. Mahi est régulièrement consulté par les journalistes ...)

mardi 9 mars 2010

Guilad Schalit, l’otage oublié - un Israélien ne peut pas être victime

"Il reste cependant des citoyens dignes de ce nom qui se mobilisent pour ne pas permettre au cas Guilad Schalit de tomber dans l’oubli, voire de le laisser assassiner dans l’indifférence des "gens qui comptent". N’est-ce pas, [André] Flahaut ; n’est-ce pas, Laurette [Onckelinckx]; n’est-ce pas, Elio [di Rupo]; n’est-ce pas, [Paul] Magnette, n’est-ce pas, [Evelyne] Huytebroeck, enzovoort ?"


Dans une presse belge francophone très hostile à Israël, le fait que paraisse un article critiquant l'indifférence au sort tragique du soldat israélien Guilad Schalit, otage des terroristes du Hamas, est tellement rare qu'il mérite d'être signalé.  En effet, le quotidien satirique Père Ubu - Guilad Schalit, l’otage oublié - rompt une nouvelle fois avec cette tradition d'hostilité.

"Ni les députées socialistes européennes, ni les syndicalistes de la CSC [Confédération des syndicats chrétiens de Belgique], en visite guidée à Gaza, ne s’en sont inquiétés. Trop occupés à écouter les discours antisémites du Hamas, ils n’ont réservé leurs larmes de crocodiles qu’au "drame des populations assiégées et sous les bombes". Et victimes d’une économie en pleine croissance, grâce aux multiples aides internationales qui inondent la bande et les bandes de Gaza.

lundi 8 mars 2010

Le Soir: Israël et le cosmopolitisme agressif qui a toujours caractérisé les Juifs

"Comment "masbirim" va-t-il envahir le monde de ses mensonges ? Grâce à "deux millions d’Israéliens se déplaçant à l’étranger et transformés en agents de propagande".  Un tiers de la population de ce puissant état circule donc dans le vaste monde investi d’une mission sacrée : le "matraquage" pro-israélien. Israël reste donc dans la tradition du cosmopolitisme agressif qui a toujours caractérisé les Juifs."

Par Léon Engelhardt

Le titre de l’article de Serge Dumont intitulé "Israël se fait une drôle de pub" ( Le Soir, 27/2/2010) est introduit par le mot "propagande".

Une seconde, j’ai cru que, par ce terme, Serge Dumont annonçait honnêtement que son article était de la propagande anti-israélienne, mais qu’on se rassure, l’ordre des choses est respecté : Israël est de nouveau coupable.  De quoi ? D’une opération d’intox à grande échelle intitulée "masbirim".

Quel est le but de cette "drôle de pub"? "Redorer le blason d’Israël". En quoi ce blason - si blason il y a - est-il terni ou souillé ? Le journaliste ne le précise pas estimant que cela va de soi.

Comment "masbirim" va-t-il envahir le monde de ses mensonges ? Grâce à "deux millions d’israéliens se déplaçant à l’étranger et transformés en agents de propagande".  Un tiers de la population de ce puissant état circule donc dans le vaste monde investi d’une mission sacrée : le "matraquage" pro-israélien. Israël reste donc dans la tradition du cosmopolitisme agressif qui a toujours caractérisé les Juifs.

M. Dumont nous rapporte aussi que entre "prises de position relatives à la colonisation et à l’intifada", l’argumentaire affirme qu’Israël a "inventé le système d’irrigation au goutte à goutte, la culture du désert et la tomate sherry". 

Je me suis demandé comment, dans un argumentaire, une tomate sherry pouvait se glisser entre intifada et colonisation. Pour cela, j’ai consulté le site http://www.masbirim.gov.il/ aimablement renseigné en bas de page.

dimanche 7 mars 2010

Fiasco complet de la campagne "Boycott Israël"

Voici des chiffres qui ne feront nullement plaisir à Pierre Galand (Pierre Galand dénonce les liens entre l'aéroport de Liège-Bierset et Israël) et à l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles, grands fans de la "campagne BDS (Boycott-Désinvestissements-Sanctions) contre la politique coloniale et d'apartheid israélienne".


A l'occasion de la "Semaine de Boycott israélien" Jon Haber s'est intéressé aux "avancées" du mouvement Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) qui fête ses dix ans.  BDS s'exprime essentiellement pour clamer ses grands succès contre l'entité sioniste.  Or la réalité est bien différente, comme le démontrent ces trois graphiques. 

Au cours de la période où BDS était supposé engranger des succès considérables au détriment d'Israël, la taille de l'économie israélienne (mesurée en termes de PIB) a presque doublé, passant de 110 milliards de $ à 190 milliards de $. Le projet BDS est basé sur le calcul que leurs activités ont des conséquences catastrophiques pour l'État juif.  Or ces chiffres démontrent l'échec de leurs ambitions et qu'on assiste à une véritable explosion de la croissance de l'économie israélienne :


Quelques divestniks ne manqueront pas de contester et d'arguer que ces chiffres ne signifient nullement la déroute de leurs ambitions boycotteuses car leur "mouvement" concentre ses efforts à l'extérieur d'Israël et milite pour que des individus et des organisations cessent d'acheter des produits israéliens ou d'investir dans des entreprises israéliennes (ou dans des entreprises qui pourraient favoriser les intérêts d'Israël). Dans cette hypothèse, les chiffres les plus pertinents seraient ceux des exportations. Bien que cette information soit plus difficile à calculer, le tableau suivant montre une tendance similaire à celle de la croissance du PIB :


En d'autres termes, les exportations israéliennes se développent rapidement et font chauffer l'économie alors que ça fait dix ans que ces aimables farceurs oeuvrent sans relâche pour la mettre à genoux. En matière de désinvestissement (c'est-à-dire l'arrêt du flux d'investissements en dollars en Israël) c'est également raté.  Comme cela a été documenté récemment, les marchés européens de capitaux à risque investissent plus en Israël que dans n'importe quel pays européen. Donc, même en Europe (qui est la cible d'activités de boycott et de désinvestissement plus agressives que les États-Unis), la méthode BDS s'avère inopérante et l'engouement pour l'Etat juif ne désempare pas.

Et cerise sur le gâteau, les dix années de militantisme boycotteur aux États-Unis, l'allié le plus important d'Israël, se solde également par un fiasco retentissant. Le soutien pour Israël a augmenté de près de 20%, passant de 43% en 2000 à 63% en 2010.


En résumé, après une décennie d'efforts inlassables de la part des champions de la cause BDS, Israël est devenu économiquement plus efficace (voire prodigieusement plus efficace) - les exportations et les investissements dans l'Etat juif affichent une croissance rapide et ne montrent aucun signe de ralentissement. Et en dépit (ou peut-être à cause) de leurs essais non-stop de porter le conflit israélo-arabe au sein de toutes les institutions civiles aux États-Unis, le soutien public en faveur d'Israël atteint de nos jours un niveau record.

Tout ceci nous met, nous partisans d'Israël, face à un dilemme intéressant. Devons-nous continuer à lutter contre le mouvement BDS ou tout simplement croiser les bras et laisser le mouvement se tirer une balle dans le pied et involontairement contribuer au succès d'Israël ?

Lire l'article complet Running the Numbers sur Divest This!

vendredi 5 mars 2010

Incitation à la haine antisémite dans Actu'Elles

"Contrairement aux idées reçues, les islamistes n'ont pas le monopole du fondamentalisme religieux! Le fondamentalisme juif qui appelle sans vergogne au massacre des Arabes, enfants compris, n'est pas en reste."

Le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) est scandalisé par l'éditorial du bulletin trimestriel d'information Actu’elles (janvier - mars 2010) publié par l'association "Mouvements de Femmes - 29 rue Blanche". [L'ONG organise des événements anti-israéliens comme cette journée dédiée aux femmes palestiniennes]

Appelant dans ce texte à "une mobilisation de toutes les femmes respectueuses de leurs droits" suite à la nomination de Monseigneur Léonard, "Mouvements de Femmes - 29 rue Blanche" banalise le fondamentalisme musulman et ravive les poncifs antisémites en brandissant le spectre d'un fondamentalisme juif qui appellerait "sans vergogne au massacre des Arabes, enfants compris".

Le CCOJB appelle les services Education permanente et Egalité des Chances de la Communauté française, la Commission Communautaire française, la commune de Saint-Gilles, Actiris, la Région de Bruxelles-Capitale et le Fonds Social Européen à ne plus soutenir les activités de cette association prétendument engagée dans le noble combat des femmes pour l'égalité, et à dénoncer fermement cette incitation à la haine antisémite.  Le CCOJB a par ailleurs transmis ce dossier au Centre pour l'Egalité des Chances.

Editorial du trimestriel Actu'Elles (janvier - mars 2010)

En arrière Toutes!

Ultraconservateur, le pape Benoît XVI a choisi son archevêque pour la Belgique: le très contesté mais également très écouté, Monseigneur Léonard. Cette nomination mérite une vigilance accrue des féministes aux discours et décisions de cet homme en noir et une mobilisation de toutes les femmes respectueuses de leurs droits. A commencer par celles qui défendent le droit à l'avortement et qui prochainement auront une idée de l'effet Léonard lors d'une manifestation annoncée des anti-avortement!

jeudi 4 mars 2010

Véronique de Keyser s'indigne de la présence d'Avigdor Lieberman au Parlement européen

Qu'elles sont convaincantes les indignations sélectives de l'eurodéputée socialiste Véronique de Keyser !

Indignée, à juste titre, par les propos insultants de Nigel Farage sur Herman van Rompuy et la Belgique, elle a vite publié un communiqué sur son blog (assorti de quatre [!] photos d'elle-même) :

"Ceci n’est pas un pays !” pour vous, monsieur Farage ? Je ne laisserai pas la Belgique se faire insulter !"

Lindignation de Mme de Keyser prête à sourire quand on connaît ses outrances rhétoriques lorsqu'il s'agit d'Israël.  Ne s'est-elle pas vantée de vouloir étrangler l’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne ?  Son post/comumniqué de presse précédent (sans sa photo) du 24/02/2010 en est d'ailleurs une nouvelle illustration.  Sans surprise, la pasionaria de la cause palestinienne y invective Israël et son ministre des Affaire étrangères Avigdor Lieberman:

"Monsieur Lieberman, pas d’intimidation dans cette enceinte parlementaire !" (extraits)

""Monsieur Lieberman, pas d’intimidation dans cette enceinte parlementaire ! (…) Aucun Etat démocratique ne peut se permettre de transgresser le droit international sans avoir de compte à rendre. Ce parlement ne se laissera pas intimider. Il continuera à demander que toute la lumière soit faite sur la tragédie de Gaza, sans acharnement, mais avec détermination."

L’eurodéputée belge se rendra lundi 1er et mardi 2 mars à Barcelone dans le cadre du Tribunal Russell pour la Palestine. [Le facétieux Pierre Galand y avait convoqué Barroso, van Rompuy, Ashton, Kouchner et beaucoup d'autres]"

C'est désolant de constater qu'en dépit de la crise qui frappe si durement tant d'Européens, des eurodéputés se permettent de pareils écarts.  Ce n'est donc pas étonnant que le taux d'absentéisme lors des dernières élections européennes a atteint des nouveaux records - plus de la moitié des citoyens ne se sont pas donné la peine d'aller voter. 

Et Mme de Keyser annonce fièrement qu'elle s'est rendue à Barcelone pour y dénigrer Israël. On croirait que tout va vraiment très très bien en Europe.

- Véronique De Keyser instrumentalise la Shoah et a "la mauvaise conscience des survivants"
- Réaction de l’ambassade d’Israël aux propos de Mme De Keyser, P.S. (10/06/2006)
- Véronique de Keyser demande le boycott d'Israël (2003) 
- Véronique de Keyser: "Barrière de sécurité" et camps de concentration: à méditer par deux prélats allemands
- Véronique de Keyser: "One must wring the neck of the European and German culpability on the Shoah"
- Belgian MEP Véronique De Keyser says she feels like “strangling” Israel's ambassador (2007)
- Véronique de Keyser ne veut pas faire de la Palestine un "argument de vente" électoral (2009)

mercredi 3 mars 2010

Une pièce de théâtre sur le conflit israélo-arabe ne captive pas les élèves belges

On sait combien certains Européens ont fait des Palestiniens leur grande cause.  Or en 2008, l'Université de Heidelberg recensait pas moins de 39 conflits majeurs dans le monde.  Mais les autres conflits, certains bien plus meurtriers et destructeurs, ne semblent pas retenir l'attention des médias, du monde politique et des ONG avec autant d'acuité, peut-être parce qu'ils n'opposent pas le seul état juif à d'autres états.  

Matraquage, matraquage

Même les enfants n'échappent pas au matraquage généralisé.  On a par exemple appris que les écoliers espagnols ont été incités à envoyer des lettres d'insultes à l'ambassadeur d'Israël à Madrid (Incitation des cœurs et des esprits d’enfants espagnols de 5 à 10 ans à la haine envers Israël, Ces enfants espagnols qui n'aiment ni Israël ni les Juifs). 

En Belgique francophone, les jeunes sont également abondamment documentés sur le conflit israélo-palestinien, comme on l'a constaté à l'occasion du festival pro-palestinien Masarat (Belgique festival palestinien Masarat: "De qui se moque-t-on?", Flamands=Israéliens, Wallons=Palestiniens, et autres délires de la propagande palestinienne). 

Deux cents grands adolescents réticents ...

La Libre Belgique - édition du 27 février - rapporte que "deux cents grands adolescents" étaient allés, sans doute dans le cadre d'une sortie pédagogique, assister au théâtre Varia à l'adaptation du roman à succès [!] de Valérie Zenatti "Une bouteille dans la mer de Gaza".  Or la journaliste Laurence Bertels , qui pense le plus grand bien du spectacle, indique que l'ambiance était surchauffée et que la pièce qui met en scène un échange de mails "entre une jeune fille israélienne et un jeune Palestinien ne semble pas avoir captivé les élèves. Dure loi du genre scolaire ...". 

Le même jour, LLB, en plus de la critique théatrale, proposait sur deux pages entières des informations sur conflit le plus hyper-médiaitsé du monde réparties en cinq volets: article, encadré, "le chiffre" (sur les "colons"), "la phrase" de l'ONU, dépêche.  C'est à se demander si cette abondance d'information captive les adultes ... Mais, sauf à changer de journal, ils n'ont pas le choix: informés ils le seront sur tout le mal qu'on pense d'Israël.

mardi 2 mars 2010

Boycott d'Israël: mise au point du porte-parole des Evêques de Belgique

Source: Philosémitisme

Si l'on suit le raisonnemment de l'abbé Eric de Beukelaer, porte-parole des Evêques de Belgique, l'église n'appelle pas au boycott d'Israël mais se réserve néanmoins le droit de diffuser un appel au boycott proposé par un groupe ultra-minoritaire de chrétiens ("un certain nombre de palestiniens chrétiens"), alors que la majorité des chrétiens y sont opposés (tout comme l'Eglise belge et le Vatican).  C'est dommage que Catho.be ne donne pas, "à titre d'information", la parole aux chrétiens de bonne volonté qui apprécient Israël.  D'autre part, on se demande quel est le rapport entre "la conférence du Père Patrick Desbois au parlement européen sur la « Shoah par balles » en Ukraine" dans ce débat.

Absente du communiqué est la diatribe anti-israélienne de Christian Eeckhout de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem , également relayée par Catho.be.  Celle-ci va encore plus loin dans la stigmatisation d'Israël que le document Kairos Palestine lui-même. (Données biographiques de Christian Eeckhout)
_________
"Mise au point : Le site Catho.be n'a jamais appelé au boycott d'Israël (repris du site Catho.be)

"Depuis quelques jours, le site web «desinfos.com » relaye une information reprise au blog « philosemitisme». Ce dernier déclare : « Le site de l'église catholique belge appelle au boycott d'Israël sans haine et par amour chrétien » (Références : http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=17282 et http://philosemitismeblog.blogspot.com/2010/02/le-site-de-leglise-catholique-belge.html)

L'abbé Eric de Beukelaer, porte-parole des Evêques de Belgique a réagi en envoyant à ce site le message suivant : « En tant que porte-parole des évêques de Belgique, je signale que cette information est fausse. Jamais le site de l'Eglise catholique de Belgique n'a appelé à un tel boycott. La newsletter ‘Cathobel' publie un certain nombre de dépêches à titre d'information, mais ceci ne constitue pas pour autant une prise de position officielle. Un minimum de vérification avant de relayer des informations est la mère de la lutte contre la désinformation. »

La présente mise au point rappelle que le bulletin « Cathobel » a pour mission d'informer sur la vie catholique - et plus largement chrétienne - en Belgique et de par le monde. C'est à ce titre que le bulletin a repris le 9 février la position d'un certain nombre de palestiniens chrétiens, dont le Patriarche émérite de Jérusalem. De la même manière, elle a relayé ce 24 février la conférence du Père Patrick Desbois au parlement européen sur la « Shoah par balles » en Ukraine. Dans les deux cas, il s'agit d'informer sur des événements et non pas de prendre position par rapport à ceux-ci. Considérer cela comme une prise de position de l'Eglise de Belgique ou du site Catho.be est donc totalement inexact."

- L'Église catholique belge est contre le boycott d'Israël mais ... (25/02/2010)
- Belgische kerk tégen Israël boycot (Joods Actueel, 24/02/2010)
- Diatribe anti-israélienne de Christian Eeckhout de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem (24/02/2010)
- Le site de l'église catholique belge appelle au boycott d'Israël sans haine et par amour chrétien (24/02/2010)
- Kairos Palestine (Catho.be, 09/02/2010)

lundi 1 mars 2010

Communauté juive de Bruxelles: un sentiment d’insécurité et d’injustice mal accepté

"Même dans ces quartiers, la peur est toujours présente. "La police nous protège en permanence. Il y a toujours des risques, même à Uccle!". Un sentiment d’insécurité et d’injustice que la communauté a beaucoup de mal à accepter."

Source: La Capitale repris du site du CCOJB

Des synagogues sont délaissées (26/02/2010, article de Cécile Danjou)

Depuis quelques temps, les synagogues des quartiers populaires d’Anderlecht ou de Schaerbeek sont désertées. Un phénomène expliqué par la migration de la population juive vers Uccle ou Forest, mais aussi par un sentiment d’insécurité.  [On estime à 33.000 la population juive en Belgique, dont environ la moitié vit à Bruxelles].

Il y a un demi-siècle, la synagogue située rue de la Clinique, à Cureghem était l’une des plus fréquentées par la communauté juive bruxelloise. Aujourd’hui elle est complètement désertée. Principale explication: la peur.  Rue Rogier, la synagogue qui se trouve, elle aussi, en plein quartier musulman connaît le même sort. De même que la synagogue rue du Pavillon, à Schaerbeek. "On évite toujours d’y aller. Quand on est invité là-bas pour un mariage, on y va mais pas de bonne grâce", confie Betty Dan, directrice de Radio Judaïca.  Résultat, ces synagogues ont réduit sensiblement leurs activités. "Elles ont été fermées pour les activités hebdomadaires. On ne les ouvre qu’à l’occasion des grandes fêtes juives", explique Albert Guigui, le grand rabbin de Bruxelles.  Mais la peur n’est pas la seule explication. "Cette désertion est aussi révélatrice des phénomènes migratoires à l’intérieur de la communauté juive", constate Joël Rubinfeld, président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB).