dimanche 31 janvier 2010

Le rapppeur Redouane la Déglingue supprime sa vidéo sur Gaza ...

Morale de l'histoire : les mêmes qui insultent Israël ne se gênent pas pour insulter également la Belgique et l'Europe.

Nous avions déjà signalé le blog  de Redouane la Déglingue, "rappeur prodige de schaerbeek", pour son "contenu anti-israélien" (voir liste dans la colonne à droite).  Or Père Ubu a dénoncé, dans l'indifférence totale des médias, que le rappeur beuglait dans un clip: "J'épouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique", jusqu'à ce que le sénateur MR Alain Destexhe ne dénonce à son tour "qu'un clip de rap hostile à la Belgique était financé grâce aux pouvoirs publics".  Les médias se sont alors emparés de l'affaire pour critiquer l'approche de M. Destexhe. (Incidemment, les journaux ne disent pas que l'information vient de Père Ubu alors que M. Destexhe indique que c'est grâce à dernier qu'il a appris cette affaire.)

Outre son chef d'oeuvre sur la Belgique, le sieur Redouane la Déglingue avait fabriqué un clip "Palestine-Gaza" d'une extrême violence qu'il s'est empressé très prudemment - à cause de sa soudaine notoriété ? - de supprimer. Il semble que c'est le seul clip qu'il ait supprimé.  Il serait intéressant de savoir si ce clip a également été "financé grâce aux pouvoirs publics" qui ont, en tout cas, l'air d'apprécier le talent de Redouane.

Mais ce n'est pas tout.  En préparant ce post, nous sommes tombés sur un programme très louangeux de Pierre Schonbrodt à Télé Bruxelles consacré aux rappeurs qui se sont mobilisés contre la guerre qu'Israël a menée contre les terroristes du Hamas de la bande de Gaza.  La présentation de Pierre Schonbrodt est éclairante :

"Un simple coup de téléphone aura suffit pour déclencher un raz-de-marée de rappeurs venus des quatre coins de la Belgique pour crier leur révolte face à la guerre israélo-palestinienne.  Une mobilisation artistique impressionnante qui a pour titre "L'Expression contre l'oppression".  Mais rien n'est simple lorsqu'il il s'agit du conflit israélo-palestinien et manier la plume sur un tel sujet reste un exercice de haut vol sur lequel certains risquent bien de se brûler les ailes.  L'émotion lâchée souvent d'une grande pertinence parfois d'une rare violence. A côté de certaines rimes qui dérapent et que leurs auteurs vont clairement devoir assumer, il y a les autres. Une sorte de véritable cri de révolte artistique qui vise juste tout en renouant avec les fondements du mouvement hip hop."

Mais le plus cocasse est quand l'un de ces grands révoltés, un certain Daroum, déclare le plus sérieusement du monde que les rappeurs, sont très sensibles aux guerres, et auraient pu faire un clip pour le Darfour, sans que le journaliste plein de complaisance ne lui demande pourquoi ils ne l'ont pas fait.  Pourquoi effectivement ils ne s'indignent pas des souffrances des populations du Darfour et du Congo.  Mais ça c'est peut-être demander trop à ses braves rappeurs en colère.

samedi 30 janvier 2010

Bichara Khader invité "exceptionnel" du Centre Laïque Juif (CCLJ)

"Israël aura beau jeu de dire qu’il est la victime "innocente" d’un terrorisme radical de type religieux, alors que c’est lui qui pratique la forme du terrorisme la plus abjecte, les bombardements au phosphore blanc." (Bichara Khader, LLB, 08/08/2009)

Le CCLJ organise une "table-ronde exceptionnelle" pour les jeunes de 15-25 ans avec la "participation exceptionnelle" de Bichara Khader, professeur à l’Université catholique de Louvain et directeur du Centre d'étude et de recherche sur le monde arabe contemporain (CERMAC).  On connaît le souci du CCLJ d'adopter des positions qui ne fassent pas polémique, de promouvoir le consensus absolu.  Mais qui aura la naïveté de croire Bishara Khader, l'exemple parfait du contempteur caricaturel d'Israël, puisse contribuer à "une réflexion apaisée et constructive" du "sujet plus que sensible, le conflit israélo-palestinien [qui] est au cœur de tous les débats"?  Et ce à l'adresse d'un public de jeunes - dont certains d'à peine 15 ans ! Mais ne craignons rien.  Le professeur de l'Université catholique de Louvain saura se montrer charmant et mesuré pour l'occasion. Et au fond c'est peut-être cette illusion qui compte dans la poursuite du consensus. 

- Belgique: les bien chers frères Khader et la guerre occulte contre Israël (Père UBU)

- Bichara Khader: "Israël pratique la forme du terrorisme la plus abjecte" (un réquisitoire anti-israélient d'une férocité inouïe)

- Bichara Khader et la "dé-existence" palestinienne:
"La réalisation du rêve sioniste d’un État des Juifs nécessitait, dès lors, le déplacement forcé de la population arabe. D’où la tragédie des réfugiés palestiniens qui demeure l’épicentre du conflit. En d’autres termes, la victoire d’Israël a reposé sur la dé-existence palestinienne. Voici pour les faits têtus: on a beau user de toutes les ruses pour tordre le cou à la vérité, en égrenant des arguments fallacieux, l’histoire réelle finit par avoir le dessus sur l’usage instrumental de l’histoire."

Repris du site du CCLJ : "Proche-Orient : la paix maintenant ! Comprendre, dialoguer et vivre ensemble"

"Sujet plus que sensible, le conflit israélo-palestinien est au cœur de tous les débats. Le traitement médiatique souvent sensationnaliste, l’identification forte avec l’un ou l’autre "côté", le manque de compréhension et l'absence de recul contribuent à renforcer les préjugés et à radicaliser les positions. Par cette table ronde menée par deux grands penseurs d’aujourd’hui, le CCLJ propose une réflexion apaisée et constructive pour et avec les jeunes. Parce que le combat pour la paix ne peut connaître de trêve."

Débattront (03/02) avec Bichara Khader: Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël, professeur à l’Université de Tel Aviv, David Susskind, président d’honneur du CCLJ et Stéphane Wajskop, administrateur du CCLJ.

vendredi 29 janvier 2010

Auschwitz: les omissions de la RTBF

Communiqué de presse · 29 janvier 2010

Le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) est indigné par l'omission des mots "Juif", "Shoah", "génocide" et "Holocauste" dans les sujets consacrés par la RTBF à la commémoration du 65ème anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau dans ses journaux télévisés du 27 janvier 2010.

Après que les télétextes du matin et de la mi-journée eurent déjà négligé de préciser que la très large majorité des victimes assassinées par les nazis à Auschwitz étaient juives, les journalistes de la RTBF ont en effet, dans leurs journaux télévisés, évacué toute référence au génocide juif.

Le CCOJB s'inquiète de ces omissions et appelle les responsables de la chaîne publique francophone à rendre scrupuleusement compte de la réalité de l'unicité de la Shoah.

À Auschwitz-Birkenau, 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants ont été assassinés, au nombre desquels un million de Juifs d'Europe, 70.000 à 75.000 Polonais non juifs, 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée d'Auschwitz-Birkenau.  Le devoir de mémoire ne saurait faire l'économie du rappel de ces chiffres.

jeudi 28 janvier 2010

Procès aux Pays-Bas: la Ligue Arabe Européenne cite le Centre pour l'Egalité des Chances comme témoin



Le Nederlands Juridisch Dagblad et Trouw.nl révèlent que la Ligue Arabe Européenne (Arab European League), mise en cause pour avoir publié une caricature niant l'existence de la Shoah sur son site internet qui "insulte les Juifs en raison de leur race ou de leur religion", a demandé la présence de plusieurs témoins au procès qui débute le 1er février à Utrecht.  L'un des témoins cité par la Ligue Arabe Européenne est le Centre belge pour l'Égalité des Chances (CECLR).  Parmi les témoins que la Ligue Arabe Européenne souhaite faire entendre, le ministère public n'a retenu que ce dernier. Le tribunal se prononcera dans les prochains jours au sujet des témoins qui seront appelés à la barre.

Espérons qu'à la faveur de ce procès nous connaîtrons enfin quels sont les motifs de la non-intervention du CECLR dans cette affaire. Car comme le souligne l'hebdomadaire satirique Père Ubu, informé de la publication de la même caricature en Belgique, le CECLR n'a pas jugé utile d'intervenir :

"Les Pays-Bas ont jugé ces caricatures suffisam­ment compromettantes pour en­tamer un procès [la publication d’un dessin niant l'existence de l'Holocauste jugée punissable aux Pays-Bas]. En Belgique, le CECLR (Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme) n'est pas intervenu.

Mais voilà que non seulement le CECLR n'entame pas un procès, mais 2 membres de cette associa­tion censée promouvoir la lutte contre le racisme [et la cyber-haine] sont "amis" avec l'un des 5 membres de l'AEL ar­borant cette caricature tendan­cieuse. Ces 2 membres du CECLR sont Marco Van Haegenborgh (Head of Unit fight against racism) et Rachida Lamrabet, juriste et écrivain (qui a déjà été dénoncée au CECLR pour ses signatures de pétitions anti-israéliennes mais sans aucune réponse de leur part). Ne pas agir passe encore (surtout du point de vue d'UBU !) ... Mais pour des représentants du CE­CLR avoir ces personnes arbo­rant de telles caricatures en tant "qu'amis" (même virtuels) ça dé­passe les limites ...".



Ligue Arabe Européenne s'est également distinguée en publiant cette caricature "Quand Hitler joue les Dutroux" ("Hitler goes Dutroux", AEL blog)

- Muslim European group posts anti-Semitic cartoons
- Het proces Abou Jahjah: waakzaamheid is geboden

mardi 26 janvier 2010

Scoop de 'Père Ubu' sur la lutte contre l'antisémitisme et la cyberhaine ...

"Ne pas agir passe encore (surtout du point de vue d'UBU !) ... Mais pour des représentants du CE­CLR avoir ces personnes arbo­rant de telles caricatures en tant "qu'amis" (même virtuels) ça dé­passe les limites ..."


Source: Père UBU, article de Tim intitulé IL Y A CARICATURE.. ET CARICATURE ! (21/01/2010)

"Certains utilisateurs du réseau social Facebook membres actifs de l'AEL (Arab European League), ont utilisé ces derniers jours, pour illustrer leur profil, une ca­ricature négationniste. Cette ca­ricature avait déjà été publiée sur le site internet de l'organisation en février 2006, après l'affaire des caricatures de Mahomet et au nom de la liberté d'expression.

La caricature en question repré­sente deux Juifs en train de comp­ter des cadavres en espérant arriver à 6 millions (pour entretenir, selon eux sans doute, le mythe de la Shoah et faire comprendre qu'il n'y pas eu 6 millions de Juifs exterminés pendant la Shoah). Le cas a été transmis au Centre pour l'Égalité des Chances.

Voici les 5 membres importants de l'AEL Belgique qui utilisent leur caricature à tendance né­gationniste comme profil Face­book. Dyab Abou Jahjah: connu; Karim Hassoun: président actuel; Brahim Harchaoui: celui qui a rendu visite à l'assassin Samir Kuntar; Kamal Awaly fut cofondateur et trésorier de l'AEL (la police avait à ce titre fait une descente chez lui à l'époque).

Les Pays-Bas ont jugé ces caricatures suffisam­ment compromettantes pour en­tamer un procès [La publication d’un dessin niant l'existence de l'Holocauste jugée punissable aux Pays-Bas]. En Belgique, le CECLR (Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme) n'est pas intervenu.

Mais voilà que non seulement le CECLR n'entame pas un procès, mais 2 membres de cette associa­tion censée promouvoir la lutte contre le racisme sont "amis" avec l'un des 5 membres de l'AEL ar­borant cette caricature tendan­cieuse. Ces 2 membres du CECLR sont Marco Van Haegenborgh (Head of Unit fight against racism) et Rachida Lamrabet, juriste et écrivain (qui a déjà été dénoncée au CECLR pour ses signatures de pétitions anti-israéliennes mais sans aucune réponse de leur part). Ne pas agir passe encore (surtout du point de vue d'UBU !) ... Mais pour des représentants du CE­CLR avoir ces personnes arbo­rant de telles caricatures en tant "qu'amis" (même virtuels) ça dé­passe les limites ..."

Quand le public juif laïcard rougit de plaisir ... selon Pan

Même le CCLJ si lisse, si accommodant, si ami des médias, si réticent à parler concrètement de l'antisémitisme en Belgique, si superbement consensuel, oui même le CCLJ, subit les railleries de l'hebdomadaire satirique Pan.  Serait-ce pour des bonnes ou mauvaises raisons que "un ex-nègre de Moureaux" fait "rougir de plaisir une partie de son public juif laïcard" ?

Pour rappel, quelques propos de Philippe Moureaux sur les juifs et Israël :

"Un tel mépris pour la vie montre qu’Israël doit être bien malade." "Quand je vois les enfants palestiniens, je pense aux petits Vietnamiens après un bombardement au napalm. Nous, politiques, avons besoin d’être appuyés et même secoués par le mouvement citoyen. Je suis allé sur place, j’ai vu les check-points, j’ai vu l’humiliation permanente. Ma pensée a évolué. J’ai maintenant l’impression qu’on assiste à une opération de terrorisme d’Etat qui, sous prétexte de combattre le Hamas, vise à mettre le peuple palestinien à genoux." (15/01/2009)

"Cela m'attriste, aujourd'hui, de voir les juifs refuser aux musulmans ce droit à la différence dont ils ont bénéficié." (02/09/2009)

"Un ex-nègre de Moureaux lui lance une fatwa

Le 9 janvier dernier, le Centre communautaire laïc juif (CCLJ) accueillait le sénateur boutefeu Alain Destexhe (MR) et l’autoproclamé « intellectuel de gauche tendance chevènementiste » (sic !) Claude Demelenne pour une conférence-débat prolongeant leur « Lettre aux progressistes qui flirtent avec l’islam réac » (chez les éditeurs « gauchistes » du Cerisier). L’occasion rêvée pour un ex-nègre de Philippe Moureaux de tuer le père…

Demelenne, rédac chef du Journal du mardi (suspendu pour l’instant), a surpris pas mal de socialos en même temps qu’il faisait rougir de plaisir une partie de son public juif laïcard : « Je dis à mes amis socialistes, faites entendre votre voix, n’ayez plus peur du terrorisme intellectuel de Philippe Moureaux qui traite de fascistes ceux qui osent lui résister, ce qui est d’autant plus grave pour un historien qui devrait connaître le sens des mots. L’injure est l’arme du faible et Philippe Moureaux est affaibli par l’échec patent de sa politique d’assistanat et de clientélisme pro-mosquée à Molenbeek, qui n’empêche pas les émeutes et la multiplication des zones de non-droit. Je dis à mes camarades socialistes : révoltez-vous contre la présidence à vie d’un historien vieillissant qui n’a jamais été élu par la base, malgré les statuts de son parti ».

lundi 25 janvier 2010

Charles Michel se plaint d'Israël auprès de l'Union européenne

"Pas de mots pour qualifier le degré d’horreur." "Ce qui me met en colère, c’est que les principes de base du droit humanitaire ne sont pas respectés [par Israël], ce qui est totalement inacceptable."(Charles Michel, 15/01/2009)

On connaît l'hostilité du Ministre de la coopération Charles Michel envers Israël - hostilité qu'il prend le soin de médiatiser. (Le Ministre belge de la coopération trouve "choquante" la réaction israélienne (07/03/2008)) 

Un nouvel épisode bien orchestré vient d'éclater. Lors de sa visite dans la région, M. Michel a été empêché de se rendre à Gaza.  Son indignation est si grande qu'il "va demander à mettre la question à l’agenda du conseil européen des ministres de la Coopération au Développement" (LLB).

Comme l'indique The Jerusalem Post  la politique de l'Etat d'Israël sur l'accès à Gaza est bien connue depuis décembre 2009 :

"Prime Minister Binyamin Netanyahu's government has an undeclared but de facto policy of not letting senior political figures, such as foreign ministers, enter the Gaza Strip from Israel.  According to government officials, the reasoning is twofold: to deny Hamas legitimacy that would come of such visits, and as a way of trying to apply pressure over kidnapped soldier Gilad Schalit.

The policy came to light after Irish Foreign Minister Michael Martin told a parliamentary committee that Israel had banned a visit he had hoped to make to Gaza.  Since then, such high-level visits have, for all intents and purposes, stopped."

Quelques jours auparavant, le Ministre des affaires étrangères norvégien Jonas Gahr Støre était en visite en Israël mais il ne s'est pas rendu à Gaza.  Il a accepté les règles en vigueur sans manifestations d'indignation médiatiques.  L'émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, montre le même respect.

Comme l'indique le Post, le Ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et le Ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoglu ont également été empêchés de visiter Gaza.  Les services de M. Charles Michel ont dû lui faire part de cette politique du gouvernement israélien. 

dimanche 24 janvier 2010

La Libre s'intéresse à l'affaire de la bonne de Mme Netanyahu

"Les médias israéliens ont rappelé, vendredi, d’autres affaires embarrassantes pour son épouse."

Alors que certaines affaires mettent plusieurs années avant d'être révélées par la presse (comme par exemple l'affaire Daerden), il n'est qu'une question de jours, voire d'heures, pour que toute information en provenance d'Israël, aussi minime soit-elle pour autant qu'elle présente le pays sous un jour défavorable, soit divulguée par les médias belges francophones.  C'est le cas de l'affaire de l'employée de Mme Netanyahu qui a fait l'objet d'une dépêche de l'agence Belga, reprise par La Libre Belgique (journal papier et site Internet).

"Mme Netanyahu accusée d’avoir harcelé sa bonne

La femme du Premier ministre israélien, Sarah Netanyahu, était la cible vendredi d’attaques au vitriol des médias locaux. Mme Netanyahu est poursuivie en justice depuis le début du mois par son ex-femme de ménage, Liliane Peretz, qui lui réclame des dédommagements pour "harcèlement moral". Cette dernière, âgée de 44 ans, chargée de l’entretien de la résidence secondaire du couple Netanyahu à Césarée de 2004 à 2009, reproche à Mme Netanyahu de l’avoir humiliée, lui téléphonant à des heures indues et la forçant à travailler le jour du shabbat. Sarah Netanyahu est également accusée d’être une maniaque de la propreté, qui aurait obligé son ex-employée à changer de vêtements plusieurs fois par jour, tout cela pour un salaire de 3 000 shekels (570 euros) par mois. Le chef du gouvernement a volé au secours de son épouse, dénonçant une cabale médiatique. Sans succès. Les médias israéliens ont rappelé, vendredi, d’autres affaires embarrassantes pour son épouse. (Belga)"

samedi 23 janvier 2010

La communauté juive absente des sondages du Centre pour l'Egalité des Chances ?

En mai 2009, le Centre pour l'Egalité des Chances (CEC) publiait les résultats d'une vaste enquête conduite dans le cadre de "la lutte contre le racisme".  Le document s'intitulait "Sondage sur la tolérance: Dans quelle mesure les Belges sont-ils tolérants par rapport aux minorités ethniques ?".

Le communiqué du CEC précisait que le but était d'"analyser l’attitude de l’ensemble de la population vis-à-vis de 4 grands groupes ethniques minoritaires en Belgique : les Maghrébins, les Turcs, les Africains subsahariens et les Européens de l’Est".  L'antisémitisme était exclu de ce sondage sur la tolérance au prétexte que "La mesure des attitudes relatives à l’antisémitisme, à l’islamophobie et à la diversité religieuse se situe hors du domaine de recherche de cette étude." On notera que les Maghrébins et les Turcs sont musulmans. 

A notre connaissance - mais nous espérons nous tromper - le CEC n'a pas jamais effectué de sondage sur l'antisémitisme.  Le CEC a avec raison pu constater que la communauté juive ne fait pas partie des "grands groupes ethniques".  Au regard des autres groupes, avec à peine 40.000 membres, elle est numériquement négligeable.

Or Le Soir nous apprend cette semaine que, quelques mois plus tard, le CEC a publié un nouveau sondage, cette fois sur la perception que les "minorités ethniques" ont de la Belgique.  On notera qu'à nouveau les Juifs sont les grands absents du sondage :

"Quelle perception les minorités ethniques ont-elles de la Belgique ? Le Centre pour l’égalité des chances a voulu le savoir. En réalisant, avec la société IRB, une enquête d’opinion menée, en face à face, auprès de 1.005 personnes issues de 4 groupes minoritaires : Maghrébins, Turcs, Africains subsahariens et Européens de l’Est. Ce sondage a été présenté, hier, par la ministre Milquet (Egalité, CDH), à mi-parcours des Assises de l’interculturalité. « Globalement, se réjouit Edouard Delruelle, directeur adjoint du CEC, leur perception du “vivre-ensemble” semble relativement positive »."

Les sondés sont appelés dans l'article du Soir : "étrangers" (guillemets du Soir), minorités ethniques, groupes minoritaires, minorités et gens de leur origine.

Et pourtant, l'un des objectifs déclarés était de mesurer "la perception des groupes minoritaires et leurs attitudes vis-à-vis des autres groupes minoritaires".  Le CEC ne nous éclairera donc pas sur la perception que les quatre "groupes minoritaires" sondés ont de la communauté juive.

On pourra toutefois se référer à l'étude effectuée en 2007 par l'Anti-Defamation League: Anti-Jewish sentiment in Belgium

vendredi 22 janvier 2010

Wikipédia supprime le portrait de Serge Gainsbourg par Ben Heine (2008)

"Que Ben Heine veuille se prémunir très habilement de toute accusation d'antisémitisme en faisant le portrait de Juifs, surtout lorsqu’ils ne sont plus là pour donner leur avis, on peut le comprendre. Mais lorsqu’on sait que Serge Gainsbourg était Juif et très attaché à Israël on ne peut qu’approuver la décision des administrateurs de Wikipédia." (mars 2008)

Repris du site Philosémitisme

Le 19 mars 2008 nous annoncions une excellente nouvelle qui nous parvenait de Wikipédia.  Depuis, Ben Heine n'a pas cessé de caricaturer les "sionistes" et de s'enorgueillir des deux portraits que le tristement célèbre Carlos Latuff a faits de lui en justicier s'attaquant au gang des sionistes :

"Le portrait de Serge Gainsbourg par le caricaturiste Ben Heine a été supprimé des pages biographiques en plusieurs langues que lui sont consacrées sur Wikipédia. Motif invoqué: illustration "de fort mauvaise facture" - appréciation à laquelle on ne peut que souscrire sans réserves. Les administrateurs ont également supprimé l'image de Wikipédia Commons (8.1.2008).

Outre la piètre qualité de l’illustration, il y a une raison infiniment plus importante de se réjouir et qui relève de la personnalité de l'auteur. En effet, Ben Heine est le Belge (le seul) qui a participé au concours international de caricatures sur le génocide des Juifs qui s'est tenu en 2006 à Téhéran à l'initiative du président Ahmedinejad ("L'Holocauste caricaturé à Téhéran", Libération). De plus, le caricaturiste déverse régulièrement sur son blog des dessins et articles injurieux envers les Juifs (assimilés aux "sionistes").

Un des dessins [ci-dessous] présentés par Heine à l'infâme concours dépeint l’entrée d’Auschwitz-Birkenau sous la forme d’un monstreux juif religieux dont les paillotes sont reliées aux rails des trains, à la croix gammée et à l’étoile de David! Pour Ben Heine, ce dessin n’a rien d’antisémite; au contraire il est pédagogique, et le concours serait selon ses propres mots "accusé abusivement de "négationniste" par tous les médias européens et nord américains"!

Que Ben Heine veuille se prémunir très habilement de toute accusation d'antisémitisme en faisant le portrait de Juifs, surtout lorsqu’ils ne sont plus là pour donner leur avis, on peut le comprendre. Mais lorsqu’on sait que Serge Gainsbourg était Juif et très attaché à Israël on ne peut qu’approuver la décision des administrateurs de Wikipédia."



Pour en savoir plus sur ce caricaturiste cliquer ICI

La mémoire travestie: Serge Gainsbourg, Albert Camus, Claude Levy-Strauss, quand la commémoration travestit la mémoire, Jacques Tarnero

jeudi 21 janvier 2010

Perception des Juifs/Israéliens et des Musulmans sur le forum de LLB

Les lecteurs de La Libre Belgique ont réagi à deux articles récents.  L'un était consacré aux violences meurtrières au Nigéria provoquées par le projet de construction par la majorité musulmane d'une mosquée dans une région où les Chrétiens sont minoritaires et l'autre à un rapport (encore un) de l'ONG européenne Amnesty International contre Israël. 

Les réactions reflètent plutôt bien la perception qui est assez répandue sur les Juifs/Israéliens et les Musulmans en Europe.  Les Juifs/Israéliens là-bas, en Israël, sont nazifiés, conspués, mais ne sont pas considérés comme une menace pour notre mode de vie.  Ce qui est logique compte tenu de leur très faible nombre en Europe.  Bien entendu tout le monde n'est pas dupe - et surtout pas d'Amnesty.

Par contre, l'islam menacerait directement notre société.  Ce qui arrive là où l'islam est majoritaire trouve des parallèles dans ce qui se passe déjà en Europe où plusieurs millions de Musulmans vivent.  Les inquiétudes sont réelles et les lecteurs rendent les politiciens, les médias et les intellectuels responsables de la situation qu'ils appréhendent.

Sur les Musulmans (quelques réactions) :

"Cette religion de haine n'est, et ne sera jamais, respectueuse des minorités! Elle ne l'est déjà pas des femmes qu'elle déguise de moult voilages..."

"Vivra-t-on ce genre d'atrocités chez nous ? Je crains que oui. les politiciens et les medias porteront une responsabilité écrasante dans ce qui risque d'arriver."

"Il ne sert à rien de faire l'autruche. L'islam peut -il cohabiter pacifiquement avec d'autres religions quand il devient majoritaire et dominant. Voilà la question qu'il convient et qu'il faut oser poser avant qu'il ne soit trop tard."

"A long terme ce genre d'incident arrivera ici également, simple question de temps...  Vous n'aurez qu'un choix celui de vous soumettre à l'islam , demamdez à Ph Moureau il va vous expliquer !" [ voir "Philippe Moureaux fait le jeu de l'antisémitisme", par Claude Demelenne]

mercredi 20 janvier 2010

Danielle Bleitrach dénonce "les errances antisémites" de Jean Bricmont

"Etre publié dans Grand Soir n’a rien de déshonorant même si on y trouve les errances antisémites d’un Bricmont, il en a dupé bien d’autres." (Danielle Bleitrach)

Même en étant désaccord total avec les positions radicalement anti-israéliennes de la sociologue communiste française Danielle Bleitrach, on ne peut que partager ses préventions, qu'elle exprime avec beaucoup de dignité, sur certaines dérives préoccupantes de Jean Bricmont, professeur à l'Université catholique de Louvain et conférencier invité du Centre d'Action Laïque (voir Maison de la Laïcité Hypathia).  Ces préventions sont également partagées par Jean-Yves Camus (La vraie histoire du site Tout sauf Sarkozy, Libération, 21/05/2007). 

Texte repris du blog de l'auteur  (Percevoir une grange qui brûle – le cimetière de Jedwabne par Maciej Forycki, 17/05/2009)

"Voici l’article d’un scientifique dans un colloque qui a eu lieu à Bucarest sur "expérience et mémoire". Au-delà de cette histoire à tiroir du négationnisme polonais, il est clair que je suis impliquée et pas seulement en tant que sociologue. En fait, je ne décolère pas au fur et à mesure que je découvre l’hypocrisie, la haine qui s’entretient sous couvert de la défense d’une cause que je partage. Le négationnisme d’un Dieudonné fleurit selon moi sur la complicité des "voisins", avec l’appui des espèces d’ordures qui ces derniers temps ne cessent de répéter sur un ton faux cul : "comment les juifs qui ont subi les crimes nazis peuvent-il agir comme les nazis ?" Cette phrase est une ignominie de quelque côté qu’on la prenne et ceux qui la prononcent ne s’en rendent même pas compte. Elle me donne envie de répondre "espèce d’hypocrite, les juifs t’emmerdent!".  "Vous n’avez pas honte vous les juifs?"  De quoi d’avoir été torturés, humiliés, massacrés et que certains d’entre nous soient désormais comme vous , comme les gohims le sont depuis 2000 ans avec l’apothéose nazi, la cerise sur le gâteau? Allez jusqu’au bout, soyez enfin honnêtes avec vous mêmes, pourquoi ne pas féliciter le type qui à lui seul a tué 29.000 juifs, un bienfaiteur de l’humanité n’est-ce pas ?

C’est dans le fond la position d’un [Jean] Bricmont qui vient encore de « commettre » un texte dans lequel il revient à son antienne favorite, son unique idée: "il faut libérer l’occident de sa crainte d’être accusé d’antisémitisme", que Bricmont se rassure, nul ne songera à croire qu’il est encombré de ce point de vue, ce n’est pas lui qui sentira jamais l’odeur des corps qui brulent et la défense de la Palestine n’est pour que lui que l’occasion d’étaler ses obsessions. Les rapports de force dans le monde, les opportunités, rien ne l’intéresse, il n’y a que l’antisémitisme, la nécessité de sa banalisation pour libérer l’humanité. Le gouvernement israélien est d’abord pour lui juif comme pour Liberman et Dieudonné. Tant que l’on n’aura pas le courage de voir que ces gens disent la même chose on n’avancera pas parce que l’on ne comprendra pas que les camps se reforment sur la même base, celle qui vise toujours et encore en temps de crise à transformer l’impérialisme, le capitalisme en problème racial, à développer "la haine du voisin". Il y a désormais un antisémitisme qui se veut de gauche mais qui fournit à l’extrême-droite israélienne sa meilleure justification. Que l’on ne croit pas que ce qui me révolte est mon origine juive, ces gens là m’écoeureraient encore plus s’ils prétendaient utiliser la mémoire de l’esclavage ou les massacres de Sétif et de Tannanarive pour développer la haine d’un groupe social quel qu’il soit. Aujourd’hui personne n’ose protester quand on en arrive à l’infamie d’oser rendre les déportés coupables et quand l’on dit que le remède est dans l’oubli de ce qu’ils ont vécu en les mettant à part de l’humanité, comme si ce qui arrivait à un juif ne concernait pas la dite humanité… Imaginez la même démonstration sur les nègres, les chinois (nous y sommes presque), les musulmans et dite vous bien que c’est là où des "défenseurs des Palestiniens" veulent nous entraîner, mais comme le racisme ne se divise pas, ces types là oeuvrent pour faire avancer pour tous une solution à la Jedwabne.

Il ne s’agit pas pour moi de tenter de réquilibrer les crimes commis à Gaza par le souvenir de ce qui a été subi par les juifs pendant 2000 ans et qui est illustré par cet atroce pogrom de 1941, rien ne justifie le crime surtout pas d’avoir été victime." La suite ...

- Le MRAX fait la promotion d'un livre où Jean Bricmont glorifie le Hamas
- Bruxelles: "l’État hébreu sera noyé de plaintes pénales qui augmenteront son discrédit"
- Jean Bricmont encense Siné et fustige le larbinisme de Philippe Val
- Jean Bricmont dénonce les "idiots utiles du sionisme"
- Double language: le boycott académique d''apartheid' Israël débattu dans 5 universités belges

mardi 19 janvier 2010

Où vont donc les juifs très riches ? Au Zoute bien sûr.

"Les juifs très riches continuent d'aller au Zoute. Les cathos presque aussi riches sont à Duinbergen - allez-y voir ailleurs. Les bobos laïques, eux, sont au Coq et à Saint-Idesbald. Les familles plus simples à Coxyde. Et le peuple à Middelkerke." (Ariane Le Fort)

For « connoisseurs »

Envoyé par une lectrice de ce blog

"Relevé dans le magazine Psychologies, janvier 2010, page 97, sous la signature de Ariane Le Fort une "chronique" sur la mer du nord et ses charmes passés, teintés d'une mélancolie style :

"froid, volets baissés, .. mouettes qui luttent contre le vent..."

On lit, c'est plaisant.

"Enfin, c'était beau ....la mer du Nord est désormais praticable toute l'année et l'autoroute de la mer est bondée chaque week-end que Dieu fait."

"La mer du Nord, c'est aussi les copains ...."

Et là, vient l'estocade finale :

"Parce que si les traditions foutent le camp les unes après les autres, il en est tout de même une qui résiste à l'usure du temps et des générations qui se suivent : la façon dont les Belges se répartissent les soixante kilomètres de côte. Immuable. Les juifs très riches continuent d'aller au Zoute. Les cathos presque aussi riches sont à Duinbergen - allez-y voir ailleurs. Les bobos laïques, eux, sont au Coq et à Saint-Idesbald. Les familles plus simples à Coxyde. Et le peuple à Middelkerke. J'exagère à peine. Les Belges aiment être en terrain connu, bien que les risques de se perdre soient minimes ...""

------------

Ces juifs très riches.  La richesse de mauvais goût et ostentatoire des juifs - thème récurrent en Europe :

"La pompe de ces Salomons parvenus heurte notre goût (contemporain) pour la sobriété. Ils parlent toujours à haute voix, comme s'ils étaient en pays vaincu. Et que ce soit dans un restaurant à Londres ou à Berlin, il n'y a rien de plus intolérable que le caquetage sémitique. Ils sont couverts de bijoux, les garnitures de leurs calèches sont en or, et ils aiment le luxe grossier. Tout cela irrite." (Eça de Queirós (1845–1900), diplomate et écrivain portugais, 1880)

For « connoisseurs »…, [I], Richard Zrehen
For « connoisseurs »… [II et fin], Richard Zrehen

lundi 18 janvier 2010

Caricature négationniste sur les profils Facebook de membres de l’AEL

"La publication d’un dessin niant l'existence de l'Holocauste jugée punissable aux Pays-Bas." 


On verra si cette fois-ci le Centre pour l'Egalité des Chances suivra l'exemple des Pays-Bas et fera quelque chose ... déjà que compter sur le MRAX c'est rêver.

Source: antisemitisme.be

Certains utilisateurs du réseau social Facebook ont utilisé, pour illustrer leur profil, une caricature négationniste publiée déjà sur leur site internet en février 2006, après l’affaire des caricatures de Mahomet et au nom de la liberté d’expression.

La caricature en question reprend deux Juifs en train de compter des cadavres en espérant arriver à 6 millions (pour entretenir, selon eux sans doute, le mythe de la Shoah et faire comprendre qu’il n’y pas eu 6 millions de Juifs exterminés pendant la Shoah). Ces utilisateurs de Facebook sont des membres actifs de l’AEL (Arab European League).

Le cas a été transmis au Centre pour l’Egalité des Chances.
____________
Source: EJP (19/08/2009)

La caricature (photo) publiée par la Ligue arabe européenne (AEL) sur son site internet est "punissable", a estimé le ministère public, parce qu'elle "insulte les Juifs en raison de leur race ou de leur religion" en les accusant d'avoir "inventé l'Holocauste".

La publication d’un dessin niant l'existence de l'Holocauste jugée punissable aux Pays-Bas. La caricature publiée par la Ligue arabe européenne sur son site internet 'insulte les Juifs en raison de leur race ou de leur religion'.

- Muslim European group posts anti-Semitic cartoons
- Dutch to Prosecute Muslim Group Over Holocaust Caricature
- Arabs charged over Dutch cartoon (BBC)

CCOJB : Joël Rubinfeld, bilan d'une présidence

"Il faut avoir à l’esprit que pour le monde politique, notre communauté représente une quantité négligeable en terme électoral. Cela s’appelle de la realpolitik, mais, à terme, je considère que ce n’est pas la bonne voie pour assurer le «vivre ensemble» dans notre pays. En démocratie, il convient d’avoir un «agenda éthique» qui ne se laisse pas phagocyter par l’«agenda arithmétique»."

Source: CCOJB et Contact J

Joël Rubinfeld, le président du CCOJB, arrive au terme de son premier mandat. Il nous a livré quelques réflexions personnelles sur son expérience à la tête de l’institution faîtière du judaïsme belge.
 
Contact J – Quel bilan faites-vous de ces deux années à la tête du CCOJB? 
 Joël Rubinfeld – Je pense pouvoir dire que le bilan est globalement positif même si l’équipe du CCOJB qui a révélé et réussi à enrayer le processus qui a conduit une partie non négligeable de notre communauté à se sentir marginalisée sur la scène publique, n’a pu l’inverser complètement. Il faut avoir à l’esprit que pour le monde politique, notre communauté représente une quantité négligeable en terme électoral. Cela s’appelle de la realpolitik, mais, à terme, je considère que ce n’est pas la bonne voie pour assurer le «vivre ensemble» dans notre pays. En démocratie, il convient d’avoir un «agenda éthique» qui ne se laisse pas phagocyter par l’«agenda arithmétique». En dépit des difficultés, le CCOJB a néanmoins cherché à honorer l’article premier de ses statuts qui lui commande la défense sereine et décomplexée des intérêts de la communauté juive de notre pays. Cette ambition passait d’abord par lui rendre une voix écoutée par les acteurs de la vie publique.

dimanche 17 janvier 2010

Le silence des médias face au journaliste Olivier Mukuna fan de Dieudonné

"Dénonçant "l’influence majeure du lobby pro-israélien sur la vie politique française", il compare ce "lobby" à un "réseau communautariste et xénophobe". Les journalistes critiquant Dieudonné sont traités de "lâches", "petits soldats", "bouffis d’ethnocentrisme et de supériorité morale". Dans la foulée, il s’en prend aussi aux artistes : "Je me demande encore où se trouve la plus grande dose de lâcheté ? Dans le milieu du journalisme ou dans celui du cinéma français?".

Alors que Le Soir, La Libre Belgique, la RTBF, RTL  - experts en deux poids deux mesures - gardent le mutisme le plus complet ... Rappelons qu'en 2008 Dieudonné était invité par le théâtre Varia (Dieudonné et le théâtre Varia de Bruxelles - "incroyable bourde") ... 

Dieudonné, condamné plusieurs fois par la justice française pour ses propos sur la mémoire de la Shoah et ses déclarations injurieuses contre les Juifs, possède un petit club de supporters à Bruxelles. Son porte-drapeau est Olivier Mukuna, journaliste politique à La Libre Match, l’édition belge de Paris-Match [et il aurait même été porte-parole d'une ministre]. Inlassable propagandiste de l’" humoriste" anti-juif, Mukuna organise, ces 15, 16 et 17 janvier 2010 – dans un lieu … tenu secret ! - trois projections du film qu’il a consacré à son idole. Attention, racolage à risques !

Le journaliste belge Olivier Mukuna, ami de Dieudonné, fait son show à Bruxelles, par Claude Demelenne (source: JPD)

L’idéologie nauséabonde de Dieudonné fait aussi des ravages en Belgique. Au cours du printemps 2009, l’"artiste" a donné trois conférences-spectacles à Bruxelles. Parmi le bon millier de personnes présentes, essentiellement des jeunes d’origine maghrébine, invités via SMS par le fan-club local de Dieudonné. Ces jeunes sont la cible privilégiée de la propagande anti-juive de l’ami de Jean-Marie Le Pen.

Le journaliste belge Olivier Mukuna est le pivot de ce fan-club. Depuis plusieurs années, l’essentiel du travail journalistique de Mukuna se résume à un vibrant plaidoyer en faveur de Dieudonné. Il érige en modèle ce "véritable républicain", dont il est en quelque sorte l’attaché de presse officieux en Belgique. Mukuna a publié deux livres (dont un livre d’entretien) et réalisé un film- aux audiences confidentielles – sur son maître à penser. Celui-ci apprécie : le 26 décembre dernier, Dieudonné, dans le cadre de l’ « Académie des arts de la subversion » (sic) qu’il a créée, a décerné une "quenelle d’or" à Mukuna, pour son film, "Est-il permis de débattre avec Dieudonné ?". Mukuna s’y trouvait en bonne compagnie : l’essayiste d’extrême droite, Alain Soral, et Sémi Kéba, fondateur du groupe ultra-radical noir et antisémite, "Tribu K", dissous en 2006, ont également reçu une "quenelle d’or".

samedi 16 janvier 2010

Baudouin Loos: Avigdor Lieberman fut "videur de bar dans une première vie en Moldavie"

"Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, «coupable» d’avoir critiqué Israël avec hargne depuis l’offensive contre Gaza il y a un an. Lundi encore, Erdogan s’était lâché en ce sens (une attitude qui, du reste, lui assure une belle popularité en Turquie et ailleurs dans le monde musulman)".

Après son article du 12 sur "l'acoquinement des socialistes de Peres avec l'extrême droite", Baudouin Loos s'est livré à deux analyses du conflit entre Israël et la Turquie (sur l'antisémitisme présent en Turquie, auquel Loos ne fait pas référence, voir ci-dessous). Comme d'habitude, le journaliste - plutôt que d'analyser les événements sous le prisme géopolitique - profite de l'occasion pour asséner ses vérités: à savoir qu'Israël serait un pays sans foi ni loi.  Et surtout de rappeler qu'Avigdor Lieberman, colon et ultranationaliste, "fut videur de bar dans une première vie en Moldavie" et que "cet impulsif tente de se modérer, mais sa nature reprend souvent le dessus". Joliment dit.  Par contre la Turquie s'en sort bien et avec honneur ainsi que le monde arabe.

Lieberman a poussé la provocation trop loin (extraits) 

"La crise diplomatique entre la Turquie et Israël s’est aggravée hier. Ces deux pays, qui entretenaient des relations cordiales depuis de longues années, sont fâchés. Ce mercredi, Ankara a exigé des excuses officielles – une demande a laquelle le gouvernement israélien a finalement souscrit en soirée – à propos du traitement réservé lundi à son ambassadeur en poste à Tel-Aviv. Oguz Cilikkol, le diplomate turc le plus expérimenté (il tint naguère les postes de Damas, Athènes et Bagdad), a été humilié en public par le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon au motif qu’un feuilleton sur une chaîne (privée) de TV turque diffusait un épisode à relents antisémites. [...]

Selon la presse israélienne, ce « guet-apens » diplomatique n’aurait jamais eu lieu sans le contreseing sinon la volonté expresse du titulaire des Affaires étrangères, le sulfureux Avigdor Lieberman. Mais pourquoi celui-ci aurait-il voulu exacerber une crise déjà latente entre son pays et la Turquie ? Diverses explications existent. La plus simple consistant à souhaiter « punir » le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, «coupable» d’avoir critiqué Israël avec hargne depuis l’offensive contre Gaza il y a un an. Lundi encore, Erdogan s’était lâché en ce sens (une attitude qui, du reste, lui assure une belle popularité en Turquie et ailleurs dans le monde musulman). [...]

Depuis l’arrivée de Lieberman aux Affaires étrangères en mars dernier, la gauche israélienne se lamente [Deux jours avant, Loos ne cachait pas son mépris pour les travaillistes et Peres en particulier : "Le parti travailliste israélien, alors sous la houlette de Shimon Peres, s’est souvent acoquiné avec la droite nationaliste depuis les années 80. Cette tendance opportuniste s’est prolongée récemment et plusieurs chroniqueurs israéliens ne manquent pas de relever l’appétit dévorant des députés du parti pour les strapontins ministériels au mépris des valeurs morales."] du choix effectué par le Premier ministre Binyamin Netanyahou pour ce poste très sensible. Les méthodes et le style de l’homme font problème, pour user de la litote. Cet ultranationaliste, qui fut videur de bar dans une première vie en Moldavie, proférait volontiers des menaces quand il était dans l’opposition (comme bombarder le barrage d’Assouan, en Égypte).

Depuis qu’il détient le portefeuille des relations extérieures, cet impulsif tente de se modérer, mais sa nature reprend souvent le dessus : ce colon bon teint – il habite Nokdim, une petite colonie à l’est de Bethléem – a déclaré à une réunion avec les ambassadeurs israéliens le 3 janvier que « l’honneur national est une valeur qui compte au Proche-Orient », pour leur dire qu’« Israël ne tendra dorénavant pas l’autre joue et ne se privera pas de réagir ». Les Turcs approuvent la première partie du jugement et ils l’ont fait savoir à Israël."
________
L'honneur de la Turquie ? Ce que Baudouin Loos se garde bien de mentionner c'est ce qui s'est, par exemple, passé à la foire du livre de Francfort en 2008 où l'étalage d'ouvrages antisémites s'étalait sans complexes dans le stand de la Turquie, invitée d'honneur  :


Source: Centre Simon Wiesenthal
Frankfurt Book Fair Guest of Honour – Turkey - Dishonored by Antisemitic Book Display
"Invitée d’honneur de la Foire du Livre de Francfort - la Turquie compromise par l’étalage de livres antisémites
Le Centre Wiesenthal demande la mise à l’index des éditeurs Turcs, Egyptiens, Palestiniens et Iraniens qui exhortent à la haine et à la violence.

[...] ce moment était terni par la profusion de livres sur la théorie antisémite du complot exposés dans les rayonnages d’exposition des stands des éditeurs turcs, et même distribués sur le stand officiel de vente de la Turquie au Forum de Parc de l’Exposition."Deux livres : L’Evangélisme en tant que contrôle Juif du Président Bush, et un autre sur le contrôle Juif du Kurdistan. Les auteurs respectifs étant Ismail Vural et Esref Günaydin. Tous deux publiés en 2007 par Karakutu, Istanbul (stand 5.1/C/976/78).
Trois volumes : le premier sur le Président Bush tel un Hitler d’aujourd’hui par Mustafa K. Erdomol ; le second sur le contrôle de la Turquie par Israël, d’Hassan Taplun ; le troisième intitulé L’Utopie Juive par le Dr. Michael Higgerin. Tous publiés en 2005-2006 par Ozan, Istanbul (stand 5.1/C/976/45).
La Mafiocratie: Le système Impérialiste-Capitaliste des Mafiosi en Turquie par Dogu Perinçek, édité en 2005 par Kaynak Analiz Istanbul (stand 5.1/C/976/85).

La Question de Sion, 2005, Le Centre National de Traduction, le Caire (stand 5 0/A/931).

Trois livres pour enfants : Les Tatouages sur mon Père ; Hassani, où vas-tu ? et La Fête d’Anniversaire de l’Ange de la Mort- tous glorifiant et encourageant la martyrologie. Publiés par Shabaviz, Téhéran (stand 3.0/J/350).
.
Sept livres qui encensent la violence et promeuvent la Naqba et l’Intifada sous couvert d’éducation : La Fenêtre de Rasha par Abis Tubasi; L’Avion par Zakariya Mohammed ; Eté 67 par Majdi Shomali ; Kosor Ashreia (recueil de poèmes) ; Voyage ou Voyage par Salman Natour ; Livre d’Histoire Palestinienne pour la Jeunesse par Sonia et Saed Nimr ; Une petite Parcelle de Terre par Elisabeth Laird et Sonia Nimr. Publiés par l’Institut Tamer pour l’Education de la Communauté, Ramallah (stand 5.0/E/922).

-Anti-Semitic literature at Frankfurt Book Fair (Official Turkish booths at international German bazaar presents publications dealing with Jewish conspiracies)
"Sans compter un antisémitisme à peine voilé, à travers le seul personnage juif, un médecin de la prison d'Abou Ghraïb dont la seule préoccupation est de recevoir suffisamment de détenus pour alimenter un juteux trafic d'organes... Flattant les plus bas instincts de ses spectateurs -et notamment l'ultra-nationalisme turc, avec un héros sans peur et sans reproche prêt à mourir pour son pays-, «La vallée des loups» est d'un opportunisme cynique." (La Libre Belgique)

vendredi 15 janvier 2010

Baudouin Loos : l'acoquinement des socialistes de Peres avec l'extrême droite

Du "vintage" Baudouin Loos le 12 janvier dans Le Soir.  

Son papier Démissions pour raisons de morale, en Israël lui sert à rappeler les très grandes vérités qu'il aime décliner avec le ton moqueur et méprisant qu'on lui connaît quand il s'agit d'Israël.  La morale de l'histoire est que "sursaut moral" ou pas un "colon juif" reste un "colon juif", acteur/complice dans le harcèlement de la population palestinienne, l'arrachage d'oliviers, l'empoisonnement de puits etc.

Et last but not least.  Un Shimon Peres restera toujours un Shimon Peres, celui qui n'hésitera pas à s'acoquiner avec la droite nationaliste et l’extrême droite.  

Mais au fait qui parle?  Baudouin Loos ou "plusieurs chroniqueurs israéliens" ?  Ca c'est un mystère et reste le secret de Baudouin Loos, mais face aux turpitudes qu'il dénonce il reste sévère, très très sévère. Raison de morale oblige ...

Si Israël est un succès story pour le New York Times (Israël: une "success story" étonnante écrit le New York Times, journal de gauche), pour Le Soir, c'est plutôt un "cauchemar story". Extraits :

"L’actualité politique israélienne a été marquée ces derniers jours par deux démissions peu banales.

Ce lundi, Pinhas Wallerstein, un des principaux dirigeants du « Yesha », le lobby des colons juifs en territoires occupés («en Terre d’Israël», dirait-il) a annoncé son départ pour protester contre «le silence» de ses collègues face aux extrémistes, il s’est aussi opposé à la politique dite du «prix à payer» (qui consiste, de la part des colons, à harceler la population palestinienne, par exemple en coupant les oliviers ou en empoisonnant le bétail). Malgré ce sursaut moral, le nom de Wallerstein restera associé à la colonisation à connotation religieuse (il était membre fondateur du Bloc de la foi, association qui promut la colonisation dès les années 70)…

[...] Pines-Paz n’a jamais digéré l’entrée des travaillistes dans le gouvernement de Netanyahou au printemps dernier, considérant que le parti avait ainsi trahi ses électeurs en s’associant avec l’extrême droite. Le parti travailliste israélien, alors sous la houlette de Shimon Peres, s’est souvent acoquiné avec la droite nationaliste depuis les années 80. Cette tendance opportuniste s’est prolongée récemment et plusieurs chroniqueurs israéliens ne manquent pas de relever l’appétit dévorant des députés du parti pour les strapontins ministériels au mépris des valeurs morales. [...]"

jeudi 14 janvier 2010

"Philippe Moureaux fait le jeu de l'antisémitisme", par Claude Demelenne

Rappelons que le député fédéral (MR) Denis Ducarme fut l'un des premiers à tirer la sonnette d'alarme sur les dérives du PS et du CdH :  Faire son gras électoral sur le dos des cadavres de Gaza... (janvier 2009)

Source: J Forum (signalé par JPD)

Le journaliste de gauche, Claude Demelenne, ancien collaborateur de Philippe Moureaux (bourgmestre de Molenbeek et Président du parti socialiste bruxellois), met durement en cause son ancien patron. "Je suis effaré par l’évolution de M. Moureaux, a déclaré Claude Demelenne, ce vendredi 8 janvier, sur les antennes de radio Judaïca. "Il n’est pas antisémite, mais il fait le jeu de l’antisémitisme." Pour Claude Demelenne, "par électoralisme et idéologie, M. Moureaux est devenu le compagnon de route des musulmans réactionnaires et anti-juifs. Il serait temps que les militants du PS bruxellois lui demandent des comptes".

Bruxelles, le 8 janvier 2010 - Communiqué de presse

"PHILIPPE MOUREAUX FAIT LE JEU DE L’ANTISEMITISME"

Le journaliste de gauche, Claude Demelenne, ancien collaborateur de Philippe Moureaux (bourgmestre de Molenbeek et Président du parti socialiste bruxellois), met durement en cause son ancien patron. "Je suis effaré par l’évolution de M.Moureaux, a déclaré Claude Demelenne, ce vendredi 8 janvier, sur les antennes de radio Judaïca. Il n’est pas antisémite, mais il fait le jeu de l’antisémitisme. Pour Claude Demelenne, « par électoralisme et idéologie, M.Moureaux est devenu le compagnon de route des musulmans réactionnaires et anti-juifs. Il serait temps que les militants du PS bruxellois lui demandent des comptes".

Texte complet de l’intervention :

"Je vais dire tout haut ce que beaucoup de socialistes disent en privé : Philippe Moureaux est devenu le compagnon de route des musulmans réactionnaires et anti-juifs. Je suis effaré par son évolution. M.Moureaux n’est pas antisémite, mais il fait le jeu de l’antisémitisme. Il suffit de voir qui l’entoure à Molenbeek : beaucoup d’antisionistes primaires, des professionnels de la diabolisation d’ Israël. C’est de sa part un choix électoraliste et idéologique. D’une part, il veut capter à tout prix les voix de l’électorat arabo-musulman, car le PS bruxellois a perdu une partie de sa base traditionnelle. D’autre part, il considère que l’islam est la religion des pauvres et que les musulmans sont les nouveaux ‘damnés de la terre’. Sa vision est islamo-gauchiste. C’est tout à fait irresponsable.

M. Moureaux est le père de la loi antiraciste. Mais son combat antiraciste est à œillères. Il combat l’extrême droite, mais ferme les yeux sur les agissements de l’extrême droite musulmane, ou les banalise. Je n’ai jamais entendu M. Moureaux protester lorsque l’extrême droite musulmane hurle ses slogans haineux dans la rue bruxelloise. Ce fut le cas lors des manifestations pour Gaza, les 11 janvier et le 27 décembre derniers.

Une partie de la gauche - dont M. Moureaux est emblématique - adopte aujourd’hui la même attitude envers l’islamisme, qu’hier avec le communisme.

Ma crainte, c’est que M. Moureaux soit prêt à vendre deux fois Bruxelles. Une première fois, aux mosquées, parce qu’il a besoin de leur soutien pour gagner des voix. Une seconde fois, aux flamingants parce qu’il a besoin d’argent pour financer sa coûteuse politique d’assistanat, qui est pourtant un échec dans sa commune de Molenbeek, régulièrement agitée par des émeutes..

Un jour ou l’autre, les militants socialistes bruxellois se réveilleront avec la gueule de bois et constateront que leur parti est devenu le parti des musulmans conservateurs. Il serait temps que ces militants demandent des comptes à leur président à vie, jamais élu par la base, malgré les statuts du PS".

- L’inquiétude des juifs belges
-
PS bruxellois: boycott d'Israël comme argument de campagne électorale
- Inacceptable dérapage du leader socialiste belge Philippe Moureaux
-
Le Parlement bruxellois va-t-il continuer à boycotter Israël ?
-
Belgique: Elio Di Rupo sur le maintien du boycott scientifique et culturel d'Israël par Bruxelles et la Wallonie
-
Elio Di Rupo: des milliers d'enfants et des milliers de femmes tués par Israël à Gaza
-
Parti socialiste belge: traîner le gouvernement israélien devant les tribunaux internationaux
- Belgique: lancement d'un prétendu Tribunal Russell sur la Palestine en mars (par Pierre Galand)
-
Elio Di Rupo importe le conflit du Proche-Orient dans nos rues
-
Après leur visite à Yad Vashem deux enseignants belges dénigrent Israël
-
Citation de Véronique de Keyser
-
Au Parlement de la Communauté française de Belgique: Israël est le pays qui viole le plus le droit international et les droits de l’homme (Véronique Jamoulle)

mercredi 13 janvier 2010

Les politiques belges francophones réagissent aux événements de Gaza (2009)

"Un tel mépris pour la vie montre qu’Israël doit être bien malade." "Quand je vois les enfants palestiniens, je pense aux petits Vietnamiens après un bombardement au napalm. Nous, politiques, avons besoin d’être appuyés et même secoués par le mouvement citoyen. Je suis allé sur place, j’ai vu les check-points, j’ai vu l’humiliation permanente. Ma pensée a évolué. J’ai maintenant l’impression qu’on assiste à une opération de terrorisme d’Etat qui, sous prétexte de combattre le Hamas, vise à mettre le peuple palestinien à genoux."(Philippe Moureaux, PS)

"Pas de mots pour qualifier le degré d’horreur." "Ce qui me met en colère, c’est que les principes de base du droit humanitaire ne sont pas respectés, ce qui est totalement inacceptable."(Charles Michel, MR)

"Quand on voit la souffrance de cette population [palestinienne], il y a quelque chose de choquant et on ne peut être qu’indigné par cette guerre disproportionnée inacceptable qui touche les civils. [...] aucun Etat ne peut se situer au-dessus des lois" (Joëlle Milquet, CdH)


Contexte : Ne pas abandonner le MR aux seules mains des sionistes et de leurs supporters, Il y a un an: nazification d'Israël et déferlement antisémite dans les rues de Bruxelles et 11/01/2009 : manifestation anti-israélienne à Bruxelles "bon enfant" ou antisémite?

A la suite de la manifestation violemment anti-israélienne à Bruxelles du 11 janvier 2009 (ce ne fut pas la seule), des représentants éminents des quatre grandes formations politiques francophones de gauche et de droite ont participé, en présence de Leïla Shahid, le 15 janvier à Molenbeek, à une soirée de mise en accusation d'Israël devant "six cents personnes, presque toutes de la communauté musulmane belge", dont un membre n'a pas hésité à qualifier Israël d'Etat Salopard et pire, sans toutefoirs parvenir à "combler les frustrations de la salle".
_________

Quand les politiques belges s’expriment sur les événements, Baudouin Loos (Le Soir, mis en ligne le 17 janvier 2009)

"Comment les politiques belges réagissent-ils aux événements de Gaza ? La question était au centre d’une soirée, jeudi à Molenbeek, organisée par une série d’associations. Les représentants, et non des moindres, des quatre partis francophones avaient accepté l’invitation.

Une foule nombreuse, environ six cents personnes, presque toutes de la communauté musulmane belge – dont une moitié de femmes –, se pressait dans la salle "Dar Salam" (maison de la paix…) quai de l’Industrie. On sentait une grande impatience à entendre les invités s’exprimer.Si ceux-ci n’ont sans doute pas pu combler les frustrations de la salle, loin de là, ils ont pourtant rivalisé en déclarations claires et nettes à l’égard d’Israël, suscitant des applaudissements.

mardi 12 janvier 2010

Ne pas abandonner le MR aux seules mains des sionistes et de leurs supporters

"Philippe Moureaux n'a pas hésité sous un tonnerre d'applaudissements qui ont fait trembler la salle à déclarer : "LA SOCIETE ISRAELIENNE ETAIT TRES MALADE.""

"Ostarciser un parti, comme le MR où nous avons des alliés constituera une garve erreur startégique. Car ce faisant, nous abandonnerons cette formation démocratique aux seules mains des sionsistes et de leurs supporters."

"[...] pour amener cette Etat Salopard à respecter le droit international. Philippe Moureaux allant jusqu'à reconnaitre dans un élan d'humilité que la marge de manoeuvre des Européens est très étroite face aux diktats américains."

"[...] la très grande mâturité à laquelle sont parvenus les jeunes issus de l'immigration arabo musulmane. Une mâturité et une prise de conscience avec laquelle les sionistes de chez nous doivent désormais compter."

Source: Khalil Zeguendi

Un débat de grande teneur sur Gaza - Les politiques sur le grill et un débat de haute qualité (16 janvier 2009)

C'est dans une salle archi-comble - entre 600 et 700 personnes - que les quatre représentants des principales formations francophones belges ont été soumis à un réel interrogatoire de la part du très nombreux public assistant à la conférence relative au massacre de Gaza.

Philippe Moureraux pour le PS, Joelle Milquet pour le Cdh, Charles Michel représentant le MR et Isabelle Durant s'exprimant au nom d'Ecolo ont répondu dans un premier temps aux questions du modérateur du débat, Radouane Bouhlal sans se départir de leur traditionnelle langue de bois qui ne nourrit pas son homme.

Se dérobant souvent pour ne pas se positionner clairement au sujet du génocide en cours et de la responsabilité tant de l'Europe que de la Belgique dans les signes multiples d'encouragement et du franc feu vert donné à Israel pour commettre ses crimes, les hommes et les femmes politiques ont ressassé des voeux pieux relatifs à une paix juste et durable, au dialogue.

lundi 11 janvier 2010

Dérapage: "Les colonies [israéliennes] environnantes de Gaza" (Le Soir)

"Un professionnel honnête et compétent de l’information ne peut ignorer que la ville de Sderot figure sur le territoire non contesté d’Israël et que les habitants qui y résident sont de ce fait des citoyens de cet Etat et non des “colons”." (CCOJB, 29/2/2008)



L'édition du Soir d'aujourd'hui consacre un article sous la plume de Serge Dumont aux exercices de sécurité en Israël.  La carte (reproduite ci-dessus) qui l'accompagne mentionne "Les colonies environnantes de Gaza". La phrase suivante donne, par ailleurs, une idée du contenu de l'article:  "[...] un climat ultra-sécuritaire si régulier qu'il en devint oppressant ...", un intertitre prévient "Même le jour de shabbat ...".  Décidemment le quotidien use et abuse des points de suspension quand il s'agit de ridiculiser et de fustiger Israël.  (Un article similaire par le même journaliste est consultable sur le site Internet du journal Suisse Le Temps.)

Déjà la RTBF :
La RTBF dérape une nouvelle fois sur l'usage du terme “colon”
[...] Ce 28 février, dans son édition de 13 heures du Journal Parlé, le journaliste de la RTBF, parlant cette fois de la ville de Sderot, cible quotidienne des roquettes Kassam tirées par le Hamas depuis Gaza, qualifiait également de “colon” un habitant de cette localité israélienne victime de l’un de ces tirs palestiniens.
Un professionnel honnête et compétent de l’information ne peut ignorer que la ville de Sderot figure sur le territoire non contesté d’Israël et que les habitants qui y résident sont de ce fait des citoyens de cet Etat et non des “colons”.
Le CCOJB constate avec regret que la RTBF diabolise délibérément l’Etat d’Israël en qualifiant tous ses habitants de “colons”. Le CCOJB déplore qu’un service public organise sciemment la désinformation de ses auditeurs et téléspectateurs, trompe ceux-ci et crée ainsi un climat de délégitimation de l’Etat d’Israël et de diabolisation de ses citoyens.
Le CCOJB déposera plainte auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et en informera également la Ministre de l’Audiovisuel pour suite utile.
Le CCOJB souhaite connaître d’urgence les suites que la RTBF réservera aux faits dénoncés par ses communiqués du 13 janvier et du 28 février 2008 et les mesures qu’elle entend prendre.

et

La RTBF assimile des rescapés de la Shoah à des colons
Communiqué de presse du CCOJB · 15 janvier 2008
Dans un reportage du Journal télévisé de 19h30 du 2 janvier 2008 consacré à l’agenda politique de l’année nouvelle, la RTBF évoque la commémoration du soixantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël en ces termes: “Une création précédée par l’arrivée de milliers de nouveaux colons qui, après le génocide des Juifs d’Europe, veulent rejoindre leur terre promise”.
Le CCOJB dénonce ces propos qui assimilent des rescapés des camps de la mort à des colons.
Suggérer par ailleurs que la création de l’Etat d’Israël est un phénomène colonialiste méconnaît la vérité historique qui a vu l’ONU voter en 1947 la création de cet Etat.
Le CCOJB condamne l’usage de ces propos indignes, blessants et inexacts et entend connaître la suite que la RTBF réservera à cet égard.

11/01/2009 : manifestation anti-israélienne à Bruxelles "bon enfant" ou antisémite?

"Des dégâts colossaux ont été causés parmi lesquels, au premier rang, les bâtiments de la Communauté flamande, de nombreuses victimes de commerçants ou encore un car-régie de RTL-TVI pris à partie par des jeunes éructant des slogans haineux comme "Sales juifs", "Israël assassin", "Occident complice", "Les Gaulois on va vous casser". Cette manifestation était communautariste. Des slogans haineux et racistes ont été écrits et proférés. Des enfants ont été instrumentalisés. Il n'y avait pas que "quelques casseurs isolés". Ils étaient nombreux et ces désordres étaient prémédités. Les photos ne laissent que peu de part à l'improvisation ...". (Père Ubu, 15/1/2009)


On ne peut qu'être extrêmement gêné (même quand on connaît leur ligne éditoriale) de la couverture proposée aux lecteurs des deux principaux journaux belges francophones, La Libre Belgique et Le Soir, de la manifestation anti-israélienne qui a eu lieu dimanche dernier à Bruxelles.

Gérald Papy et Baudouin Loos se félicitent de son franc succès en termes de participation et comble des combles ... de comportement des protestataires pendant la manifestation.

Baudouin Loos parle même d'un défilé "bon enfant" jusqu'à la dislocation. Or, faut-il le rappeler, les mots tuent et les boulevards de la capitale de l'Europe furent le théâtre d'un honteux déchaînement d'antisémitisme et d'appels au jihad.

1. Comment les deux quotidiens présentent l'événement 

La Libre Belgique : pas de propos antisémites 

La Libre Belgique titrait "Qui sème la misère, récolte la colère":

 
"La manifestation de solidarité avec Gaza a été un succès de foule, à Bruxelles. Tous les partis politiques francophones étaient présents, à des degrés divers. [Heureusement aucun parti flamand ne s'était fait représenter.]

De tous les slogans scandés, dimanche après-midi dans les rues du centre de Bruxelles, par les dizaines de milliers de manifestants (70 000 selon les organisateurs; 30 000 d'après la police) venus dire "Stop au massacre à Gaza", celui-là reflète sans doute le mieux le sentiment de la plupart des protestataires. C'est en effet la colère qui prévaut dans l'assistance, en très large majorité issue de l'immigration arabe, au fil du long cortège qui rallie la gare du Midi à la gare du Nord par les grands boulevards."

Et Gérald Papy de terminer son article par cette phrase qui en dit long sur la lucidité :"Disons simplement que, pour notre part, nous n'avons pas été témoin de propos antisémites".

Le Soir : manifestation "bon enfant"
 

Dans Le Soir ("Temps fort: Gaza: "Assez!", p.p. 1, 2 et 3), Baudouin Loos, plus lyrique encore que son confrère Papy s'épanche sur la météo radieuse, la foule bigarrée et "bon enfant" qui exprime sa colère, mais bien entendu pas sa haine:

"Un gros succès." 


"Un soleil radieux et une température positive avaient accueilli la masse de manifestants qui criaient à gorge déployée des slogans quand ils ne les portaient pas à bout de bras sur d'innombrables calicots. "Stop au génocide de Gaza", "Non à l'immunité", "Nous sommes tous les Palestiniens", "Gaza: et si c'éteint vos enfants?", "Le silence tue", "Israël terroriste", "Gouvernants européens, vous avez choisi de camp de la honte" : c'était bien la colère et l'indignation qui animaient les protestataires. (...) Dans la foule bigarrée, les musulmans de Belgique devaient être majoritaires [en effet, il représentaient probablement 99%]."

"La fin de l'après-midi, se révéla moins bon enfant".

2. Ce qui s'est vraiment passé

 
- Nazification d'Israël et déferlement antisémite dans les rues de Bruxelles, CCOJB:

"(...) les slogans antisémites, les drapeaux israéliens brûlés et ceux fièrement exhibés du Hamas et du Djihad islamique, tous deux inscrits sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, les étendards du Hezbollah, les calicots associant Israël au nazisme, ceux comparant Auschwitz ou Dachau à Gaza, les poupées empalées d'enfants ensanglantés, les posters de Hassan Nasrallah et de l'Ayatollah Khomeiny, les mannequins à la taille ceinte d'explosifs ou l'instrumentalisation indécente d'enfants".

- Le pouvoir aux "barbus" ? Non merci ! :

"(...) des pancartes assimilant étoile de David et croix gammée. De telles pancartes, nazifiant les Juifs dans leur ensemble, nous en avons vu des dizaines. Comment s’insérer dans ces groupes, apparemment bien pris en mains par les mosquées, femmes enfoulardées d’un côté, hommes barbus hurlant "Allahou Akhbar !" de l’autre ?"

"(...) un groupe de plusieurs centaines de partisans fanatisés du Hezbollah, appelant à la guerre sainte contre les Juifs".

Il y a un an, manifestation anti-israélienne à Bruxelles "bon enfant" ou antisémite?











.
.
.
.

.
.
.
..
.